Avr 18 2017

Un dialogue avec soi-même – Krishnamurti

Je me rends compte qu’il ne peut y avoir amour quand il y a jalousie, qu’il ne peut y avoir amour quand il y a attachement. Mais peut-on être libre de jalousie et d’attachement ?

Je m’aperçois que je n’aime pas. C’est là un fait. Pourquoi me moquer de moi-même ; pourquoi prétendre à ma femme que je l’aime. Je ne sais pas ce qu’est l’amour.

En revanche je sais fort bien que je suis jaloux, et je sais que je lui suis terriblement attaché et que, dans l’attachement, il y a de la crainte, il y a de la jalousie, de l’angoisse ; il y a un sentiment de dépendance. Je n’aime pas être dépendant, mais je le suis parce que je me sens solitaire. On me bouscule au bureau, à l’usine et, quand je reviens chez moi, je veux trouver du réconfort, une présence, je veux échapper à moi-même. Alors je me de­mande : comment puis-je être libre de cet attachement ? Je parle d’attachement à titre d’illustration, comme je pourrais parler d’autre chose. Lire la suite


Avr 18 2017

Citation du jour : Ne prenez pas vos pensées trop au sérieux…

 

« Le flux de la pensée a une force énorme qui peut aisément vous emporter. Chaque pensée se donne tellement d’importance! Elle veut attirer toute notre attention. »

Eckhart Tolle

Source : L’art du calme intérieur, Eckhart Tolle – Édition J’ai Lu
Photo : Photos Libres

Avr 18 2017

PERCEPTION et PRÉSENCE

images

C’est simple: les yeux, le cerveau et tout le reste, inconsciemment, font leur travail, sans aucun effort ni appui, restituent une image (une impression, etc…). De cette image surgit, du mental, de la mémoire, du corps « grossier », une fantasmagorie à propos de cette image. Le rêve, l’apparence spontanée, deviennent alors un monde opaque… Il ne s’agit donc pas de trafiquer l’image, de lui rajouter ou soustraire quoi que ce soit, ça n’a rien à voir. Laisser juste reposer dans le néant la mémoire, le corps grossier et le mental discriminant, afin de laisser l’image « en l’état », et, dans cette absence de ce qui n’a jamais vraiment été présent, se dévoiler la Présence, qui n’est autre que le fonctionnement naturel et sans appui de notre structure. Voilà pourquoi la forme n’est pas autre que silence et le silence pas autre que forme.

http://nondualite.canalblog.com