Août 12 2017

Penser est une maladie

La pensée discursive

est une maladie

(L’errance du mental)

Pourquoi penser ?

La personne s’approprie objectivement le corps devant elle et rationalise le refoulement du sentiment d’insécurité correspondant. L’activité mentale apparait pour lutter contre cette insécurité.L’identification au corps n’est jamais complète parce les molécules qui le composent sont remplacées tous les sept ans. Cette identité temporaire est inquiétante parce qu’il est impossible de prévoir l’issue des changements, ce qui renforce notre insécurité.

Comment la pensée fonctionne ?

La personne affirme être ou posséder un corps qui perçoit cinq sens. Chacun de ces sens a ses propres limites, soit une gamme dynamique en réponse aux stimuli. Ces informations sensorielles sont converties en signaux électriques puis retransmises via le système nerveux au cerveau. Le cerveau traite donc une information déjà manipulée et le processus de prise de conscience prend environ une demi-seconde (t=500ms).

Le cerveau est en réaction APRÈS les faits présumés existants à t=0, et est incapable d’accéder directement à l’instant t=0. La personne présume que l’instantané « temps réel » doit être « la cause de LA RÉALITÉ « . Mais « LA RÉALITÉ » présumée à t=0 n’est qu’une hypothèse imaginée APRÈS le fait supposé. Le cerveau est obligé de fonctionner APRÈS la réalité qu’il suppose, il fonctionne obligatoirement dans un monde irréel, et ce, selon sa propre logique et règle.

La représentation que la pensée se fait du monde extérieur se fonde obligatoirement sur des faits passés, limités, modifiés, partiels, mentalement spéculé, non prouvés et invérifiables. Tout est construit sur du passé et avec du passé. Pas de passé, pas d’activité mentale. Le passé est la matière première et exclusive du mental. Même l’avenir est dans le passé inéluctable du mental. C’est par la mémoire seulement que le mental s’active. Alphabet, mots, idées, concepts: la pensée utilise des symboles pour expliquer d’autres symboles, issus du passé et de ce fait imaginaires et purement symboliques. Lire la suite


Août 12 2017

Doit-on être conducteur ou passager ?


Août 12 2017

L’ Esprit sans demeure

Si vous voulez connaître cet Esprit clair et sans demeure, lorsque vous êtes assis correctement, connaissez seulement l’Esprit et ne pensez à rien. Tout ce qui est bien, tout ce qui est mauvais, n’y pensez pas du tout.Les affaires du passé sont déjà passées, donc n’y pensez pas, alors l’esprit du passé s’effacera de lui-même, cela s’appelle « absence d’affaires du passé ».Les affaires de l’avenir ne sont pas encore arrivées, donc ne les souhaitez pas, ne les cherchez pas, alors l’esprit de l’avenir s’effacera de lui-même, cela s’appelle « absence d’affaires de l’avenir ».Les affaires du présent sont déjà présentes; connaissez seulement le sans attachement dans toutes les choses, le sans attachement est de ne susciter ni haine ni amour, si on est sans attachement, l’esprit du présent va s’effacer de lui-même, cela s’appelle « absence d’affaires du
présent ».

Les trois temps ne peuvent avoir prise sur vous, donc on peut appeler « absence des trois temps »

Même si une pensée surgit, ne la poursuivez pas, alors l’intention de la poursuivre s’effacera d’elle-même. Même si une pensée demeure, ne la poursuivez pas, alors la pensée qui demeure s’effacera d’elle-même, c’est cela l’esprit sans demeure et c’est demeurer dans le sans demeure.

Si on connait clairement qu’on demeure, au moment de demeurer seules les choses demeurent et il n’y a ni endroit ou demeurer ni endroit sans demeure.

Si on sait clairement que l’esprit ne demeure nulle part, j’appelle cela « voir clairement l’Esprit foncier » ou « voir clairement l’Essence ».

Cet esprit qui ne demeure nulle part, lui seul est l’esprit du Bouddha.

On le nomme aussi « l’esprit délivré », « l’esprit d’éveillé », « l’ esprit sans naissance » ou « le vide de la forme et de l’essence ».

Houei-Hai. Traité sur l’ Éveil subit.

http://exdisciplesleblog3.blogspot.com

Août 12 2017

Mooji – L’Éveil, « ÇA » se déploie

 

 

Le monde tel que vous le percevez, la vie que vous pensez vivre et la personne que vous pensez être apparaissent au sein de la conscience que vous êtes véritablement. Comme conscience, vous êtes le témoin silencieux et impersonnel de tout ce qui se manifeste et apparaît. L’observation et l’expérience directe de cette vérité intemporelle est ce qu’on appelle la liberté ou l’éveil. Atma-vichara :Enquêter sur SA propre « NATURE », telle est l’invitation qui nous est lancée.

 


Août 12 2017

Dyade ou dualité

Les philosophes grecs ont baptisés dyade le principe de la « dualité » ou de l' »altérité ». Ils lui associent l' »audace », suggérant une forme d’intrépidité ou d’impudence dans cette disjonction avec l’entièreté originelle, voire même l' »angoisse » du désir ardent de revenir à l’unité.

La dyade ou dualité fut aussi appelée « illusion »…

Son principe est la polarité; elle peut survenir n’importe où et commande notre sensation de séparation des uns avec les autres, séparation avec la nature, séparation avec notre part divine.

Les Grecs ont relevés un paradoxe à propos de la dyade: si elle donne clairement l’impression d’éloigner de l’unité, ses pôles opposés se souviennent de leur source et s’attirent en une tentative de fusion, de retour à cet état d’unité.

Ainsi dyade divise et unit simultanément, repousse et attire, sépare et rassemble.

A travers la métaphore mathématique, la dyade apparaît comme la porte entre le Un et le Nombre, entre la nomade et tous les autres nombres. Les pythagoriciens voyaient dans la représentation symbolique de la vesica piscis un couloir conduisant à l’introspection spirituelle. Du voyage spirituel au passage de la naissance…

Sa forme vulvaire la fit longtemps associer à la fertilité et à la féminité divine.

 

http://leveildenout.blogspot.com