Sep 20 2017

LA SOUFFRANCE

On interrogeait souvent Bhagavan  sur le problème de la souffrance.PHOTO PRIERE

 

C’était souvent l’expérience du chagrin qui poussait les gens à venir chercher du réconfort auprès de Lui.

 

La vraie consolation était dispensée sous forme d’influence silencieuse, mais il lui arrivait aussi de répondre à des questions théoriques.

 

La réponse habituelle consistait à prier le questionneur de se demander qui était celui qui souffrait, de la même façon qu’il priait l’incrédule de trouver qui était celui qui doutait ; car le Soi se situe autant au-delà de la souffrance que du doute.

 

Toutefois, à un niveau plus contingent, il faisait quelquefois remarquer que tout ce qui rend quelqu’un mécontent de son état d’ignorance et le pousse vers la recherche du Soi est bénéfique, et que cela s’opérait par l’entremise de la souffrance.

 

BHAGAVAN :

PastedGraphic-10

 

 

 

 

Vous n’êtes jamais dépossédé de la Félicité du Soi et vous le trouverez si vous le recherchez sincèrement.

 

La cause de votre malheur n’est pas dans votre vie extérieure ; elle se trouve en vous, sous la forme de votre ego.

 

Vous vous imposez des limites et puis vous luttez en vain pour les transcender.

 

Tout malheur est imputable à l’égo. Il est la source de tous vos ennuis.

 

A quoi bon attribuer la cause de votre malheur aux évènements de l’existence quand cette cause se trouve en fait en vous ?

 

Quel bonheur pouvez-vous escompter des choses extérieures ?

 

Lorsque vous l’obtenez, combien de temps dure-t-il ?

 

Si vous niiez l’ego et le brûliez en faisant comme s’il n’existait pas, vous seriez libre.

 

Si vous l’acceptez, il vous imposera des limites et vous lancera dans une lutte illusoire pour les dépasser.

 

Être le soi que vous êtes déjà est le seul moyen de réaliser la Félicité qui est toujours la vôtre de tout temps.

 http://sililia.over-blog.com


Sep 20 2017

Les stratagèmes de l’égo (Eckhart Tolle)


Sep 17 2017

Placide Gaboury – Inviter la grâce

 


Sep 13 2017

L’égo : Arnaud desjardins

 

« L’EGO »

L’égo pour être transcendé, dépassé doit d’abord être en bon état ou en bonne santé
Si l’égo est trop peu structuré, comment est-il possible de vouloir tout de suite dépasser celui-ci ?
certains êtres humains ne se sentent même pas le droit d’exister
Ils ont l’impression qu’ils ne sont à leur place nulle part parce que psychologiquement ils ne se sont pas sentis suffisamment aimés, soutenus, confirmés dans leur enfance
Pour que le sens de l’égo puisse s’effacer, il faut d’abord que l’égo se soit quelque peu affirmé, que nous soyons vraiment un égo au singulier et non plus une multitudes de personnages……
le dépassement passe peut-être par une affirmation du « je »…….

Arnaud Desjardins

« Aspirer à ne plus rien avoir à désirer est votre vraie nature »
MA ANANDA MOYI

http://turquoise26-terreetciel.blogspot.com

Sep 11 2017

La souffrance de l’Ego

 

Quelques milliers d’années de conditionnement ont réussi à nous faire croire que nous sommes chacun une entité unique, un être bien à part, chacun pouvant décider de sa vie, de sa carrière, de son destin, chacun pouvant évoluer sans tenir compte du reste du monde. La vérité est que nous ne sommes qu’ UN, un bloc unique qui s’appelle la vie, la terre, l’univers, le cosmos… Nous ne sommes chacun qu’une pièce d’un immense puzzle, nous ne sommes chacun qu’une étoile qui apparaît et disparaît presque aussitôt dans le ciel. Cette illusion de l’égo est la raison de nos souffrances et de notre solitude : nous nous sommes isolés du reste du monde, de l’univers. Le résultat est que nous souffrons et faisons souffrir.

Ego-2.jpg

Cette solitude, cet isolement donnent naissance en chacun de nous à des mirages tels que la vanité, l’orgueil, les complexes, les frustrations, les peurs, les angoisses… Et ces mirages poussent l’humanité et la vie vers un chaos, une destruction qui parfois semblent irréversibles. En tant qu’hommes, nous n’avons pu qu’évoluer technologiquement. Spirituellement, humainement, nous en sommes toujours au même point : nous ne faisons que détruire. Pendant que nous misons tout sur les progrès scientifiques pour nous sauver, pour améliorer la situation, la situation ne fait qu’empirer de jour en jour. La science ne résoudra aucun problème. Seul l’homme peut sauver l’homme et la vie sur terre ; l’homme en tant que partie de ce tout et non pas en tant qu’individu isolé.

 

Mais serons-nous capables d’admettre cette réalité ou devons-nous espérer une mutation génétique pour nous rendre responsables vis-à-vis de la vie sur terre, de l’humanité ? Chacun de nous doit prendre ses responsabilités et agir en conséquence. Le temps est fini où nous pouvions dire « Je n’ai pas choisi et je ne suis pas responsable de tout ce bazar ». Nous sommes tous responsables et chacun peut changer le cours de l’histoire, modestement, à son niveau car c’est aussi modestement, à notre niveau que nous participons à la destruction de la vie sur terre. Après tout, si nous sommes les seuls êtres sur terre à être doués de conscience, ce n’est peut-être pas un hasard ?

 

« Nous ne sommes pas chacun des entités séparées avec un contenu  psychologique différent, chacun luttant pour soi, mais nous sommes vraiment, chacun de nous, le reste de l’humanité. » Krishnamurti

 

La souffrance de l’Ego

http://youtu.be/S7S80sexny0

http://tout-ca-pour-ca.over-blog.com


Sep 5 2017

Être libre d’être quelqu’un – Jean Klein

…/… Parce qu’une véritable relation est une non-relation. Par non-relation, j’entends: «Être libre d’être quelqu’un». Quand vous vous prenez pour une personne, vous ne pouvez voir qu’une personne. Mais quand vous vivez dans l’absence de tout ego, vous ne pourrez voir chez autrui, que l’absence de la personne. C’est dans cette non-relation que se trouve la véritable relation; sinon, il n’y a qu’une relation d’objet à objet, de personne à personne, et c’est une source de conflit. Quand vous vous prenez pour une personne, vous vivez dans l’insécurité, étant donné que cela demande un effort pour maintenir en vie la personne, car la personne ne peut exister en dehors de situations: elle est constamment en défense contre l’absence de situations. Énormément d’énergie est gaspillée dans la création de situations, c’est-à-dire dans la création d’une fausse continuité.

Q : Comment se débarrasser de la personne ?

Voyez que vous vous prenez pour quelqu’un.

Q : Voir est très facile, mais s’en débarrasser est très difficile…

Voir n’est pas prendre mentalement note, cela implique que vous voyiez avec autre chose que votre seule pensée, que vous constatiez comment la vision agit sur vous. Vous devez donner du temps à la vision. Après avoir pris note, ne vous précipitez pas, mais habitez la vision assez longtemps pour prendre conscience de la manière dont elle a agi sur vous. Quand vous voyez que pendant quarante-deux ans vous avez créé une personne et que tout ce qui gravite autour de vous a été vu selon l’optique d’une personne de quarante-deux ans, il se produit un choc. Prenez note de ce choc. Il est considérable. C’est en le percevant réellement qu’il y a transformation. C’est seulement cette sorte de vision qui possède le pouvoir de transformer. Sinon il n’y a que changement, et le changement n’est pas une transmutation. Voir réellement quelque chose est une transmutation. C’est une sorte de réorchestration de toute votre énergie. Ensuite vous serez libre un jour de la personne, et là, dans votre absence, se trouve la joie seule.
…/…

Q : Dr Klein, comment peut-on s’acquitter de ses tâches quotidiennes s’il n’existe ni personnalité ni ego ?

C’est dans votre absence que vous percevrez votre réelle présence. Tout ce qui apparaît dans votre vie est comme ce qui se produit sur une scène mais vous ne vous identifiez pas à l’acteur qui est sur scène, vous demeurez simplement dans la salle, vous êtes le témoin. La vraie joie n’a lieu que lorsque vous êtes le témoin de tout ce qui apparaît et disparaît. Alors vos relations changeront complètement, parce qu’alors il n’existe aucune personnalité à laquelle vous identifier. La personnalité est un très bon outil, mais vous ne vous identifiez pas à elle. Vous agissez spontanément, et cette action n’est pas une réaction, elle est en réelle adéquation avec chaque instant. Une action spontanée implique qu’il n’y a ni acteur, ni agent, il y a seulement action. Il n’y a aucune entité dans le cosmos, il y a seulement fonctionnement. Un fonctionnement sans intervention d’une personnalité relève d’un âge nouveau.

Extrait de : Transmettre la lumière (Éditions du Relié)


Août 19 2017

Représentation de l’ego…

Voici une magnifique illustration de ce qu’est l’ego, c’est-à-dire, un gros bidule, certes impressionnant, mais en bout de ligne complètement inutile.

http://youtu.be/DuR1i36nBj0


Août 13 2017

Une façon simple de se « débarrasser » de l’égo

http://www.la-minute-de-conscience.com/presence/


Août 11 2017

Gros égo; un jour tu comprendras…

Conversation maritime
entre américains et espagnols

Juil 19 2017

Jean Klein – Projections


Docteur Klein, pouvez-vous dire quelque chose à propos de tout ce que nous voyons comme une projection?Généralement nous pensons qu’un objet existe hors de nous-même, qu’il a une existence indépendante, mais c’est seulement une croyance. Ce n’est basé ni sur une expérience ni sur un fait. Le prétendu objet qui serait à l’extérieur de nous a besoin de la conscience pour être perçu. La conscience et son objet ne font qu’un. C’est vous qui créez, projetez le monde d’instant en instant. Quand le corps s’éveille le matin, au même instant le monde s’éveille. Vous projetez le monde; c’est bien vous qui créez le monde d’instant en instant.Est-ce que vous voulez dire que l’action crée le monde tel que nous le voyons, de telle sorte que lorsque je m’éveille le matin et que je vois la chambre et ce qui s’y trouve, la chambre existe seulement quand je m’éveille?D’abord, quand vous vous éveillez, vous ne voyez pas la chambre, vous ne voyez que votre mémoire. Vous voyez un angle du plafond et vous dites: «Je suis dans une chambre», mais c’est seulement la mémoire que vous projetez et que vous appelez chambre. Votre vision n’est que fragmentaire. Ce que vous nommez votre environnement est constitué par au moins 80% de mémoire. Quand votre écoute est globale, chaque instant est neuf, sinon il ne s’agit que de répétition. Aussi longtemps que durera le réflexe de vous prendre pour quelqu’un, vous ne verrez que des fragments, et le regard que vous porterez sur votre environnement ne pourra être que fragmentaire. C’est la vision fragmentaire qui crée un problème; sinon il n’y a pas de problème. C’est vous seul qui créez le problème.

Est-ce que cela veut dire que toute relation sera entachée d’un problème?

Absolument. (Rire) Lire la suite