Août 8 2017

Rien n’est réel !


Août 8 2017

Satprem

 

 

Satprem (1923-2007)


Août 8 2017

Citation du jour : La mémoire.

La mémoire est l’ingérence du passé dans le présent. Le passé s’introduit en force simplement parce qu’il n’a pas été complètement accepté. Au moment où nous l’acceptons, nous en devons libre. La souffrance, les soucis, la tristesse apparaissent parce que l’on refuse ce qui arrive, ce qui est. 

Swami Prajnanpad

Source : http://nondualite.free.fr/c_prajnanpad.htm
Photo : Photos Libres

Août 8 2017

« Le Bonheur désespérément »

« Le plaisir est le bonheur des fous. Le bonheur est le plaisir des sages » ( Barbey d’Aurevilly )

Tous les hommes recherchent d’être heureux. Pascal a dit par boutade dans ses Pensées :  » C’est le motif de toutes les actions de tous les hommes, jusqu’ à ceux qui vont se pendre « .

Pour cette raison, le bonheur est l’un des thèmes privilégiés de la philosophie, depuis les Grecs (Socrate, Platon , Epicure, Aristote) jusqu’à Kant, Spinoza, Diderot, Descartes, Montaigne ou Alain…

Plus récemment, André Comte-Sponville, a renoué avec cette vieille notion philosophique, jugée obsolète vers la fin du 20e siècle, et a publié un petit opuscule intitulé  » Le bonheur, désespérément  » (Ed. Pleins Feux 2000), texte d’une conférence-débat qu’il a prononcée en 1999.

Son idée principale est qu’il ne faut pas vivre ou plutôt espérer mieux vivre dans l’avenir, mais que la sagesse consiste à vivre pour de bon, avec les plaisirs et les joies du présent, en ne désirant que ce que l’on a au moment présent.

C’est ce qu’il appelle le bonheur en acte, un bonheur qui n’espère rien.

Pour André Comte-Sponville, c’est la philosophie qui peut nous mettre sur la voie du bonheur, car son but est la sagesse. Mais le bonheur que les grecs appelaient sagesse doit être un bonheur vrai, un bonheur dans la vérité ; il ne doit pas être obtenu par des artifices ( comme par exemple la pilule du bonheur), des illusions ou des divertissements au sens pascalien du terme.

Saint Augustin, pour définir la béatitude, la vie vraiment heureuse, par opposition aux petits bonheurs plus ou moins factices ou illusoires, parlait de  » la joie qui naît de la vérité « .

Cette sagesse reste un idéal que peu d’hommes peuvent atteindre ; mais elle indique une direction :  » Celle du maximum de bonheur dans un maximum de lucidité « . Lire la suite


Août 8 2017

Citation du jour : Discernez le réel de l’irréel

« Tout ce à quoi vous êtes attaché, tout ce que vous aimez
et tout ce que vous connaissez disparaîtra un jour.

Savoir cela, et savoir que le monde est une création de votre mental,
ce monde dans lequel vous jouez et dont vous souffrez,
voilà le discernement.

Discernez le réel de l’irréel ;
ce qui est connu est irréel, et va et vient.
Ainsi, restez dans l’Inconnu, l’Immuable, la Vérité. »

Mooji

Source : Satsang avec Mooji
Photo :Photos Libres

Août 8 2017

Je SUIS-qui-est

Ken Wilber

 

Remarquez votre attention présente

Remarquez les objets qui apparaissent au sein de votre at tention – les images et les pensées qui se présentent à votre mental, les sentiments et les sensations qui émer gent à l’intérieur de votre corps, la myriade d’objets qui apparaissent autour de vous dans la pièce ou l’environnement. Tous ceux-ci sont des objets qui deviennent présents à votre attention.

Pensez maintenant à ce qui était présent à votre attention 5 minutes plus tôt. La plupart de vos pensées ont changé, la plupart de vos sensations corporelles ont changé, et probablement la majorité de l’environnement a changé. Quelque chose en vous est le même maintenant que 5 minutes plus tôt. Qu’est-ce qui est présent maintenant qui était également présent 5 minutes plus tôt ?

« Je SUIS-qui-est ». Le sentiment-attention de « Je SUIS-qui-est » est encore présent. Je suis ce « Je SUIS-qui-est » à tout instant. Ce « Je SUIS-qui-est » est présent mainte nant. Il était présent un moment plus tôt, il était présent une minute plus tôt, il était présent 5 minutes plus tôt.
Qu’est-ce qui était présent 5 heures plus tôt ?

Tout ce qui est de tout instant est « Je SUIS-qui-est ». Chaque personne sent ce même « Je SUIS-qui-est » – parce que ce n’est pas un corps, ce n’est pas une pensée, ce n’est pas un objet, ce n’est pas l’environnement, ce n’est pas n’importe quoi qui pourrait être vu, mais c’est plutôt le Prophète de tout instant, le Témoin continuellement ou vert et vide de tout ce qui apparaît, en n’importe quelle personne, en n’importe quel monde, en n’importe quel en droit, en n’importe quel temps, dans tous les mondes jusqu’à la fin des temps, il y a seulement et toujours ce «Je SUIS-qui-est » évident et immédiat. Que pourriez-vous éventuellement savoir de plus ? Qu’est-ce que n’importe qui pourrait éventuellement savoir d’autre ? Il y a seulement et toujours ce « Je SUIS-qui-est » rayonnant, auto-connaissant, auto-ressentant, auto-transcendant, et continuellement présent, que ce soit maintenant, 5 minutes, 5 heures, 5 siècles plus tôt.

5 millénaires plus tôt ?

Avant qu’Abraham ne fût, JE SUIS. Avant que l’univers ne fût, JE SUIS. Ceci est mon Visage original, le Visage que j’avais avant que mes parents soient nés, le Visage que j’avais avant que l’univers soit né, le Visage que j’avais depuis toute éternité avant que je ne décide de jouer ce tour de cache-cache, et de me perdre dans les objets de ma propre création.

Je ne prétendrai plus JAMAIS ne pas connaître ou ne pas ressentir mon propre « Je SUIS-qui-est ».

Et avec cela, le tour est déjoué. Un million de pensées sont allées et venues, un million de sentiments sont allés et venus, un million d’objets sont allés et venus. Mais une chose n’est pas allée, et une chose n’est pas venue : le grand Non-Né et le grand Non-Mourant qui n’entrent ni ne quittent jamais le flux insaisissable du temps, une Présence pure au-delà du temps qui flottent dans l’éternité. Je suis ce grand « Je SUIS-qui-est », évident, auto-connaissant, auto-approuvant, auto-libérant.

Avant qu’Abraham ne fût, JE SUIS.

JE SUIS n’est rien d’autre que l’Esprit à la 1ère personne, l’ultime, le sublime, le rayonnant Soi du Kosmos entier et créateur de toute chose, présent en moi et en vous et en lui et en elle et en eux – en tant que « Je SUIS-qui-est » que tous et chacun de nous ressentons.
Parce que dans tous les univers connus, le nombre total des JE SUIS n’est rien d’autre que « un ».

Reposez-vous toujours en « Je SUIS-qui-est », l’exact « Je SUIS-qui-est » que vous ressentez en cet instant même, qui est Lui-même l’Esprit Non-Né rayonnant en vous et à travers vous. Assumez également votre identité person nelle – en tant que cet objet-ci ou cet objet-là, ou ce soi-ci ou soi- là, ou cette chose-ci ou cette chose-là – en vous reposant toujours sur le Terrain qui est le Fondement du Tout, en ce grand et absolument évident « JE SUIS-qui est », puis levez-vous et continuez votre journée, dans l’univers créé par JE SUIS.

C’est un nouveau jour, c’est une nouvelle aurore, c’est un nouvel homme, c’est une nouvelle femme. Le nouvel humain est intégral, et ainsi en est-il du nouveau monde. »

Extraits de Le Livre de la vision intégrale, paru chez Intereditions


Source : eveilphilosophie.canalblog.com
http://www.reikido-france.com