Guérison et conscience

    Plus vous amenez de conscience dans le corps, plus le système immunitaire se renforce.
                                                                                          Eckhart Tolle


    Parmi les nombreux livres que j’ai lu pendant ma maladie (qui me furent offerts par des amies et des membres de ma famille) j’ai été particulièrement touchée par le livre d’Eckhart Tolle, Le pouvoir du moment présent, guide d’éveil spirituel (éditions Ariane, 1999).

    Dans ce livre qui traite de spiritualité, j’ai trouvé des réponses simples et claires sur des notions telles que le moment présent, la conscience, le lâcher-prise. Eckhart Tolle est  lui-même passé par toutes les affres de l’angoisse, du désespoir, de la souffrance. Puis un jour où il touchait le fond de ce désespoir, il eut l’intuition très vive qu’il était autre chose que cette souffrance, comme s’il y avait deux manifestations de lui-même. Cette prise de conscience fut déterminante: elle provoqua un phénomène d’illumination spirituelle qui changea totalement sa vie. Depuis ce temps il partage ses découvertes et connaissances par des conférences et dans ce livre très spécial. Je voudrais ici partager certaines de ces connaissances qui m’ont beaucoup aidée dans mon travail de guérison.

    « Lâcher prise, c’est accepter intérieurement ce qui est sans réserve. Ce dont il est question ici, c’est de votre vie – en cet instant – et non des circonstances ou de ce que j’appelle vos conditions de vie.
La maladie fait partie de vos conditions de vie. Elle a un passé et un futur qui se perpétuent sans fin, sauf si l’instant présent, qui a le pouvoir de racheter, est activé par votre présence consciente. Derrière les diverses  circonstances qui constituent vos conditions de vie, il y a quelque chose de plus profond, de plus essentiel: votre Vie, votre Être même dans l’éternel présent.

    Comme il n’y a aucun problème dans le moment présent, il n’y a pas de maladie non plus. Quand quelqu’un adopte une croyance vis-à-vis de votre état et vous colle ainsi une étiquette sur le dos, celle-ci amène l’état à s’installer pour de bon, lui donne du pouvoir, et fait d’un déséquilibre temporaire une réalité apparemment immuable. La croyance confère non seulement réalité et consistance à la maladie, mais aussi une continuité temporelle qu’elle n’avait pas auparavant. En vous concentrant sur l’instant et en vous retenant de l’étiqueter mentalement, la maladie est réduite à un ou plusieurs facteurs suivants: la douleur physique, la faiblesse, l’inconfort ou l’invalidité. C’est ce face à quoi vous lâchez prise maintenant, et non pas à l’idée de la maladie. Permettez à la souffrance de vous ramener de force dans le « maintenant », dans un état d’intense et consciente présence. Utilisez-là pour arriver à l’Éveil.

    Le lâcher-prise ne transforme pas ce qui est, du moins pas directement. Il vous transforme, vous. Et quand vous êtes transformé, c’et tout votre monde qui l’est. Pourquoi? Parce que le monde n’est qu’un reflet. Si vous regardiez dans un miroir sans aimer ce que vous y voyez, il faudrait que vous soyez fou pour vous attaquer à votre réflexion. Et c’est précisément ce que vous faites quand vous ne vous acceptez pas. Évidemment, si vous attaquez l’image, celle-ci vous le rend coup sur coup. Par contre, si vous l’acceptez quelle qu’elle soit, si vous vous montrez amical envers elle, elle ne peut que l »être envers vous. C’est la façon de changer le monde.

    Le problème, ce n’est pas la maladie, c’est vous, aussi longtemps que le mental contrôle les choses. Lorsque vous êtes malade ou invalide, n’ayez pas le sentiment d’avoir échoué d’une manière ou d’un autre, ne vous sentez pas coupable. Ne reprochez pas à la vie de vous avoir traité injustement et ne vous faites pas non plus de réprimandes. Tout cela, c’est de la résistance. Si vous avez une maladie grave, servez-vous en pour atteindre l’Illumination. Tout ce qui peut arriver de « mal » dans votre vie doit vous amener vers cet état. Dissociez le temps de la maladie. Ne conférez ni passé ni futur à la maladie. Laissez-la vous ramener de force dans l’intense conscience du moment présent et observez ce qui se passe. » 1

    On a un peu peur du mot « lâcher-prise ». Plusieurs y voient un abandon, un renoncement, une résignation devant la maladie et la mort. Mais le lâcher-prise n’est pas une résignation, bien au contraire. C’est le courage de se laisser tomber dans le vide, sans peur. C’est la sagesse de l’eau, qui contourne les obstacles en suivant son court. C’est la sérénité de tout accepter.

    Qu’est-ce que la conscience? C’est être présent, totalement, c’est habiter son corps. D’après Eckhart Tolle, plus on amène de conscience dans le corps et plus on renforce notre système immunitaire, comme si chacune de nos cellules se réveillait.

    « Le corps adore l’attention que vous lui accordez. C’est là une très puissante forme d’auto-guérison. La plupart des maladies s’immiscent quand vous n’êtes pas dans votre corps. Si le maître est
absent de la maison, plusieurs personnages louches viendront y squatter. Si vous habitez votre corps, les invités indésirables auront de la difficulté à y entrer. » Eckhart Tolle

   « Être conscient, c’est accepter de ressentir, même si cela fait mal. C’est aussi accepter de regarder une situation difficile, comme la maladie, même si cela suppose un changement radical de ses attitudes et de ses comportements. Finalement, c’est consentir à repenser sa réalité et à passer à l’action. »  Jeannine de La Fontaine

            On pense qu’il faut se battre, entrer en guerre contre la maladie. Mais se battre contre quoi? Contre soi-même?La maladie est-elle vraiment un ennemi?

« Toute cellule est un embryon d’être qui adopte systématiquement une attitude selon un système logique. Elle a sa propre mémoire, générée, dynamisée par ce principe de vie que l’on appelle prâna et que vous polarisez au rythme de vos états d’âme. Elle est un grain d’amour en devenir dès lors que vous devenez conscient de son potentiel et de sa dignité – tout comme vous – parce qu’elle est un peu de vous, de la même façon que vous êtes un peu de l’humanité, un peu de l’univers. Elle est intégralement divinisable. » 2

        Voici le très beau témoignage de Johanne Ledoux, auteur du livre Guérir sans guerre (éditions Ariane):

    « En parcourant la rubrique nécrologique, on apprend le plus souvent que c’est après une longue bataille ou un courageux combat que meurent les personnes atteintes du cancer. Aussi, lorsque j’ai appris à mon tour que j’avais un cancer du poumon, répandu, incurable, je me suis dit que si c’est dans la colonne des décès que conduisent la bataille et le combat contre la maladie, je ne les mènerai pas. De toute façon, je n’avais plus une once d’énergie pour me battre: je l’avais fait toute ma vie et voilà où cela m’avait menée. J’ai plutôt décidé de recourir à une solution apparemment paradoxale: guérir sans me battre.

    Croire en la guérison dans ces circonstances signifiait braver les pronostics, les statistiques et le ridicule. Et la bravoure n’était pas ma caractéristique dominante. Je connaissais beaucoup mieux la terreur. Toute ma vie, j’avais eu peur. Des autres, du succès, de l’échec, de la vie. Mais finalement, il m’a paru plus facile d’affronter le monstre identifié du cancer que les fantômes anonymes que j’avais pourfendus jusque-là. Et j’ai guéri.« 

Guérir sans se battre, c’est aussi ce que j’ai fait. C’est lâcher prise, se laisser tomber dans le vide sans peur, laisser la Joie et l’Amour émerger, et utiliser cet Amour pour guérir ses cellules malades. J’ai compris que j’étais chacune de mes cellules, et que je devais leur envoyer de l’amour et non pas chercher à les détruire, même s’il s’agissait de métastases. Et j’ai compris que la peur était mon pire ennemi.

L’amour est le remède de tous les maux.

En terminant, voici une méditation d’auto-guérison tirée du livre Le pouvoir du moment présent, d’Ekhart Tolle:

    Quand vous avez quelques minutes libres, particulièrement le soir avant de vous endormir ou le matin au réveil, inondez votre corps de conscience.   Fermez les yeux, choisissez différentes parties de votre corps pour d’abord y centrer brièvement votre attention. Aussi intensément que vous le pouvez, sentez d’abord l’énergie vitale dans ces parties du corps. Puis laissez votre attention parcourir à quelques reprises tout votre corps à la manière d’une vague, des pieds à la tête. Sentez ensuite votre corps énergétique dans sa totalité, comme un champs énergétique unique. Maintenez votre attention sur cette sensation durant quelques minutes. Soyez intensément présent dans chaque cellule de votre corps.

1 –Le pouvoir du moment présent, Eckhart Tolle, Éditions Ariane, 1999
2 – Wésak, Anne et Daniel Meurois-Givaudan, Éditions Amrita. 1992

 

http://pages.infinit.net/guerison/conscience.html

Leave a Reply