Mai 8 2017

JE SUIS CELA – MAIS …


JE SUIS CELA – MAIS …

Je suis cela, mais … … … … ..
J’ai besoin de prendre des responsabilités, de guérir ma vie, d’approfondir, d’être plus conscient, d’être ici maintenant, d’ entrez dans le silence, de sauver la planète, d’exprimer mes émotions, de penser positivement, de devenir le témoin, le bonheur absolu, de trouver un gourou, d’être utile, de trouver le sens de la vie, de calmer mes pensées, de faire de bonnes œuvres, de me débarrasser de l’ego, de reconnaitre ma virilité ou ma féminité, d’être plus pratique, de devenir illuminé, de trouver mon âme sœur, procédez à une cérémonie, d’être initié, d’être en contact avec mes sentiments, … … ….

Peut-être est ce nécessaire. Comment puis-je ne pas être d’accord ? Pendant que vous êtes occupé a tout cela, je vais aller et prendre une tasse de thé et lire le journal.

CE QUI EST DÉJÀ

Ce qui est, maintenant est perfection.
A chaque instant le contenu de la conscience est absolument parfait tel qu’il est.

Ce moment actuel de conscience n’a pas surgi du passé et n’est pas lié à l’avenir.
Ceci est Conscience, maintenant.

Si vous semblez être une personne séparée avec un fort sens de l’ego et beaucoup de problèmes, c’est parce que vous – Conscience – jouez ce rôle. L’individu apparemment séparé peut se focaliser sur le développement personnel, la vie spirituelle, ou toute autre chose tout au long de sa vie, si tel est le rôle qui doit être joué, mais seule la lucidité de ce que vous êtes vraiment met fin a la recherche pour devenir éveillé ou être autre chose que ce que vous êtes déjà.

L »ÉVIDENCE

Vous – Conscience apparaissez comme l’ensemble de votre jeu maintenant.
Votre jeu n’est pas une création séparée visionnées et présidée par vous. Vous apparaissez comme votre jeu a l instant, complètement conscient, absolument éveillé, dans l impossibilité donc de vous réveiller. Vous êtes toujours apparent a vous-même; jamais caché.

Les personnages joués par vous dans votre jeu n’ont pas d’existence distincte, seulement apparente. Vos personnages sont vous, vous célébrant, immergé dans votre grand jeu de la vie, jouant le jeu de se chercher vous-même, parfois vous voyant comme apparition dans votre pièce de théâtre.

Cette communication sur la lucidité n’a pas d’intérêt particulier ou de signification sur toute autre partie de la pièce. Elle ne comporte aucun mérite et n’a pas de raison. Il y a la aucune invitation a vous trouvez.

La personne lucide apparaît ici avec toutes ces évidences, voyant avec clarté le jeu dans toutes ses formes multiples, reconnaissant la non-nécessité de tout.

En ce moment même, vous êtes la conscience, apparaissant comme personnage dans votre pièce. Peut-être que vous pensez avoir besoin de confirmation. Oubliez ça. Détendez-vous. Vous êtes déjà cela

Avec beaucoup d’amour pour vous de votre part.

Nathan Gill
February 2000 Février 2000

POSTFACE

J’ai cherché «l’illumination» pour échapper à ce que je croyais être les problèmes, les essais et l’ennui de la vie ordinaire.
La vie ordinaire se poursuit, mais est maintenant vue dans, et comme conscience présente. La «recherche spirituelle» est révolue.  La vie est comme elle est.

Nathan est né en 1960 et vit dans l’Angleterre rurale, travaillant comme jardinier.
Il anime des dialogues sur la lucidité à Londres.

http://tony.metawiki.com


Mai 8 2017

Une manière d’agir totalement différente

Krishnamurti - portrait

Krishnamurti

Il ne s’agit pas ici d’une propagande idéologique, ni d’une forme de croyance, ni de conclusions d’ordre philosophique, ni d’une religion dans l’acception communément admise du terme. Nous observons ce qui se passe dans le monde. Il ne s’agit pas d’un point de vue personnel mis en avant par l’orateur ; c’est ensemble que nous observons lucidement — sans aucun préjugé, sans nous identifier à une portion spécifique de l’univers, ni à aucune croyance, à aucun dogme religieux — nous observons donc l’extrême violence à l’oeuvre dans le monde : les guerres, la menace de la bombe atomique, les dissensions religieuses, les divisions nationalistes avec leur panoplie d’armements. L’univers dans lequel nous vivons est un univers dangereux, et la plupart des gens ne se rendent pas compte, je le crains, de l’immense dégradation, de l’immense dégénérescence en marche dans le monde entier. Et nous nous efforçons d’appliquer à ces problèmes des solutions politiques, économiques, sociales ou évangéliques — ce qui, bien entendu, ne fait qu’accroître encore la confusion, la séparation, la division et donc le confit.

Ce ne sont ni la politique, ni les religions en place, ni l’accumulation de connaissances scientifiques qui vont résoudre nos problèmes — pas plus que les psychologues, les prêtres, les spécialistes. La crise, elle est dans notre conscience, c’est-à-dire dans notre esprit, dans la manière que nous avons de considérer le monde sous un angle étriqué et limité. C’est là qu’est la crise. L’esprit humain a évolué sur des millions et des millions d’années, il est conditionné par le temps et l’évolution. Un esprit conditionné de la sorte, avec la conscience étroite, limitée, exclusive qui est la sienne — considérant la crise qu’il traverse dans le monde actuel — peut-il jamais être changé ? Peut-il amener un changement radical au sein de ce conditionnement ? Lire la suite


Mai 8 2017

Survival – Bob Marley – OWS – ThePlot911

Un bon petit Marley, quoi de mieux?

 

http://youtu.be/sjPVR12xts4


Mai 8 2017

Dialogue avec l’ange – extrait (vous verrez, c’est pas de la camelotte new age)






 

Un vendredi aprés-midi de juin 1943. Dans la Hongrie occupée, quatre amis discutaient lorsque, tout á coup, Hanna prononça des paroles qui, de toute évidence, ne lui appartenaient pas. Pendant dix-sept mois, chaque vendredi, une a voix  » parlera par sa bouche. Ces entretiens seront publiés sous le titre de « Dialogues avec l’ange » (Aubier), dont Gitta Mallasz, derniére survivante du groupe, s’est faite le scribe. Ce texte internationalement célébre vient d’être réédité en version intégrale.

 

 

Gitta Mallasz

Dans le numéro 79 de « Psychologies », Gitta Mallasz nous indiquait :  » De nous quatre, Hanna était la plus terre á terre, la plus consciente d’elle-mìme, la plus vive d’esprit. En mìme temps, elle était trés intuitive. C’est ce pouvoir de concentration qui lui a ouvert les portes pour une dimension de vie plus intense. Lorsqu’elle s’est écriée :  » Attention, ce n’est plus moi qui parle ! « , je savais qu’une force qui nous dépassait s’exprimait á travers elle. Pourtant, elle n’était jamais en transe : elle était simplement plus lucide. Et cela ne nous a pas du tout surpris, c’était naturel. Puis, chaque vendredi, á 3 heures, nous avons reçu l’ange comme si nous recevions natu-rellement un ami. Evidemment, la plu-part des gens’qui ont des révélations sont en transe, un phénoméne bien connu dans toutes les religions. Mais tel n’est pas le cas ici. Tout état de pos-session médiumnique ou de transe n’a donc rien á voir avec celui d’Hanna. En fait, il s’agit d’un état d’éveil plus conscient… parce que, dans la vie ordi-naire, nous ne sommes pas éveillés, mais endormis ! Nos yeux sont encore fermés.

DIALOGUES AVEC L’ANGE

DIALOGUES AVEC L’ANGE
Edition intégrale Recueillis par Gitta Mallasz
Editeur : AUBIER ISBN : 2-7007-2833-5

En 1943, alors que la Hongrie n’est encore qu’au bord de la guerre, quatre jeunes gens – Hanna, Lili, Joseph et Gitta – décident d’installer leur atelier de décoration dans un petit village, pour y vivre une vie plus attentive à l’essentiel. Si une même faim spirituelle les rapproche, aucun d’entre eux, pourtant, n’a jamais pratiqué sa religion.

Le jour où ils entreprennent de faire le point par écrit sur leurs problèmes personnels, Gitta se dérobe, se réfugie derrière des banalités. Hanna tout d’abord s’en irrite, puis a juste le temps de prévenir son amie – « Attention, ce n’est plus moi qui parle ! » – avant de prononcer, en toute conscience, des paroles qui manifestement ne peuvent lui appartenir.

Pendant dix-sept mois, des forces de Lumière – que les quatre amis appelleront « Anges » ou « Maîtres intérieurs » – s’exprimeront par la bouche d’Hanna. Dix-sept mois qui deviendront de plus en plus dramatiques : juifs tous trois, Joseph, Lili et Hanna partiront pour les camps de la mort. Seize ans plus tard, Gitta, la seule survivante, pourra enfin emporter en France les petits cahiers où avait été consigné mot par mot, lors de chaque rencontre, ce véritable « reportage sur une expérience spirituelle ».

 

Quelques extraits

Les commentaires de Gitta Mallazs sont en italiques, la lettre L. Signifie que la question est posée par Lili. Les textes sans autre mention émanent directement de l’ange, les capitales signalant un moment d’intensité particulière.

Lili: Pouvons-vous quelque chose contre les horreurs de la guerre ?
Lili est arrêtée net par un geste fulgurant de défense.

– NON ! LA GUERRE EST L’HABITUEL.
IMPOSSIBLE DE LUTTER CONTRE LE PASSE.
TOURNEZ-VOUS VERS LE JAMAIS-ENTENDU !

Je comprends que seule la Force nouvelle à venir peut transformer le vieil instinct de tuer.

Tu te mens encore.
Le mensonge est peur.
Mais tu n’as pas de raison d’avoir peur.

Sois attentive !
Le chemin n’est pas pesant…
Sois légère !
(…)
Si c’est pesant pour toi, tu t’égares.

La ville est coquille vide,
elle n’est plus, elle est malédiction pétrifiée,
même sa poussière est malédiction,
car rien n’y pousse.

Je vais te dire un secret :
La LUMIERE est la même que la lumière,
seule l’intensité est différente.

JE NE SUIS PRESENT QUE DANS LA JOIE.

Le vrai sentiment est immobile,
IL AIME TOUT ET RAYONNE.

Chacun est responsable de sa propre voix.
Ainsi elle ne peut pas être fausse.
Le Destructeur ne peut pas s’y glisser –
Seul dans le faux il le peut.

LA PAROLE EST PORTEUSE DE LUMIERE.
LA PAROLE VRAIE A SON POIDS.
LA PAROLE MENSONGERE EST SANS POIDS.
Le Destructeur se réjouit de la faille,
lui, le père de tous les mensonges,
il effrite, démolit.
Ce n’est pas la violence qui détruit les murs,
mais le mensonge.

 

Accueil©
Pour discuter, echanger, informer, ...N'hésitez pas à nous envoyer vos témoignagesQui sommes nous ?Une sélection de livres !!!Pour ne pas vous perdreNotre sélection

Tous droits réservés, Outre-vie.com, Mars 2003.
Commentaires et suggestions à xourim@outre-vie.com

Conception et design
Ecrire au webmaster

Mai 8 2017

Est-ce là le but de l’Éducation, de vous obliger volontairement ou non à vous adapter à cette structure démente qu’on appelle la société?

krishnamurti« Voyez-vous, vous vivez dans une des plus belles vallées que j’aie jamais vue. Il s’y attache une atmosphère particulière. Avez-vous remarqué, surtout au crépuscule et aussi au point du jour, une certaine qualité de silence qui pénètre, qui imprègne toute la vallée ? Je crois qu’il y a autour de nous des collines parmi les plus anciennes du monde et l’homme ne les a pas encore abîmées. Partout où l’on va, dans les villes et ailleurs, l’homme détruit la nature, abat les arbres pour construire de plus en plus de maisons, polluant l’air avec ses automobiles et ses industries ; il détruit les animaux – comme le tigre qui a presque disparu. Il détruit tout parce qu’il naît de plus en plus d’enfants et qu’ils ont besoin de plus en plus d’espace. L’homme répand graduellement la destruction dans le monde entier. Quand on arrive dans une vallée comme celle-ci – où la population est peu nombreuse, où la nature n’est pas profanée, où règnent le silence, le calme, la beauté – on en est tout étonné. Chaque fois que l’on vient ici, on ressent l’étrange particularité de cette terre, mais il est probable que vous vous y êtes habitués. Vous ne contemplez plus les collines, vous n’écoutez plus les oiseaux, vous n’entendez plus le vent dans les feuilles. Petit à petit, vous êtes devenus indifférents.

L’éducation ne consiste pas à apprendre dans des livres, à confier certains faits à la mémoire, mais à apprendre comment regarder, comment écouter toutes ces choses que racontent les livres, que ce qu’ils racontent soit vrai ou faux. Tout cela fait partie de l’éducation. Elle ne consiste pas simplement à passer des examens, à obtenir un diplôme et une situation, à se marier et à s’installer, mais encore à savoir comment écouter les oiseaux, comment voir le ciel, l’étonnante beauté d’un arbre, le dessin des collines, comment les sentir, comment être vraiment en contact avec toutes ces choses. Tandis que vous allez vieillir, ce sentiment d’écouter, de regarder, disparaîtra malheureusement, parce que vous aurez des soucis, parce qu’il vous faudra plus d’argent, une plus belle automobile, plus ou moins d’enfants. On devient jaloux, ambitieux, avide, envieux ; et ainsi on perd ce sentiment de la beauté de la terre. Vous savez ce qui se passe dans le monde. Vous êtes forcément au courant de l’actualité. Il y a des guerres, des émeutes, une nation se dressant contre une autre. Dans ce pays également, il y a des divisions, des séparations, et il y a un taux de natalité croissant, une misère, des conditions sordides, une dureté grandissante. L’homme est indifférent à tout ce qui peut arriver à son prochain, pourvu qu’il soit, lui, bien en sécurité. Lire la suite


Mai 8 2017

Citation du jour : Il n’y a rien à pratiquer!

« Il n’y a rien à pratiquer. Connais-toi toi-même, sois toi-même. Pour être toi-même, arrête de t’imaginer d’être ceci ou cela. Sois simplement. Laisse ta vraie nature émerger. Ne dérange pas ton esprit en cherchant. »

Sri Nisargadatta Maharaj

Source : http://www.seressourcer.net/citations.htm

Photo : Photos Libres