Juil 27 2017

Je suis la Vie même !

«La Vie est. Il n’y a personne qui la vit. Ce n’est pas « ma vie ». Il n’y a pas de « moi » qui vit. Mais je suis la Vie. Ce « je » n’est pas un « moi » personnalisé. Ce n’est pas une prétendue personne séparée. Il n’y a pas de séparation sous-entendue entre l’écrivain et le lecteur. Ce « je » est « vous ». Ce « je » est tout ce qui est. Je suis la Vie même.»

«Ces mots ne décrivent rien de nouveau. En fait, ce qui est exprimé ici est intemporel. Cela a toujours été connu et reconnu. C’est la chose la plus familière et la plus ordinaire. C’est ce que je suis.»

«Je suis donc allée la voir.

Alors même qu’elle parlait, je luttais contre tout ce qu’elle disait. J’essayais de tout organiser. J’essayais de comprendre et de relier ce qu’elle disait avec ce que je pensais connaître. Les pensées tournoyaient et travaillaient très dur pour trouver la solution. C’est à ce moment-là, qu’il y a eu soudain une reconnaissance de ce que je suis. Maintenant c’est vu comme ce qu’on appelle « l’Éveil ». Je ne peux pas dire que c’était quelque chose de vraiment spécial car il n’y avait rien, ni personne pour le décrire. Après ce non-évènement, les pensées ont essayé de rapporter, d’expliquer que c’était arrivé à cause de ceci ou cela. Mais en fait c’était arrivé, tout simplement ! Ou plus précisément rien n’était arrivé. C’était en fait, la reconnaissance du caractère tout à fait ordinaire du non savoir, mais avec elle, il y avait une relaxation et un tel soulagement par opposition au désespoir de la recherche. Il était évident que ce qui était montré, était vraiment ce que je suis. Je l’avais toujours su, mais j’avais toujours prétendu ne pas le savoir. Je m’étais tellement habituée à ne pas le voir, car c’est toujours là, en arrière-plan du jeu de la vie. Je m’étais tellement habituée à ce que les gens fassent semblant et parlent de tout ce qui apparaît dans le jeu, que je n’avais jamais compris que le jeu pouvait être utilisé pour exprimer cela même, qui connaît le jeu. Une fois « vu », ce n’était plus que rires. « Regardez, nous ne faisons que faire semblant. Ha ! Ha ! » C’est ce qu’on appelle « l’Éveil ». En fait on aurait pu presque dire qu’il y avait fusion avec ce qui était déjà connu, mais seulement négligé. Il y eut des larmes de gratitude envers la Vie. Enfin, enfin trouvé. Enfin reflété dans l’apparence. Enfin le voile pouvait tomber, il n’y avait que la détente dans le non-savoir.»

Les premières lignes :

«Je ne sais rien. Je suis complètement perdue. La seule chose que j’ai toujours sue, c’est que je ne sais pas. Toutes les fois où je pensais que je savais, ou que je devais savoir, ou que tout le monde semblait savoir, la chose la plus importante qui soit apparue, la seule constante, c’est que «je ne sais pas». Tout au long de l’histoire de «ma vie», il y a toujours eu un sentiment d’égarement et de non-savoir. Puis il y a eu la prétention du savoir, de la croyance et de l’espoir qui l’ont, semble-t-il, recouvert. Tout cela c’est le jeu de la Vie.

La reconnaissance de la Vie telle qu’elle est, est la reconnaissance de ce qui est déjà et a toujours été : le non-savoir. C’est ce que je suis. L’absolu innocent non-savoir. Dans le non-savoir, il n’y a pas de doute. Dans le non-savoir, il y a une clarté absolue. La reconnaissance directe, simple, de ce qui est. C’est ce que je suis. Je suis la Vie même.»

Je suis la Vie meme « Je suis la Vie même », Unmani Liza Hyde – Éditions L’OrigineL

L’auteur pointe vers l’illusion de croire en une personne qui aurait un quelconque libre arbitre en sa vie. S’attribuer un « moi », une personnalité, une caractéristique, est un leurre, mais c’est le leurre originel. Depuis la tendre enfance où elle reconnaissait de façon intuitive le jeu de se prendre pour quelqu’un, jusqu’au moment de la reconnaissance de sa nature fondamentale, il fallut à l’auteur « épuiser l’effort de comprendre ». Mais, la reconnaissance est « la fin de l’histoire ». Plus personne n’est là pour s’approprier quoi que ce soit. Tel est le sens de cet ouvrage : mettre en lumière la supercherie du « je ». En réalité, « je suis ce qui connaît l’apparence du corps et du monde. Ce que je suis ne peut être cerné, ce que je suis est sans limite. C’est le silence qui connaît tout ce qui arrive. Si le froid est ressenti, il n’est pas ressenti dans la corps, il est juste ressenti. Cette sensation est simplement connue dans le non-savoir. » Il n’y a donc rien à chercher, mais en même temps la recherche spirituelle est le jeu de la vie dans lequel nous sommes pris. La reconnaissance de cela, c’est reconnaître la simplicité de la vie. Et le regard devient alors simple. Ce qui est, est.

Visiter son site (en Anglais) : http://www.not-knowing.com/

Juil 27 2017

Le lâcher-prise


Maintenant, je vous propose de cultiver une attitude:
celle qui consiste à lâcher prise
chaque fois que la résistance à tout ce qui vous arrive est inutile.

Je reconnais qu’il est parfois difficile de faire la différence, dans la vie quotidienne, entre ce que je peux changer et ce que je ne peux pas changer.

C’est du reste la première étape de la démarche que je vous propose, démarche qui consiste, devant tout événement de la vie qui s’impose à vous et que vous souhaiteriez changer, de vous demander si vous êtes en mesure de le faire, autrement dit si vous êtes capable d’aller contre ou si, au contraire, vous ne devez pas plutôt vivre avec.

Chaque fois que vous n’y pouvez rien changer, chaque fois que vous devez vivre avec, l’attitude juste consiste précisément à lâcher prise: à ne pas offrir une résistance, non seulement inutile, mais qui est toujours dans ce cas source de tensions.

Lâcher prise, lorsque vous n’y pouvez rien, c’est aller avec ce qui est.

Il suffit de s’observer pour découvrir jusqu’à quel point chacun de nous dit « non » à la vie:

Je dis non à la tempête; non au lundi matin; non à me lever le matin; non à faire telle démarche; non à la refaire le lendemain; non à la crevaison d’un pneu; non à la lettre que je viens de recevoir concernant ma déclaration de revenus; non à l’hiver; non à telle ou telle personne, parfois même à toutes les autres; et surtout, non à moi-même, non à ce que je suis…

Dans tous ces exemples de la petite vie de tous les jours, il s’agit souvent d’événements, de circonstances ou de conditions auxquels je ne peux rien.

Autrement dit, je ne peux pas empêcher que la vie m’arrive. Lire la suite


Juil 27 2017

Regarder Ici

« Qui devient homme cesse d’être le tout… qui revient au tout crée le tout » Plotin.
Le tout se déploie à l’intérieur de chaque moi. Son unité enferme donc une diversité. Cette relation ne résulte pas de la combinaison des éléments, comme s’ils préexistaient, au moins logiquement, à leur relation. Elle n’est pas l’effet d’une sélection parmi les possibles ordonnés à une fin. Elle n’est pas la conclusion d’un procès dialectique. Donc, ni mécanisme, ni finalisme, ni contingence, ni nécessité morale ou logique ne suffisent à caractériser l’ordre des choses. le monde est régit par une nécessité d’expression, semblable à la spontanéité créatrice de l’artiste et de l’inventeur qui fait venir à l’être d’un seul coup le possible et le réel. L’enchaînement des composantes n’est que la trace indélébile en chacune d’une dissociation imparfaite et impossible à achever. Le sens de n’importe quel fragment est dans le tout que chacun porte en soi. Et l’intelligibilité du tout est celle d’un jeu d’expansion et de plénitude.
Plotin nous compare à des choristes qui chantent et dansent, en formant un cercle mobile autour du coryphée. S’ils se tournent vers les spectateurs et n’ont d’yeux que pour le dehors, leur jeu se dissout et s’éteint. En revanche, tant qu’ils regardent le maître de chœur et se rattachent à leur centre, ils sont comblés de rythme et d’harmonie. Lire la suite

Juil 27 2017

Faith le chien

 Auteur inconnu
Voici « Faith »Faith, le chienElle est née la veille de Noël 2002 d’un croisement entre un labrador et un chow-chow. Elle avait 3 pattes : 2 pattes arrière en bonne santé et 1 patte avant anormale qui dût être amputée.
Rejetée par sa mère et son maître, elle fut recueillie par Ruben Stringfellow, un jeune adolescent qui l’apporta à sa mère « Est-ce que l’on peut la soigner ? »
« Non, mais nous pouvons peut-être l’aider »

Au début, Jude Stringfellow et sa famille la portaient dans leur bras afin qu’elle ne reste pas tout le temps avachie… mais Jude était déterminée à lui apprendre à marcher seul.
Elle se servit d’une planche de surf pour que la chienne sente le mouvement.

Ensuite, à force de beurre d’arachide et de récompenses lorsqu’elle se redressait ou lorsqu’elle faisait des sauts, Faith apprit à se tenir et à se déplacer sur ses pattes arrières. Même l’autre chienne de la maison l’encourageait à marcher.

Faith, le chien

Après un entraînement dans la neige, Faith a commencé à marcher comme un humain.

Elle adore marcher maintenant.
Peu importe où elle va, les gens sont attirés par elle.

Faith, le chien

C’est devenu une vedette de la scène internationale.
On peut la voir dans plusieurs journaux et documentaires.

Elle est le sujet d’un livre intitulé  »Avec un peu d’espoir ».
Elle a aussi passé une audition pour un des films d’Harry Potter.

Jude Stringfellow a aujourd’hui abandonné sa carrière de professeure pour faire des tournées avec Faith et donner des conférences.
« Même si nous n’avons pas un corps parfait, cela n’empêche pas que notre âme et notre intellect le soient ! »

La chienne porte un message fort sur l’acceptation de la différence et sur le respect du droit à la différence. « Faith m’a appris que la différence est une richesse ».

Faith, le chien

Jude et Faith parcourent les hôpitaux, à la rencontre des anciens combattants blessés. Un moment très touchant pour Jude Stringfellow fut la rencontre avec une femme de New York plongée dans une profonde dépression après avoir perdu l’usage de ses deux jambes (suite à un diabète). « Elle était dans sa chaise roulante quand elle nous a vues. Elle pleurait. Elle avait vu Faith à la télévision. Elle l’a juste serrée dans ses bras et a loué son courage », rapporte Mme Stringfellow. « Elle nous a dit : « j’étais sur le point de me tirer une balle dans la tête » ».

Livres, émissions, événements… Jude Stringfellow et Faith remplissent avec joie une mission porteuse d’espoir pour de très nombreuses personnes !

Lorsque nous sommes inspirés par un grand but, une grande mission ou un projet extraordinaire, toutes nos pensées brisent leurs vieux schémas, notre esprit transcende les limites que nous avions et nous nous retrouvons devant un horizon aux multiples possibilités.

Les forces, les facultés, les dons et les talents qui dormaient en nous s’éveillent. Nous découvrons que nous sommes infiniment plus grands et merveilleux que ce que nous avions rêvé en secret de devenir un jour !

Faith, le chien, dans la rue

http://paroles-de-sagesses.infini-terre.fr