Mar 4 2017

Présence

« Au fond, le maître et le disciple ne font qu’un. Le maître ne dirige pas, ne demande pas au disciple de faire quoi que ce soit. Il ne fait qu’éclairer et placer le disciple face à lui-même. Le maître demeure un autre pour nous-mêmes, tant que nous ne nous assumons pas et que nous ne vivons pas selon notre essence divine. Le maître peut être un chat que nous croisons dans la rue, un sourire que nous apercevons ou même l’itinérant qui nous demande de l’aider. Voilà une bonne occasion de réaliser que le maître c’est Cela. Tout ce qui est là devant et autour de vous n’est pas sans Cela. Il n’y a que Cela partout et toujours. Cela c’est vous-même, sauf que ce n’est pas le vous-même auquel vous êtes habitués à vous référer. C’est vous-même, par-delà vous-même! »

par Mathieu Martel
Présence aux Éditions Metanoïa
 
« Je vous suggère fortement la lecture de « Présence », un livre à lire et à relire. » Marc Lajoie  😉
 
Mathieu Martel est né à Montréal, le 22 juillet 1972. Professeur de philosophie au collégial, auteur et conférencier, il est engagé dans une pratique corporelle depuis plus de 15 ans et se consacre à la vie consciente. Il est sympathique à l’approche de la non-dualité, notamment à la tradition de l’advaïta-vedanta. Il a publié Présence (2005) et publiera prochainement La Puissance de l’instant (2012) aux Éditions Metanoïa. Informations: martelmath@gmail.com ou (514) 227-4878
 
Suggestion  :  le témoignage de Mathieu Martel : « L’appel de l’être » paru dans la revue du 3e Millénaire.

Mar 4 2017

La joie de jouer. (Bruno Giuliani)

La simple joie d'être là.

« Ne rien attendre, agir sans but, dans la simple joie d’être là. Dans la joie d’intensifier le bonheur d’exister avec ses amis. Se réjouir de ce qui arrive, quoi qu’il arrive. S’émerveiller de tout ce que la source crée avec un infini étonnement qui s’étonne de lui-même. Voir que rien n’est sérieux, que tout n’est qu’un jeu. Savourer d’être soi-même un jeu qui joue avec lui-même. Voir la beauté infinie de l’infini jeu du monde. Et se remercier pour la grâce d’être le joueur, le jeu et le joué. » -Bruno Giuliani
 
Source : Blog de Bruno Giuliani – La Voie de la Joie