Mar 7 2017

Nous avons fait de la sexualité un problème

Extrait d’une conférence de Krishnamurti donnée à Bombay, le 12 mars 1950

Pourquoi transformons-nous en problème tout ce que nous touchons? Nous avons fait de Dieu un problème, nous avons fait de l’amour un problème, nous avons fait un problème de la relation, de la vie, et de la sexualité aussi. Pourquoi? Pourquoi tout ce que nous faisons pose-t-il problème? Pourquoi acceptons-nous d’être écrasés par les problèmes? Pourquoi n’y mettons-nous pas fin? Pourquoi ne savons-nous pas mourir à nos problèmes, au lieu de les perpétuer jour après jour, année après année? La sexualité soulève de toute évidence une question pertinente, mais il en est une autre plus fondamentale: pourquoi faisons-nous de la vie un problème? Le travail, le sexe, l’argent qu’il faut gagner, les pensées, les sentiments, les expériences – bref, tout ce qui constitue la vie – pourquoi tout cela est-il aussi problématique? Ne serait-ce pas essentiellement parce que notre pensée part toujours d’un point de vue donné, d’un point de vue fixe? Notre pensée procède toujours en partant du centre pour aller vers la périphérie, mais chez la plupart d’entre nous, la périphérie nous tient lieu de centre, de sorte que tout ce que nous touchons est superficiel. Or la vie n’est pas superficielle, elle exige d’être vécue dans son intégralité. Et parce que nous ne vivons que superficiellement, nous ne connaissons que réactions superficielles. Quoi que nous fassions au niveau périphérique, cela suscite inéluctablement un problème, et c’est ainsi que va notre vie – nous vivons dans le superficiel, et nous nous contentons de vivre à ce niveau, avec tous les problèmes liés au superficiel. Lire la suite

Mar 7 2017

Le secret des gourous de la loi d’attraction.

L’éditeur de Marc Britan, voyant que ce dernier trouvait Le Secret complètement absurde et incohérent, lui a suggéré d’écrire un livre qui viendrait contredire ces propos. Chose que Britan a fini par accepter après avoir été lui-même confronté à des proches qui avaient de la misère à faire la part des choses à travers cet écrit.C’est un peu par hasard que cet auteur de fiction a décidé de riposter. Il avait entendu parler de Byrne par l’entremise de proches et connaissances qui avaient perçu ce livre comme une révélation. Par curiosité, il a fait comme d’autres et a fini par parcourir cet ouvrage qui, aux yeux de certains, est devenu une véritable bible. Premier constat pour Britan, la consternation.

« J’ai été extrêmement déçu du contenu. J’ai été même irrité par cet ouvrage un peu bidon, à la spiritualité de pacotille. C’est une manière de voir les choses basées sur l’égoïsme et la société de consommation à outrance. » »Au départ, l’idée ne me disait pas trop. C’est en côtoyant un neveu, dont la mère ne va pas très bien en raison de la faillite de son entreprise et dont le père a un cancer incurable, que mon projet de réplique a fait son chemin. Lorsque mon neveu a vu que je possédais le livre Le Secret, il m’a dit que grâce à ce livre, sa vie irait mieux puisqu’il avait demandé à l’univers que son papa s’en sorte. J’en ai eu des frissons dans le dos. J’étais en colère, car je voyais les conséquences de ce livre autour de moi. C’est comme si mon neveu attendait un miracle, comme trop de gens, je pense. Ce n’est pas en restant assis à ne rien faire que quelque chose risque d’arriver. »Après avoir réalisé diverses recherches, il en est arrivé à la conclusion que tout ce que l’auteure était arrivée à faire, c’est de mettre de l’avant un concept nouvel âge sur fond de réalité moderne de manière désincarnée. Lire la suite

Mar 7 2017

Mathieu Martel -Le Bréviaire des lapidaires lapalissades

Le titre même « Le Bréviaire des lapidaires lapalissades » est le fruit d’un délassement. Il m’est venu un jour l’idée de risquer d’unir la poésie à la réflexion. Le résultat fut de se retrouver devant un corpus de courtes formules que nous pourrions appeler pensées poétiques puisqu’elles invitent à réfléchir succinctement de façon suggestive, implicite, voire énigmatique. Le Bréviaire des lapidaires lapalissades représente, en tant qu’expression orale issue d’une ludique activité dialectique entre acolytes, le fanal d’un jeu sérieux. Le Bréviaire des lapidaires lapalissades conjugue la fertilité de l’imagination à la quête d’un éveil spirituel symbolique. Quête, disons-le, toujours soucieuse d’une pensée harmonieuse orientée par l’originel pouvoir du Nom. La plénitude de chacune de ces pensées poétiques est exprimée d’une manière explosive et surprenante propre aux slogans et graffiti. En somme, ces amuses grandes-gueules sont plus qu’un simple exercice de style puisqu’il s’agit premièrement d’un texte à écouter, ultimement à entendre, possiblement à voir et principalement à comprendre chers herméneutes!

Mathieu Martel

Extraits du recueil


Sans effusion de sang, sentir sien le sentier d’un sens.

L’homme craint le vertige, le capricorne l’équilibre.

Qui les devises divinise, de vile éternité se grise.

L’innocent tombe de sa selle, se débauche, et enfin rechevauche l’ébauche.

Que donc soit mon condor, que l’air soit mon aigle, et que ne dorme guère l’égrégore des rares chercheurs d’aurore.

Dieu yeute-t-il l’esse de la Déesse.

Lorsque riant du luxe de la lumière, ne sommes-nous pas luxuriants?

A toujours fabuler l’on fabrique des bulles.

Qui trop conclut, d’illusions contusionne.

Le concept ne devance pas l’ancêtre sceptre du précepte.

L’exception infirme la règle.

S’enfanter dans la fange ou s’entêter à téter.

Qui s’évertue à la vertu, le vert tue-il sévèrement?

L’excitation incite à l’extatique citation.

Embrasser embrase les bras qui s’arbrent autour du feu.

L’univers-cécité verse dans l’eunuque cité servile.

La présence du silence ensemence le sens.

La succulente excuse du progrès dont use la science espoir expire.

Si l’homme propose et la femme dispose, dites-leurs qui impose?

L’art de dénouer le souffle ouvre sur l’amour.

A servir d’exemple, je s’exempte pleinement.

L’azote assure la résurrection de l’azur.

Les chastes oaristys de Zorro stimulent, orientent et transmutent le feu en Zarathoustra.

Priape que l’appétit appelle apparaît apte à la verticale prière.

Êtes-vous de ceux qui théorisez Dieu ou de ceux qui l’entendez?

Simplicité n’implique aucune illicite limite.

Sache que les suaves sages savent sans suer.

Insoumis et sans sou, qui oserait souscrire à un sourire?

J’envie la vie, là, je vis l’envie.

L’opuscule du crépuscule bouscule les scrupules des émasculés.

Le cœur ne recule devant nulle œuvre qui urge.

Symbole qui vole, frivole luciole.

 

Copyright © 2000-2011 3DFractals.com. All Rights Reserved.


Mar 7 2017

Guérison

Nous pensons, nous pensons, nous pensons.
Les jeux sont faits, rien ne va plus. Nous sommes engagés dans les doutes et les actions qui découlent de nos pensées répétitives et acharnées. De pensée en pensée nous renforçons notre conditionnement à croire qu’il nous faut avancer, progresser coute que coute sur la route que nous avons calibrée avec notre mental.
Le riche pense qu’il est riche. Le pauvre pense qu’il est pauvre. Le juste pense qu’il est juste. Le faible pense qu’il est faible.  Le bandit pense qu’il est un bandit et le voleur pense qu’il n’a pas assez. L’écologiste pense que la planète est perdue. Le fasciste pense qu’il a raison. L’amoureux pense qu’il aime. Le Pape pense qu’il est responsable. L’homme politique pense qu’il a du pouvoir. Les juges pensent servir. Les religions pensent guider.
Pourtant, là, juste avant que l’être ne s’identifie à sa pensée, il est un espace toujours neuf, un continuum de rédemption, intemporel et indestructible car non né.
Il ne s’agit pas des potentiels de l’imagination, cette projection de la pensée dans un désir de réalisation, il s’agit de l’étendue de laquelle naissent toutes les pensées, ce calme permanent qui soutient toutes les énergies. Lire la suite

Mar 7 2017

LA SAGESSE DU ZEN

Recueil des meilleurs Koans des maîtres Zen. Un Koan est un essai pour traduire l’indicible de l’ Éveil, proposé au débutant en tant qu’énigme. Ceci constitue aussi une histoire du Zen.

1. JOSHU. 778-897
La terre s’enfonce, le ciel s’écroule
Le poisson joue sur l’arbre et l’oiseau vole dans l’eau .
Que faire lorsque je n ‘apporte rien ? – Abandonnez !
– J’apporte rien, que dois-je abandonner ?
– Si vous ne pouvez-pas l’abandonner, alors partez en le gardant !

2. YOSAÏ, 1141-1215, dit le père du thé.
Le Zen et le thé ont-ils le même goût 7 Lire la suite


Mar 7 2017

La non-dualité n’est pas la passivité !

Ces humains spirituels et passifs

Je rencontre parfois la position d’humains qui se disent dans une conscience non-duelle ou, au-delà des concepts, qui disent vivre une acceptation de la vie telle, qu’ils observeraient la non-existence du choix, parfois même la non-existence de l’individu, de la distinction entre soi et le monde, entre soi et les autres. Ils accepteraient ainsi d’être libre de toute intention, de tout choix, de tout égo, dans le flux simple de la vie… dans l’Unité.

Par exemple, ils ne feraient donc pas le choix d’inviter les autres à faire le même « non-choix » qu’eux. Ce serait donc la vie, ou dieu ou une unité qui utiliserait leur corps avec cette incohérence de demander aux autres de faire un choix, sachant qu’ils ne peuvent pas en faire !?!

En partie, jeu partage cette position. Jeu constate aussi à quel point tout jugement, positif ou négatif, toute dualité (bon/mauvais, bien/mal, positif/négatif, …etc) n’est qu’un rapport à l’expérience humaine très infidèle à ce qu’elle est. Lorsque, mentalement, j’abstrais mon expérience jusqu’à ce jugement « bon » ou « mauvais », « positif » ou « négatif », ou toute autre opinion, j’y ajoute ma morale, mes croyances et, même éventuellement, j’efface totalement les nuances et les finesses de mon expérience et les remplace par cette étiquette

Ces humains spirituels et passifs

Jeu rencontre parfois la position d’humains qui se disent dans une conscience non-duelle ou, au-delà des concepts, qui disent vivre une acceptation de la vie telle, qu’ils observeraient la non-existence du choix, parfois même la non-existence de l’individu, de la distinction entre soi et le monde, entre soi et les autres. Ils accepteraient ainsi d’être libre de toute intention, de tout choix, de tout égo, dans le flux simple de la vie… dans l’Unité.

Par exemple, ils ne feraient donc pas le choix d’inviter les autres à faire le même « non-choix » qu’eux. Ce serait donc la vie, ou dieu ou une unité qui utiliserait leur corps avec cette incohérence de demander aux autres de faire un choix, sachant qu’ils ne peuvent pas en faire !?!

En partie, jeu partage cette position. Jeu constate aussi à quel point tout jugement, positif ou négatif, toute dualité (bon/mauvais, bien/mal, positif/négatif, …etc) n’est qu’un rapport à l’expérience humaine très infidèle à ce qu’elle est. Lorsque, mentalement, j’abstrais mon expérience jusqu’à ce jugement « bon » ou « mauvais », « positif » ou « négatif », ou toute autre opinion, j’y ajoute ma morale, mes croyances et, même éventuellement, j’efface totalement les nuances et les finesses de mon expérience et les remplace par cette étiquette finale.

Mais voilà, le mental dispose alors d’un piège très judicieux pour continuer cette opération de façon cachée. Il peut procéder au raisonnement suivant : « le bien et le mal n’existe pas et donc rien n’existe ». Ainsi, au lieu de se libérer de ce jugement et de passer à autre chose, la personne pensant ainsi valide tellement son jugement qu’elle décrète : si le jugement n’existe pas, alors rien n’existe. Le présupposé est que seul le jugement existe et quand jeu ne l’accepte plus, il n’y a donc RIEN à la place. Sa position est alors exclusivement rhétorique. D’ailleurs, en général, cet humain ne change rien à sa vie. Simplement, il en parle autrement ; avec une rhétorique ne contenant plus que des « arguments massues ». Elle est très simple : elle consiste à nier la pertinence de tout choix de l’autre (puisque le choix n’existe pas) pendant qu’elle élude les propres choix de l’humain qui pense ainsi. De cette manière, il ou elle a toujours raison, par sophismes.

Ce fonctionnement entraine, selon mon observation, une passivité plus ou moins totale où l’humain reste dans ses choix, tout en niant qu’ils en soient. Il a une justification parfaite à ne pas faire de nouveaux choix, à ne pas prendre ses responsabilités : le choix n’existe pas. Dans les faits, bien sûr, dès que ça l’arrange égotiquement, il fait de nouveaux choix… mais qui seront exprimés comme l’opération du saint-esprit, ou procédant directement de dieu, ou de l’Unité indescriptible. C’est son expérience « mystico-spirituelle »(sic) qui a révolutionné sa vie, mais sans rien changer concrètement. Lorsqu’il est pointé qu’elle ou il prétend avoir changé intérieurement mais que rien n’a changé extérieurement, que rien n’est visible concrètement, il ou elle sort son argument ‘massue’ : « le dedans et le dehors, l’intérieur et l’extérieur n’existent pas, une illusion » !

Par exemple, lorsqu’un autre homme s’énerve et crie après sa femme, c’est le résultat de son égo. Mais lorsque lui s’énerve et crie après sa femme, c’est l’expression de l’Unité divine et sacrée.

Autre exemple tout aussi fréquent et cliché : lorsqu’une autre femme se soumet aux irrespects de son mari, c’est le résultat de son égo dépendant. Mais lorsqu’elle le fait, c’est l’expression de l’Unité divine et sacrée.

Bien sûr que c’est le cas puisque le concept « Unité », par définition, contient tout. Mais ce regard excessivement mental et global lui permet de renier ses responsabilités et ses implications égotiques… du moins quand il s’agit de lui ou elle, pas des autres (qui n’existent pas donc).

Jeu trouve légitime et utile de repérer dans cette position une énorme incohérence et incongruence, parfois de la malhonnêteté, et jusqu’à de la manipulation.


L’alternative active et congruente de la non-dualité :

Jeu souhaite proposer une alternative au constat non-duel. Ca n’est pas parce que rien n’est bien ou mal qu’il n’y a « rien », qu’il n’existe aucun choix, que mes responsabilités se dissoudraient ainsi à la lumière de la vraie lumière.

Très simplement, les interprétations duelles procèdent d’un usage particulier du mental, de ses couches très abstraites, générales, globales. Exprimé plus simplement, la dualité est une opinion et il est également possible de poser un simple constat. Autrement exprimé encore, la dualité est une interprétation, une déformation et il est possible d’en rester au fait perçu le plus honnêtement possible. Dernière expression de toujours le même aspect : plutôt que d’utiliser le mental imprécis, il est possible d’être spécifique, précis, le plus concret possible. C’est aussi simple que ça !

Ainsi, jeu me libère totalement de la non-dualité (et du jugement), lorsque j’accepte la perception pure, lorsque j’accepte les faits, lorsque j’accepte « ce qui est » tel que jeu le perçois le plus honnêtement possible et sans y ajouter de « moi », de mes croyances, des mes envies, de mes intérêts, de mes intentions.

Il n’est pas évident de ne pas y ajouter certaines conceptions, mais jeu peux faire le choix de n’utiliser que des conceptions très factuelles, très informatives, très descriptives, très fidèles à mon expérience effective. Jeu n’ai alors plus besoin, pour interpréter, pour m’exprimer et pour penser, de concepts aussi imprécis, flous, subjectifs, et non-informatifs que « bien », « mal », « positif », « négatif », « beau », « moche », « con », « super », « magnifique », « horrible » …etc.

Surtout, jeu peux être libre de la dualité tout en constatant ma responsabilité factuelle : jeu peux bouger mon corps et pas celui d’un autre !

Ceci est un fait indéniable, que ça me plaise ou pas, que jeu sois un être spirituel ou pas, c’est ma responsabilité indéniable, c’est une conscience de base ! Cette séparation, inhérente à la vie matérielle, n’implique aucune dualité ! La confusion entre dualité et séparation peut conduire au nihilisme évoqué ci-dessus. La dualité est une opposition, un duel entre deux concepts ! Il n’existe aucune dualité entre une chaise et le sol sur lequel elle est posée. Et j’ai besoin de la conscience évidente qu’il y a une séparation entre la chaise et le sol pour déplacer la chaise… une action basique qui serait impossible à quiconque nierait avec congruence la séparation ! Le simple fait d’utiliser les mots vers un autre humain procède d’une séparation entre un moi et un autre ! Cette conscience très basique est également éludée par le nihiliste qui peut faire de longs discours à un autre, qui pourtant n’est pas supposé exister selon sa rhétorique ?!?

Pour autant, bien évidemment qu’une part de mes choix à bouger ce corps est conditionnée, influencée. Sur ceci aussi, jeu peux poser la conscience. Et jeu peux poser la conscience sur la partie « libre » de ce choix également.

Seul le mental peut décréter qu’une action serait totalement libre ou totalement conditionnée. Seul le mental peut décréter qu’une action est choisie ou non-choisie. La conscience humble repère que l’expérience n’est pas blanche ou noire, qu’elle contient une infinité de nuances et de couleurs, qu’elle est, à la fois, le choix et le non-choix et que la proportion d’une partie et de l’autre partie peut changer. Surtout, jeu vis que jeu peux être l’acteur de ce changement.


La fonctionnalité :

Lorsque jeu choisis de fonder mon expérience librement de la dualité, il est effectivement évident que jeu ne peux plus avoir comme référence une morale mentale qui orienterait ce qui est bien ou mal, ce qu’il faudrait ou ne pas faire. Mon choix ne peut plus sérieusement se faire ainsi ! A la place, jeu peux choisir d’y mettre « rien », le non-choix… et alors pourquoi faire autre chose que rester là où jeu suis maintenant et mourir ? Mais jeu peux aussi constater ma responsabilité et trouver un moyen de m’en servir avec une nouvelle référence, une référence qui n’utiliserait pas une morale mentale, mais plutôt des valeurs mentales, une éthique, et puis ma perception sensorielle (qui est exclut de la moralité).

Ainsi, à la place de la Moralité (contenant la dualité), jeu peux choisir la Fonctionnalité (libre de la dualité et du jugement) !

Un exemple simple : si j’ai l’intention d’aller faire mes courses et que je pars me promener en pleine nature. Ça n’est ni bien, ni mal, en soit, d’aller me balader en nature. Factuellement, pourtant, ça ne fonctionne pas, étant donnée mon intention !

Ainsi, la fonctionnalité a deux références : l’intention et l’attention aux conséquences de mes actions. Il s’agit simplement d’assumer mon intention, d’être clair avec, le plus précis possible, et puis d’être attentif, le plus factuellement possible, aux conséquences de mon action. Est-ce qu’elle fonctionne ou pas, selon mon intention ?

La moralité a besoin d’une autorité (intérieure ou extérieure), d’une instance très abstraite du mental. Il faut un gardien de ce qui est bien ou mal et ce gardien est la référence absolue, aveugle des conséquences.

La fonctionnalité impose la responsabilité personnelle, la liberté de poser une intention, l’autonomie. Puis elle impose l’usage non pas du jugement, des opinions, mais de l’attention afin d’évaluer les conséquences de mes actions et leur conformité à l’intention choisie et assumée.

Cette position de vie, libre du jugement, libre de la dualité, est très active, libre, responsable, consciencieuse et représente ainsi une alternative réelle à la moralité impliquant plutôt l’asservissement, la culpabilité, le mental et le jugement. Elle est également une alternative réelle à la position de passivité que j’ai ici évoquée.

Elle peut s’appliquer au quotidien, pour chaque mouvement intérieur et extérieur et ne permet pas d’éluder le fondement de ses actions. Au contraire, elle implique d’être très conscient de ses intentions… et, plus précisément, de sa hiérarchie d’intentions.

A mon sens, il n’existe pas d’action d’un corps sans une hiérarchie complexe d’intentions. Il n’existe que des humains qui n’ont pas conscience de cette hiérarchie d’intentions. Il n’existe pas, sinon en rhétorique, de « non-action ». Même rester ici à ne rien faire est une action, un choix avec des conséquences, et procède d’une hiérarchie d’intentions : par exemple, une philosophie nihiliste, avec comme fond l’intention de devenir un sage ou l’intention de montrer que j’en suis un.


http://etre-humain.net