Oct 17 2017

Bienheureuse insécurité (Alan Watts)

« J’ai toujours été fasciné par la loi de l’effort inversé. Je l’appelle parfois la loi des « effets contraires ». Si l’on essaie de flotter à la surface de l’eau, on coule, mais si l’on essaie de couler, on flotte. Si l’on essaie de retenir son souffle, on le perd – et ceci me rappelle un vieux dicton oublié : « Quiconque voudra sauver son âme, la perdra. » » (p. 7)« Ce livre, cependant, est écrit dans l’esprit du sage chinois Lao-tseu, ce maître de la loi de l’effort inversé, qui affirmait que tous ceux qui se justifient ne convainquent pas, que pour connaître la vérité il faut se libérer de la connaissance, et que rien n’est plus puissant et créateur que le vide, devant lequel les hommes reculent généralement avec horreur. » (p. 9)« Notre époque est donc une époque de frustration, d’angoisse, d’agitation, et d’accoutumance à la « drogue ». Nous devons tant bien que mal saisir ce que nous pouvons pendant que nous le pouvons, et chasser l’impression que tout cela est vain et sans signification. Cette « drogue » est notre haut niveau de vie, c’est-à-dire une stimulation forte et complexe de nos sens, qui finit peu à peu par les désensibiliser ; aussi ceux-ci réclament-ils des stimulations de plus en plus violentes. Nous sommes assoiffés de distractions, de visions, de sonorités, d’émotions, de titillations dont nous voulons jouir au maximum et le plus vite possible. » (p. 21)

« Si paradoxal que cela puisse paraître, nous ne découvrirons de même un sens à notre vie que lorsque nous réaliserons qu’elle est tout à fait dépourvue de but, et nous ne connaîtrons les « mystères de l’univers » que lorsque nous serons intimement convaincus que nous n’en connaissons encore rien. » (p. 29)

« La sensibilité exige une très grande douceur et beaucoup de fragilité – pupilles, tympans, papilles gustatives et terminaisons nerveuses, aboutissant tous à ce très délicat organisme qu’est le cerveau. » (p. 32)

« Si nous pouvons éprouver des plaisirs intenses, c’est que nous sommes sujets à d’intenses douleurs. Nous aimons le plaisir et nous détestons la douleur, mais il semble impossible d’avoir l’un sans l’autre. Et il apparaît de plus que tous deux doivent en quelque façon alterner, car le plaisir continu est un stimulus qui ne peut que s’émousser ou s’accroître. Or, tout plaisir accru, soit durcit et insensibilise les terminaisons nerveuses sous sa poussée, soit se transforme en douleur. Un régime alimentaire à base de nourriture riche coupe l’appétit ou rend malade. » (p. 32-33) Lire la suite


Oct 17 2017

Krishnamurti – Cette Lumière en Nous (extrait audio)

Seul celui qui est anonyme est en état de non-violence, ignore la violence. Il faut donc mourir chaque jour. (Krishnamurti)

http://youtu.be/F4-LSevz_bU


Oct 17 2017

Il y a des moments comme ça…

pour le ou les moment ou l’ on se prend pour une vague alors que l’on pourrait sentir que nos sommes l’immensité de l’océan

C’est alors que l’ on réalise que nous avons la tête dans le cul et que l’ on a envie de chanter Sortez moi de moi

 

jusqu’à ce que finalement, on réalise que nous sommes les seuls a pouvoir nous sortir de là.


Oct 17 2017

Je Suis Celui qui Suis

Si l’animé est libre de choisir le comportement qu’il veut adopter, il doit être conscient que chacun des choix qu’il peut faire a déjà été prévu, dans le sens qu’il sont tous obligatoirement déjà inclus dans le Tout, et qu’à chacun d’entre eux correspond une réponse.

Si tous les choix possibles ont déjà été envisagés, toutes les réponses possibles ont elles aussi déjà été déterminées. C’est la caractéristique d’un Tout qui contient entre autres, à la fois toutes les questions, tous les choix possibles, et toutes les réponses correspondantes.

Il n’existe donc pas de choix sans réponse préétablie. Tout existe dans le Tout et n’existe que dans le Tout.

En fait, la possibilité de choix bien qu’infinie en théorie est en réalité totalement illusoire puisque tous les choix ont déjà été faits et toutes les réponses ont déjà été formulées.

Seule la possibilité est donnée à l’Animé de croire qu’il peut faire un choix jusqu’à ce qu’il prenne conscience que le seul choix qu’il puisse faire est celui de ne plus faire de choix ou, en d’autres termes, de choisir ce pourquoi il a été créé, ce pourquoi il Est, c’est-à-dire et comme le dit Ibn Arabi : « être un reflet du Tout ». Lire la suite


Oct 17 2017

Richard Sylvester

Il n’ y a pas de personnes séparés

 

Nous sommes les personnages d’ un rêve

 


Oct 17 2017

Quelle est la réponse ?

Extrait du livre « La Voie de la Mystique»
d’Osho

 

Résoudre vos problèmes signifie vous donner une réponse qui vous satisfait intellectuellement ; dissoudre votre problème c’est vous donner une méthode qui vous rend conscient qu’il n’y a aucun problème du tout.Les problèmes sont tous issus de nos créations personnelles et il n’y a besoin d’aucune réponse.La conscience illuminée n’a aucune réponse.
Sa beauté est qu’elle n’a aucune question.
Toutes ses questions ont été dissoutes, ont disparues.
Les gens pensent différemment ; ils pensent que la personne éveillée doit avoir la réponse à tout.
La réalité est qu’elle n’a aucune réponse du tout.
Elle n’a aucune question ; sans questions comment peut-elle avoir une réponse ?Gertrude Stein, une grand poétesse, mourait entourée de ses amis, lorsque soudain elle ouvrit ses yeux et demanda: « Quelle est la réponse ? »
Quelqu’un dit: « Mais nous ne connaissons pas la question, comment pouvons-nous connaître la réponse ? »
Elle ouvrit ses yeux une dernière fois et répondit: « Bien, alors quelle est la question ? »
Et elle mourut. Une bien étrange dernière déclaration… Lire la suite