Nov 17 2017

Socrate ou l’art d’accoucher

Le laboratoire philosophique des HUG. Extrait de la conférence d’Alexandre Jollien du 30 octobre 2008
Socrate ou l’art d’accoucher
« Ce qui me plaît beaucoup chez Socrate, c’est l’idée de la mort de soi. »
« Se libérer du soi capricieux pour être réellement, se libérer du soi qui est le jouet passionnel pour exister réellement. »
« Savoir qu’on s’intègre dans la nature, dans le tout de la vie et que si on s’isole du tout, on devient égoïstes, (…) mais surtout, on souffre d’autant plus qu’on se coupe de ce qui peut nous nourrir. »

 


Nov 17 2017

Bonheur, joie et béatitude

Le bonheur est un état de plaisir dans lequel nous entrons quand quelque chose d’agréable nous arrive. Il exige que nous fassions quelque chose pour y arriver. Si ce que nous supposons nous apporter du plaisir ne se fait pas malgré tous nos actes, nous sommes malheureux. Le plaisir du bonheur ne dure que tant que que ces évènements continuent à nous faire plaisir. Au moment où ce qui nous a fait plaisir disparaît, nous avons alors besoin qu’autre chose vienne nous apporter plus de plaisir. Le bonheur est donc transitoire et totalement dépendant des évènements externes. Il s’agit d’une addiction au plaisir.

La poursuite du bonheur est le fil directeur qui apaise et contrôle les circonstances extérieures pour que nous puissions nous sentir à l’aise en nous-mêmes. Il jongle avec les effets en essayant de maîtriser les causes.

La poursuite du bonheur dirige notre attention vers l’extérieur, dans le monde, de plus en plus loin de la joie inhérente qui est déjà nôtre dans le moment présent.

La joie est un état d’harmonie intérieure qui ne dépend pas des circonstances extérieures. Elle naît du constat que toutes nos expériences extérieures sont les conséquences de notre état intérieur. Elle exige un détachement du monde extérieur. Ceci est réalisé en investissant consciemment notre temps et notre énergie à cultiver notre monde intérieur. Lire la suite


Nov 17 2017

LA SAGESSE DU ZEN

Recueil des meilleurs Koans des maîtres Zen. Un Koan est un essai pour traduire l’indicible de l’ Éveil, proposé au débutant en tant qu’énigme. Ceci constitue aussi une histoire du Zen.

1. JOSHU. 778-897
La terre s’enfonce, le ciel s’écroule
Le poisson joue sur l’arbre et l’oiseau vole dans l’eau .
Que faire lorsque je n ‘apporte rien ? – Abandonnez !
– J’apporte rien, que dois-je abandonner ?
– Si vous ne pouvez-pas l’abandonner, alors partez en le gardant !

2. YOSAÏ, 1141-1215, dit le père du thé.
Le Zen et le thé ont-ils le même goût 7 Lire la suite


Nov 17 2017

C’est le début d’un temps nouveau….

http://youtu.be/p_bY6PQs3_s


Nov 17 2017

Svami Prajnanpad – Qu’est-ce que le mental?

Le mental est ce qui vous éloigne de la Réalité, de l’objet. Quand vous vous abandonnez au mental, vous vivez dans l’erreur et donc dans la peine. Le mental ne vous mène jamais à l’objet. Il vous en éloigne toujours.

Aussi, il vous faut annihiler le mental si vous voulez vivre dans la réalité. C’est-à-dire, vous devez entièrement vous orienter vers le Ici et Maintenant. Être libre du mental, c’est vivre dans la Vérité. Si votre mental va à Hyderabad et pense aux conditions favorables qui s’y trouvent, cela prouve que vous ne voyez pas que Jamshedpur est différent de Hyderabad. Ce que l’on obtient dans un endroit, on ne le trouve pas dans un autre. Comment peut-on dire que le mental cache la Réalité? C’est parce qu’il prend la place de la Réalité.

Le mental n’est rien d’autre qu’une illusion qui vous éloigne de vous-même. A tout moment demandez-vous: « Qu’est-ce que je veux ici et maintenant?» « Qui suis-je dans cette situation?» Ce que vous voulez être, vous l’êtes déjà. Le désir c’est ce qui vous pousse à agir. Le forgeron veut forger. Le mental forge à la perfection. Mais la plupart des gens ne savent pas ce qu’ils veulent. Ils gaspillent leur énergie et n’obtiennent pas ce qu’ils prétendent vouloir. Vous n’êtes pas le corps ni le mental seulement. Vous pouvez accorder une certaine attention au corps mais pas toute votre attention. Le corps et le mental sont vos deux instruments. Si l’un des serviteurs domine le maître, quel spectacle désolant! Lire la suite


Nov 17 2017

Qui aimerait avoir ce billet ?

Billet de vingt dollars

Un professeur à ses élèves…

Un professeur tend un billet de 20 $ et demande à ses élèves : « Qui aimerait avoir ce billet ? »  Les mains se lèvent.

Il chiffonne ce billet et demande : « Vous le voulez toujours ? » Les mains se lèvent encore.

Il jette le billet froissé par terre, saute dessus à pieds joints et dit : « Vous le voulez toujours ? » Et encore, les étudiants lèvent leurs mains.

Il leur dit alors : « Mes amis, vous venez d’apprendre une leçon ! Peu importe ce que je fais avec ce billet, vous le voulez toujours, car sa valeur n’a pas changé. Il vaut toujours 20 $.

Plusieurs fois dans votre vie, vous serez froissés, rejetés par les gens et les événements. Vous aurez l’impression que vous ne valez plus rien, mais votre valeur n’aura pas changé aux yeux des personnes qui vous aiment vraiment. Même les jours où nous sommes moins à notre meilleur, notre valeur reste la même.