Mar 23 2017

La vue et l’illumination

Au nombre de ceux qui dans le passé ont pris conscience de ce fait pour leur compte propre, on peut citer le maître zen Shen Hui. A la question: « Comment atteindre l’illumination? », il répondait: « Par la vision du vide, uniquement… Voir le lieu ou il n’y a rien — aucun objet —, voilà la vraie vision, voila la vision éternelle ».

On a constaté en pratique que la vue est le plus affiné de nos sens pour atteindre l’expérience directe de notre nature essentielle. Aussi, parmi beaucoup d’autres possibilités, nous retiendrons un exemple recourant à la vue pour démontrer avec quelle efficacité la perception primaire directe peut susciter l’illumination. Supposez que notre champ visuel soit rempli par la couleur rouge, du fait de regarder un mur rouge par exemple, tandis que nos autres sens et notre mental sont laissés de coté. Alors nous sommes ou cette teinte rouge ou rien du tout, puisqu’il n’y a rien d’autre dans notre conscience; dans la mesure où je suis, je suis fait rouge. Ce point est illustré par la réponse du Dr. Suzuki à la question suivante: « Comment est-il possible de franchir le gouffre qui sépare le sujet-je de l’objet-il, une tasse de thé par exemple? Est-ce par empathie que vous vous rapprochez de l’objet? » Soulevant la tasse, il répondit franchement: « Non, non. Cela ne se passe pas ainsi du tout. Je n’essaie pas d’entrer dans la tasse, je n’essaie pas de me sentir comme une tasse de thé. Je suis la tasse de thé ».

Extrait de l’article « L’ICI EST VIDE par Roger Gunther-Jones » paru dans « Revue Voir » No 7. Octobre-Décembre 1982.

Mar 23 2017

Une école est un lieu de loisir où l’enseignant et l’enseigné apprennent tous les deux… Utopique?

Une école est un lieu de loisir où l’enseignant et l’enseigné apprennent tous les deux…Par loisir, nous n’entendons pas avoir du temps pour soi, bien que cela soit aussi nécessaire ; ce n’est pas prendre un livre et s’asseoir sous un arbre ou dans sa chambre pour lire à l’occasion. Ce n’est pas avoir un état d’esprit placide ; ce n’est certainement pas être oisif ou passer son temps à rêvasser. Le loisir s’entend d’un esprit qui n’est pas constamment occupé par quelque chose, un problème, un divertissement, un plaisir sensoriel quelconque. Le loisir sous-entend un esprit qui a infiniment de temps pour observer : observer ce qui se passe autour de soi et en soi ; avoir le loisir d’écouter, de voir clairement. Le loisir sous-entend la liberté, ce que l’on traduit généralement par faire ce comme bon vous semble ; c’est d’ailleurs ce que font les êtres humains, causant ainsi beaucoup de malheurs, de misères et de confusions. Le loisir sous-entend un esprit calme, pas de motif et donc pas de direction. Voilà ce qu’est le loisir.

Jiddu Krishnamurti

Source : krishnamurti-france.org

Mar 23 2017

C’est ça agir en être éveillé

PostHeaderIcon LA Grèce sauvée par des « Porteurs de Lumière »…

A Veria, dans le nord de la Grèce, un collectif de militants rétablit le courant à ceux qui n’ont plus les moyens de payer l’électricité. “On redonne un peu de dignité aux gens”, disent-ils.

“Dans ce pays, à côté de l’obligation de payer pour les frasques des ma­gouilleurs, nous avons aussi des droits”, revendique Nikos Alanogoulou, un militant de la ville de Veria.

Electricity_Can_Be_Deadly_-_Cobra.jpg

 “A commencer par celui de conserver notre dignité.” Nikos et ses camarades se sont regroupés dans un collectif qu’ils ont baptisé tout simplement “Les citoyens de Veria”. Leur spécialité ? Rétablir le courant dans des foyers dont les occupants n’ont plus les moyens de payer leurs factures d’électricité [près de 1 million de Grecs ne paient plus.

. A Veria, ils sont nombreux à vivre au-dessous du seuil de pauvreté. Et c’est très souvent chez eux que le collectif intervient. Aujourd’hui, ils sont en train de reconnecter les câbles au domicile d’une mère célibataire. Elle est au chômage et doit également s’occuper de son vieux père. Bénéficiant de complicités au sein de la compagnie nationale d’électricité (DEI), le groupe d’activistes rétablit le courant en laissant un autocollant signant leur passage : “Les citoyens de Veria – solidarité populaire – Nous rétablissons le courant”. Leur volonté est avant tout de créer un élan de solidarité citoyenne. “Nous ne ­voulons pas vivre dans une jungle humaine, comme nos dirigeants le souhaiteraient”, explique l’un d’entre eux. Le groupe de Veria lance ainsi un appel à la population du pays : “Nous aimerions que d’autres personnes agissent de la même manière. Et pas seulement en ce qui concerne l’électricité…”

Les menaces de sanctions ne semblent pas les effrayer. “Ce ne serait pas la première fois pour moi, explique Nikos. J’ai déjà été poursuivi des dizaines de fois pour mon engagement citoyen. Si je suis condamné pour avoir remis le courant à des pauvres, ce sera un honneur pour moi et les membres de mon groupe.”

Des militants écologistes de Veria participent aussi à l’opération “reconnexion”. Ils ont à leur palmarès des dizaines d’actions concernant la protection de l’environnement. Ils ont même été jusqu’à déposer des poissons morts de la rivière Aliakmona sur le bureau du préfet de l’Imathie [dont le chef-lieu est Veria ]. Ils protestaient alors contre la pollution du cours d’eau. Mais pour les verts de Veria, aujourd’hui, cette action est différente. “Nous ne remettons par le courant chez des potes, mais chez des compatriotes qui en ont vraiment besoin. Et nous le faisons avec l’aide d’une partie du personnel de la DEI”, disent-ils. Pour ces activistes, le courant est un bien social. “C’est criminel de couper la lumière à ses compatriotes. D’abord, nos dirigeants nous poussent au chômage, puis à la pauvreté, et maintenant on nous oblige à vivre dans le noir. Ne peuvent-ils pas comprendre que si nous ne payons pas c’est parce qu’on n’a plus un sou ?” s’emporte une militante. Avant d’ajouter : “Est-ce que ceux qui, à l’Assemblée nationale, votent chaque jour une nouvelle mesure d’austérité ont la moindre idée de ce qui peut conduire quelqu’un à ne plus payer son électricité ?”

Elle raconte une scène qui s’est déroulée au domicile d’un chômeur auquel la DEI avait coupé le courant. Elle n’arrive pas à oublier son air incrédule lorsque les “citoyens de Veria” ont sonné à sa porte pour lui dire que c’était fini, que l’électricité était rétablie. “Cet homme vit dans un pays qui non seulement ne l’aide pas, mais qui en plus le jette à la mer en lui disant : vas-y, nage, maintenant. Et s’il s’accroche à sa barque, ils prennent les rames et lui brisent les mains. Alors nous disons : ça suffit !”

La conscience collective et la solidarité sont peut-être les seuls moyens d’aider les gens confrontés à une politique d’austérité destinée à les anéantir. A chaque fois que des groupes de citoyens décidés à re­prendre leur destin en main apparaissent sur le devant de la scène, de nouveaux espoirs naissent. Ces Grecs veulent briser le carcan de la peur et de l’isolement. La version néolibérale de la société nous réserve bien des humiliations, mais il suffit de se réveiller pour ne pas les subir.

Source : le courrier international

Infos du monde 
http://leveil2011.syl20jonathan.net/

Mar 23 2017

Capsule Jovialiste #37 :) la liberté


Mar 23 2017

Ce héros en nous

Le Mythe et Joseph Campbell

À travers les mythes, Campbell nous emmène à la recherche du héros tout au fond de nous qui attend d’être appelé à l’aventure et de réaliser la quête la plus essentielle qui soit : être vivant.

 

 

http://spinescent.blogspot.com


Mar 22 2017

L’éveil en soi (2)

Du déconditionnement à la libération, mode d’emploi

Par le Passeur.

La guérison

– Guérir c’est prendre la voie de la vacuité.

Pour commencer, prends conscience que dans ta tête, c’est le brouhaha mental. A quel moment ne penses-tu pas ? Cherche un peu. On est d’accord, pas souvent. Mais lorsque ça arrive – et dis-toi qu’à bon nombre ça n’arrive jamais – tu remarqueras que c’est toujours lorsque tu es pleinement dans le moment présent. Elle est là la clé : être dans le moment présent.

Si tu n’as pas conscience de l’absurdité du brouhaha mental qui est le tien, observe un instant de quoi sont faites tes pensées et tu constateras qu’elles se situent toujours dans le passé ou dans le futur. Jamais dans le présent. Comme si dans ta tête le présent n’existait pas alors qu’il est en fait la seule vraie réalité du monde que tu perçois. Ce que tu penses du passé ou du futur revient à projeter une énergie en un lieu qui n’existe pas. Parce que selon ta représentation linéaire du temps, qui est la tienne en de cette dimension, soit tu penses à des choses qui ne sont plus, soit tu penses à des choses qui ne sont pas encore arrivées et qui n’arriveront peut-être jamais. Mais dans le moment présent, qui est le seul vraiment perceptible par tout ce que tu es, tu n’es jamais.

Voilà l’une des clés essentielles de la libération. Cherche le plus souvent possible la perception du moment présent dans ton quotidien et tu vas ainsi apprendre à apaiser ton mental, à apprivoiser cet animal sauvage qui jusqu’à présent n’a fait que ce qu’il voulait de toi.

Lorsque tu auras par ailleurs conscience que chacune de tes pensées est une énergie non maîtrisée, lancée à la va-vite dans l’univers et qui file toujours quelque part aimanter sa résonance, je te laisse imaginer le degré de pollution qu’un seul être humain peut produire dans une vie. C’est d’ailleurs une des choses sur lesquelles il est bon que nous commencions tous à travailler.

Un exercice simple pour être dans le moment présent est de t’asseoir dans la nature, de fermer les yeux et de ressentir pleinement sa présence à travers tes autres sens, le vent dans les arbres, sur ta peau, le chant des oiseaux, le vol des insectes, la chaleur du soleil. Si tu n’as pas la nature à proximité, fais-le dans la ville, c’est bien sûr moins nourrissant mais ce qui est pratique avec l’instant présent, c’est qu’il existe partout et en permanence. Sa grande qualité est qu’il installera peu à peu en toi le silence lucide et omnipotent, ainsi que la vacuité réceptrice, qui t’introduiront dans ta vraie maison, là où repose en attendant ton retour ta maîtrise perdue.

 

– Guérir c’est prendre la voie de l’allègement.

Chacune des cellules de ton corps emmagasine le poids de tes mémoires, celles de cette vie bien sûr, mais aussi celles des vies précédentes et même certaines transmises par ton ascendance – ce qu’on appelle les mémoires cellulaires. Imagine un peu la quantité d’émotions diverses, dont certaines particulièrement lourdes, qu’elles ont pu accumuler tout au long de ton périple dans l’incarnation !

Le mal-être, les peurs, la maladie, sont les conséquences de l’énergie disharmonieuse stockée en toi, qui finit toujours par s’exprimer à travers une ou plusieurs de tes zones d’ombre, le plus souvent celles qui sont nées des plus grandes douleurs, là où tu es le plus vulnérable.

Lorsque tu auras discerné les zones d’ombre en toi et que tu auras su identifier les blessures de l’ego qui en sont la cause, tu auras défait les nœuds des sacs émotionnels qui les alimentent. A partir de là, les sacs étant ouverts, tu en feras ce que tu veux selon ton libre-arbitre, et peut-être rien si tu as décidé de ne pas t’alléger. Mais dans le cas contraire, si tu as la volonté de sortir du jeu et de guérir, la voie que je t’invite à suivre est celle du pardon et de la compassion. Pour toi comme pour autrui.

C’est dans le pardon sincère et profond pour les blessures faites et les blessures reçues, ainsi que la compassion pour celui qui a joué le rôle de bourreau et qui n’est lui-même que la victime de ses blessures, même si parfois ça été toi ce bourreau, que tu pourras alors véritablement guérir.

N’oublie pas que dans le long chemin de tes vies sur cette Terre, tu as parfois posé la tête sur le billot et tu as parfois tenu la hache. C’était le chemin pour chacun de nous sans exception, il nous fallait expérimenter pleinement les deux polarités de la dualité, et nous avons donc distribué jusque-là les rôles avec notre plein consentement dans le respect de l’équilibre des énergies opposées, autrement dit le respect des lois du karma.

Que sont-elles ces zones d’ombre en toi ? Elles sont toutes tes attitudes, tes comportements, tes réactions qui provoquent en toi et/ou pour autrui des douleurs, des maladies et des sentiments involutifs, donc de nature à t’éloigner un peu plus de ton être divin.

Il n’est pas très difficile de te pencher sur toi. Demande-toi par exemple pourquoi tu te mets en colère dans telle situation ou par rapport à telle discussion. Observe toutes les fois où c’est arrivé et remonte au sentiment qui a provoqué ta colère. Que ressentais-tu alors, quel mot ou quelle situation a déclenché ta réaction ? Qu’est-ce que cela t’a rappelé, quelle image t’es venue ?

Pratique ainsi en toutes circonstances et tu auras d’excellentes chances d’exhumer la blessure non guérie qu’il y a derrière. Et si celle-ci n’apparaît pas tout de suite, qu’elle remonte à plus loin, peut-être une autre vie dont tu n’atteins pas le souvenir, fais confiance en la vie pour qu’elle te révèle rapidement comment y remédier. Que tu le veuilles ou non, tu as en ce monde comme au-delà de ce monde des guides qui sont là pour toi et ne demandent qu’à t’aider, surtout si tu le leur demandes.

Sur la voie de l’éveil, les choses se passent toujours ainsi, la grande loi de la synchronicité s’applique à chaque sollicitation de l’être sur le chemin. Tu croiseras toujours la personne, le livre ou le film qui répondra à l’un de tes questionnements sincères. Et si tu sais observer la nature, tu y trouveras très souvent les signes qui te seront utiles.

 

Que faire me diras-tu lorsque tu identifies l’une des causes de l’une de tes zones d’ombre ? Eh bien rien de très sorcier: tu l’accueilles.

Laisse remonter l’émotion, ne la bloque pas, accueille-là comme une parcelle de toi qui enfin se libère, et ressens de l’amour pour cette petite part de toi blessée qui avait tant de mal à dire sa douleur. Tout simplement, aies de la compassion pour toi. Tu as été blessé et tu as souffert, tu ne mérites que de l’amour pour cette épreuve, et surtout pas du mépris, de la colère ou de la honte.

N’émets aucun jugement, accueille cette émotion qui se libère, que ce soit dans les larmes, les cris ou le silence qui te submerge. Vois-là comme un enfant de toi, parle-lui, dis-lui que c’est fini, qu’il est libre et que plus rien désormais ne nourrit la douleur qui l’a vu naître. Si tu aimes sans condition en cet instant l’enfant blessé qui se révèle, tu le guéris alors instantanément.

A ton rythme, selon tes forces, sans pression aucune, tu reconnaîtras presque tous les enfants de ta douleur et tu leur rendras leur liberté.

Dans ce monde de dualité dont nous achevons l’expérience, il demeurera peut-être quelques blessures non guéries, mais ça n’a pas une grande importance. Il est déjà bien plus important d’avoir pris le chemin de la compréhension de qui nous sommes que d’en avoir guéri tous les aspects. Lorsque les problématiques les plus lourdes sont résolues, les quelques guenilles qui pendent encore ne t’empêcheront pas d’aller tout droit réinvestir l’être divin que tu es. Et ce jour-là, quelle ombre crois-tu pourra s’opposer à tant de lumière ?

 

 

L’abandon

Résumons une dernière fois. Tu as donc pris conscience que tu n’es finalement pas né en ce monde dans le seul but de te soumettre à la volonté d’autrui et d’en suivre aveuglément les règles imposées, tu as donc commencé à percevoir les mécanismes qui t’avaient conditionné à le croire jusque-là, tu as discerné en toi ce qui relevait de ce conditionnement afin d’en guérir les blessures occasionnées, tu as guéri l’essentiel… et maintenant ?

Maintenant, tu es en état de véritablement reconnecter ton esprit supérieur. Tu es en état de t’aligner sur ta divinité. Tu es en état d’être.

En fait, au fil du chemin, tu auras déjà fait des incursions dans un monde étrange, qui sont les signes de ta reconnexion progressive. Sauf exception, tout ne jaillit pas comme on ouvre une vanne, les étapes s’interpénètrent et la progression se fait la plupart du temps par paliers.

Le lâcher-prise a été pour toi un palier spectaculaire. En ceci qu’il t’a conduit à des attitudes et des comportements nouveaux. Combien de fois t’es-tu surpris à ce stade à ne plus réagir de la même manière dans des situations qui auparavant t’auraient atteint et auraient déclenché autant de ripostes de ta part ? Combien de fois t’es-tu dit que tu ne te reconnaissais pas ? Que tu te trouvais particulièrement zen ? Que tu ne comprenais pas comment tu ne t’inquiétais plus pour tel ou tel problème ?

Le lâcher-prise est une étape très visible dans ton quotidien, et souvent déstabilisante pour l’entourage qui a lui aussi du mal à te reconnaître et qui ne sait plus à quoi s’attendre.

Ne t’y trompe pas, ce palier représente une séparation plus marquée avec ce qui composait ta vie auparavant. C’est un bien en ceci que tu vas enfin vers toi-même et que sur ce chemin tu croiseras des êtres qui vivent le même éveil et qui te stimuleront, mais ça coûte aussi parfois le prix de l’éloignement de ceux avec qui autrefois tu partageais la même emprise de la société sur l’ego. Il arrivera aussi que tu seras leur déclencheur et certains te suivront, mais d’autres s’éloigneront irrémédiablement de toi, c’est ainsi, ne force rien ni personne, respecte le chemin de vie de chacun.

Au niveau collectif il en va de même. Celui qui ne dort pas est en mesure d’observer en cette période la séparation qui s’accroît entre deux mondes : l’ancien monde attaché aux énergies qui l’ont mu jusque-là, et avec lui ceux qui s’y accrochent avec force, et le nouveau, qui ne se dégage d’aucune ruine de l’ancien, mais qui manifeste son émergence à partir d’une conscience toute nouvelle, qui telle une arborescence se répand de façon exponentielle en proportion du nombre d’êtres qui s’éveillent à elle.

A ce stade du processus de ta guérison et de ta reconnexion à ton être véritable, tu es déjà en position de te réapproprier de vieilles mémoires qui remontent à la surface comme des bulles de méthane du fond des océans. Certaines de ces mémoires exhumées ont participé à ta guérison, d’autres t’ont simplement offert des indications sur tes vies passées, ou, plus utiles, t’ont réouvert l’accès aux anales d’un savoir qui vient à présent naturellement à toi.

Parallèlement, tes perceptions s’élargissent à ce qui était jusque-là invisible, hors de portée, certaines capacités peuvent déjà apparaître, comme la télépathie, souvent l’une des premières à se manifester, ainsi que la capacité de guérir autrui ou encore des visions inexpliquées, des incursions dans d’autres dimensions où tu joues un autre rôle. Et d’autres ouvertures encore.

C’est ton héritage, il t’appartient et tu sauras quoi en faire le moment venu dans l’intérêt de tous. Ne t’inquiète pas non plus si rien de tout ça ne se manifeste encore, chacun suit un chemin de vie qui est le sien et il n’y a aucun bien à se comparer aux autres, car cette comparaison n’a aucun sens. Ca n’est pas ainsi que tu mesureras le chemin accompli et que tu te situeras dans ce processus ascentionnel.

Cette tentation de la comparaison est réellement falsificatrice et demande une grande vigilance. D’abord parce qu’elle nourrit une autre facette de l’ego qu’on appelle fréquemment l’ego spirituel : disons que lorsque l’ego se voit perdre du terrain dans son élément matériel, son puissant instinct de survie va le guider vers d’autres emprises à exercer. Ca lui sera alors très facile de basculer vers l’élément spirituel puisqu’il voit ta conscience supérieure prendre cette direction sans pouvoir l’empêcher.

Pour anecdote, autrefois en Thébaïde, lorsque les premiers monastères chrétiens sont apparus au V° siècle, les moines alors friands d’ascèses et autres pénitences avaient paraît-il au réfectoire la fâcheuse tendance à manger toujours moins que le voisin afin de montrer par là sa plus grande maîtrise. Tant et si bien que le port de la capuche a du être imposé afin que nul ne voit le visage de son voisin et ne puisse en juger l’appétit.

On ne compte plus aujourd’hui encore le nombre d’«éveillés» qui se sont fait piéger ainsi par leur ego. Les plus charismatiques finissent gourous, les plus discrets égarent leur humilité et ne savent plus se remettre en question, perdant ainsi leur discernement, se laissent berner par leurs toutes nouvelles capacités et entraînent en passant dans leur sillage quelques uns plus vulnérables encore.

L’humilité justement est une puissante lumière dans l’obscurité. Plus que cela, c’est un Soleil à l’aune duquel le petit dans ce monde devient immense en l’autre.

Lorsque tout paraît devenir compliqué et que le discernement fait défaut, lorsque les doutes remontent et que la soif de contrôle assèche à nouveau le palais, l’humilité conduit l’être avec douceur vers l’autel de l’abandon, qui est le seuil suprême où il investit la plénitude de son habit de lumière.

L’abandon est la nuque que l’on offre nue au divin en soi. C’est la foi ultime, et elle est emplie d’une joie sereine et profonde.

 

La Lumière

Quelqu’un a dit il y a longtemps qu’il y aurait beaucoup d’appelés et peu d’élus. C’est que les pièges que nous nous sommes collectivement inventés sont foules bigarrées. Mais il n’y a pas lieu de s’en inquiéter, quel que soit le rythme de nos pas, tout le monde ira tôt ou tard vers son être divin, personne jamais ne sera laissé sur le bord du chemin, sois en sûr.

N’oublie pas mon frère, ma sœur, que nous sommes des nomades un peu fous, plein d’entrain et de joie, qui avons décidé il y a bien longtemps contre vents et marées, d’investir cette vaste scène de théâtre qu’est la Terre, endossant à tour de vies bien des sortes de costumes et de décors, tous destinés à nous emplir d’une expérience nouvelle et ancrer dans la matière une lumière qu’elle ne connaissait pas. Et qu’à présent que la représentation s’achève enfin et que le rideau tombe, nous allons faire quelque chose de très beau de ce que nous avons appris ici sur cette Terre bien aimée, de son vrai nom au sein de l’univers, Urantia Gaïa.

Veux-tu que je te dise mon frère, ma sœur, ce que nous avons fait et dont nous pouvons nous réjouir ? Nous avons tous ensemble accepté d’abandonner un jour nos éthers pour investir peu à peu la matière jusqu’à s’incarner dans un corps, en oubliant volontairement tout ce que nous étions et en nous laissant manipuler par des êtres qui ont tout fait pour nous séparer toujours plus profondément de notre essence divine. Ils y sont parfaitement parvenus, notre sentiment de séparation a grandi jusqu’à l’absolu et nous sommes devenus au-delà de ce que nous avions consenti leurs esclaves ignorants et crédules.

Dans cette obscurité épaisse, il nous a fallu imaginer qu’il existait autre chose que le monde qui était devenu le nôtre, et que nous avions la capacité d’évoluer. Sais-tu, mon frère, ma sœur, combien de vies et de souffrances de l’ego il a fallu ?

Mais là tout au fond de la vase, dans le noir absolu, pieds et poings liés, avec juste l’air qu’il nous fallait pour quelques instants de survie dans les poumons, nous avons su reconnaître la flamme indestructible qui ne nous a jamais quittés, et de toute la volonté de chacune des cellules de notre corps, nous en avons pénétré peu à peu l’incandescence. Par l’immense pouvoir de liberté qu’elle a distillé en nous, nous sommes remontés vers la surface en brisant nos chaînes une à une jusqu’à transcender toutes les limites imposées.

En d’autres royaumes qui sont aussi notre héritage, tout au long de cette grande histoire, des légions d’êtres de lumière nous ont aidé de toute la force infinie de leur amour et se sont réjouis avec un étonnement grandissant de chaque pas que nous avions trouvé le moyen de faire vers eux, vers nous.

Ne crois pas mon frère, ma sœur, ceux qui te disent que nous avons raté le train, que nous nous sommes réveillés trop tard. Certes, on aurait pu faire mieux et toute la fin de l’histoire aurait pu se passer autrement, mais dis-toi que tout est toujours juste à l’échelle de l’horlogerie cosmique, et qu’au départ, dans l’oubli de notre identité, piégés dans cette dimension non unifiée, séparée du cosmos, nos chances n’étaient vraiment pas lourdes.

Alors réjouis-toi, mon frère, ma sœur, sans orgueil mais avec la sobre fierté du chemin accompli. Tu es sur le seuil. Tu redeviens l’être de lumière que tu as toujours été, l’être divin qui va humblement s’auréoler de l’héritage unique d’Urantia Gaïa, avec qui tu chemines cœur à cœur dans ton ascension. A l’aube des Soleils du nouveau monde qui déploie ses ailes, tu découvres déjà ton véritable pouvoir créateur. Et tout à présent se fera en conscience et en joie, dans l’amour transcendé du divin en toi.

Fraternellement,

© Le Passeur – 11 Mai 2011 – http://www.urantia-gaia.info > Cet article est autorisé à la copie à la seule condition de respecter l’intégralité du texte et de citer la source.

2011, la nouvelle Odyssée



Mar 22 2017

La crise n’est pas seulement dans le monde extérieur, elle est d’abord dans votre conscience elle-même.

Si nous examinons nos rapports actuels les uns avec les autres, qu’ils soient intimes ou superficiels, profonds ou passagers, nous voyons qu’il y a toujours fragmentation.  La femme ou le mari, le jeune homme ou la jeune fille, chacun vit sa propre ambition, ses buts personnels et égoïstes, enfermé dans son propre cocon.  Tous ces éléments contribuent à la construction d’une image en soi-même, tous nos rapports avec autrui passent à travers cette image et, par conséquent, il n’y a aucune relation réelle directe.

Je ne sais pas si vous avez conscience de la structure de la nature de cette image que chacun construit autour de soi et en lui-même.  Cela se fait à chaque instant, et comment peut-il y avoir des relations avec autrui quand existent cet élan personnel, cette envie, cette esprit de compétition, cette avidité, et toutes ces forces qui sont entretenues et exagérées dans notre société moderne ?  Comment pourrait-il y avoir des relations avec un autre si chacun de nous est lancé à la poursuite de sa propre réussite personnelle, de son propre succès ? Je ne sais pas si nous avons conscience de tout ceci. Lire la suite

Mar 22 2017

L’IMPERMANENCE

Le Bouddha a recommandé de réciter chaque jour, ces 5 remémorations :

  • 1) Il est dans ma nature de vieillir. Il est impossible d’échapper à la vieillesse.
  • 2) Il est dans ma nature d’être malade. Il est impossible d’échapper à la maladie.
  • 3) Il est dans ma nature de mourir. Il est impossible d’échapper à la mort.
  • 4) Tout ce qui m’est cher et tous ceux que j’aime ont pour nature de changer. Il est impossible d’échapper à la séparation d’avec ceux que l’on aime.
  • 5) Mes actions sont mes vraies possessions. Je ne peux échapper aux conséquences de mes actions. Lire la suite

Mar 22 2017

L’ énergie spirituel Le témoin du mental

http://youtu.be/8AY3gBshVrY


Mar 22 2017

jeff Foster-Ceci est