Avr 16 2017

« Non-Duality Life as it is »( vidéo en anglais ,désolé)


Avr 16 2017

LIBÉRATION DE LA SOUFFRANCE : LA VOIE DE LA NON-DUALITÉ


Dr Jean-Marc Mantel

Conférence « Mindfulness, meditation and mental health »
(Conscience de soi, méditation et santé mentale)
organisée par le groupe « Spiritualité et Psychiatrie » du Royal College of Psychiatry

14 novembre 2008, Londres

Résumé de présentation, en anglais

 

L’idée même d’être un thérapeute crée une séparation entre le thérapeute et son patient. Cette séparation est de la même nature que la maladie qui est sensée être traitée.

Les besoins du thérapeute, qu’ils soient matériels, affectifs, psychologiques ou spirituels, interfèrent avec la manière dont il soigne. Le maintien d’une dépendance entre le thérapeute et son patient en est le résultat.

Le désir de transformer la personnalité est l’expression d’une non-acceptation. Cette non-acceptation est le reflet d’une souffrance. Accepter la personnalité telle qu’elle est n’est pas l’encourager. Accepter la personnalité, c’est s’en détacher. Le détachement est la compréhension que « je » est la conscience qui perçoit la personnalité. La personnalité étant de toutes façons conditionnée, quel intérêt y a-t-il à vouloir la transformer ?

Le violent est violent car il est identifié et attaché à son corps et à sa personnalité. Son système de croyances est son monde. Lâcher cette identité est une forme de mort. Tant que la maturité n’est pas suffisante pour accueillir cette mort comme une délivrance, tous les efforts pour changer la personnalité restent vains.

Le jaloux est jaloux, car il fuit le sentiment de solitude qui le tenaille. En acceptant la solitude comme partie prenante de lui-même, une détente s’installe, et la compréhension s’éclaire.

Le déprimé est prisonnier de ses attentes. Lorsqu’une attente est déçue, il y a dépression. Le désir de guérir la dépression est encore une attente. Voir cela est ne plus fuir. Sans fuite, les choses sont accueillies telles qu’elles sont. Elles perdent alors leur caractère problématique.

Le délirant est convaincu de la véracité de ce qu’il pense. Nous le sommes aussi, tant que nous sommes identifiés au concept « je ». Cette identification est la racine du délire qui nous fait prendre pour réel ce qui ne l’est pas. Peut-on soigner le délirant si nous sommes nous-mêmes prisonniers des illusions créées par notre esprit ?

La peur est le fruit de l’anticipation. Sans futur, que reste-t-il à projeter. La lumière n’a pas besoin de projection pour être ce qu’elle est. Être est sans image.

L’obsession reflète une saisie. Le moi se fixe sur un objet, et refuse de lâcher sa proie. Une proie n’est abandonnée que pour une autre proie encore plus séduisante. De proie en proie, c’est la conscience ultime vers lequel le regard finit par se tourner. C’est en elle que la quête s’éteint.

Une seule et même vérité habitent le thérapeute et son patient. C’est cette vérité qui se cherche, et c’est en elle que tous deux se trouvent et se retrouvent.

http://jmmantel.net/

* * *