Juil 7 2017

Un des plus beau texte de la bible; le Qohélèt ou Ecclésiaste 3:1-8

Qohélèt: la déconstruction

Paroles de Qohèlèt, le fils de David, roi de Ieroushalaîm.
Fumée de fumées, dit Qohèlèt; fumée de fumées, tout est fumée.
Quel avantage pour l’humain en tout son labeur,
dont il a labeur sous le soleil ?
Un cycle va, un cycle vient; en pérennité la terre se dresse.
Le soleil brille, le soleil décline; à son lieu il aspire et brille là.
Il va au midi, il tourne au septentrion, il tourne,
tourne et va, le souffle, et retourne sur ses tours, le souffle.
Tous les torrents vont à la mer et la mer n’est pas pleine.
Au lieu où les torrents vont, là, ils retournent pour aller.
Toutes les paroles lassent, l’homme ne peut pas en parler.
L’oeil ne se rassasie pas de voir, l’oreille ne se remplit pas d’entendre.
Ce qui a été sera, ce qui s’est fait se fera:
il n’est rien de tout neuf sous le soleil.
Il est une parole qui dit: « Vois cela, c’est neuf ! »
C’était déjà dans les pérennités, c’était avant nous.
Pas de souvenirs des premiers, ni même des derniers qui seront,
pas de souvenir d’eux, ni de ceux qui seront en dernier.

Qohélet 1:1-11, traduction de l’auteur juif André Chouraqui Lire la suite


Juil 7 2017

La vie


Juil 7 2017

« Aprokshânuhûti » : l’aperception immédiate

Aprokshânubhûti, l’aperception immédiate, n’est pas de nature intellectuelle: il ne s’agit pas d’une connaissance conceptuelle à caractère exclusivement masculin.
L’aperception est une expérience globale de la réalité, simultanément physique, »émotionnelle », »psychique » et spirituelle.
C’est pour quoi elle st ici symbolisée par une femme.

La connaissance féminine est toujours homogène et globale.
Une connaissance rassemblée, les détails sont entrelacés les uns dans les autres, sans que les uns se détachent plus que les autres.
Une connaissance qui tangue constamment entre le flou et le précis, entre l’universel et l’intime, le collectif et l’infiniment privé;
c’est une connaissance qui « se sait en secret », et ne se définie jamais.
Lorsqu’elle se manifeste, le sang et les os, le souffle et les entrailles, des pieds à la tête, c’est le corps entier qui sait.
C’est comme une « Idée »qui traverse l’esprit, et qui remonte sans cesse des profondeurs de la mémoire.
Ici, l’esprit prend corps.Il s’agit d’une traversée envahissante, en laquelle corps, cœur, tête ne forment plus qu’une seule entité connaissante.
Des profondeurs jusqu’au sommet. De l’intérieur jusqu’à la surface, d’un seul coup tout se souvient…

Et c’est cela la Grâce…. »

(…..)


« Il est certain que la Grâce ne se manifestera pas tant que nous vivons dans l’encombrement moral et sensoriel.
La Grâce vient dénouer les nœuds du cœur dans le désencombrement, le dépouillement de l’égo…(…)

Là ou le vide a été fait, où plus rien de superflu n’encombre l’esprit, où nous ne nous faisons même plus une idée de Dieu ou de l’Ultime Réalité, où nous avons ôté de notre esprit toute image possible du divin.

Dans cette espace vacant,où il n’y a aucune projection, aucune attente, aucune intention, la Grâce peut venir nous édifier de l’intérieur sur le contenu de L’ Absolu.
C’est dans cet espace seul que peut se manifester l’aperception immédiate,Aprokshânubhûti , personnifiée ici par Uma Haimavatî, tout à la fois déesse et femme »

 

 

http://saveurdevivance-voixdesilence.over-blog.com/

 

« La voie de l’essentiel »les Upanishad d’hier à aujourd’hui. Jean Letshert


Juil 7 2017

Citation du jour : La vie c’est aujourd’hui!

« La vie c’est aujourd’hui, mais tu dois être éveillé pour le savoir. Si tu es fixé à ton passé ou si tu espères un futur meilleur, tu es en train de perdre ta vie. Celui qui vit dans le passé, non seulement dort, mais il est mort, car le passé est déjà mort. Et celui qui vit en rêvant du futur est un égaré, un fou, car le futur n’existe pas. » Anthony De Mello

Source : http://ademello.net
Photographie : Marc Lajoie (2012)