Avr 27 2017

Accepter ce qui est – Svâmi Prajnânpad

Maître de vie : Svâmi Prajnânpad
 

« Celui qui est libre du jeu de la dualité, de la dualité de l’action, devient le témoin de ce qui se passe. Il est pure conscience lucide (awarreness) devant laquelle défile le changement. A tout ce qui arrive, tout ce qui se produit, il dit « oui ». Et cette conscience du changement est absolue. Ce « oui » éternel est constant : c’est la Perfection »

Comment ai-je découvert Svâmi Prajnânpad ? Par des lettres de lecteurs qui s’étonnaient que je ne parle pas de lui, dont j’étais, disaient-ils, si proche… Cela piqua ma curiosité : je lus sa correspondance, ses entretiens… Ce fut comme si je rencontrais – mais incarnée, mais vivante – la vérité que j’avais tenté de penser.

Celui-là dit la vie comme elle est, difficile, douloureuse, inconsolable. Et c’est la seule consolation qui vaille. Un philosophe ? Bien mieux : un sage – aussi grand que ceux de l’Antiquité, tout en étant pleinement de son temps.

Né en Inde, dans une famille de brahmanes, il est l’un des premiers lecteurs orientaux de Freud, dont il adapte l’enseignement. Il invente, entre « vedânta » (qui affirme l’identité de la conscience individuelle et de la conscience universelle) et psychanalyse, un style de psychothérapie qui devient une aventure spirituelle. Rien de religieux pourtant chez lui : il ne célèbre aucun Dieu, n’impose aucun rite, ne promet aucun paradis.

La spiritualité, dit-il, n’est qu’un autre nom pour l’indépendance. Pas d’autre prière que l’attention. Pas d’autre salut que l’amour et l’action. Il m’apprend à voir la vie telle qu’elle est, et à l’accepter toute. C’est mon maître de sagesse et de lucidité.

1 – Vivre au présent

Ce qui fut n’est plus, ce qui sera n’est pas encore. « Qui crée alors le passé ou le futur ? Seulement le mental. » Nous sommes prisonniers du passé, par l’inconscient, et de l’avenir, par l’attente. « Le passé insatisfait enserre le présent dans ses griffes », et nous voue à l’espérance, donc à une nouvelle insatisfaction. L’espoir et la peur sont les plus grands ennemis de l’homme : parce qu’ils nous séparent du présent, du réel, de tout, parce qu’ils nous enferment dans l’avenir et l’ego. On ne peut y échapper qu’en se libérant du passé. Ainsi la liberté et l’éternité vont ensemble.

2 – Différence et changement

Tout est différent toujours : il n’y a pas deux grains de sable identiques, ni deux mentals semblables. C’est ce qui nous voue à la solitude : « Personne ne peut agir suivant le désir de quelqu’un d’autre ; chacun est différent et séparé. » C’est aussi ce qui nous voue au changement, qui n’est que la différence dans le temps. Deux instants successifs ne sont jamais identiques : « Tout change à chaque instant. Ce n’est qu’un courant qui s’écoule. » Il n’y a pas d’êtres ; il n’y a que du devenir. C’est ce que l’ego refuse : il voudrait « rester intact » et ne le peut ; il s’interdit de vivre, pour ne pas mourir.

3 – Le refus et l’émotion

Qu’est-ce que le mental ? Toute pensée en nous qui souhaite autre chose que le réel. C’est le contraire de la vérité. C’est « mâyâ » (« l’illusion »). Comment savoir alors si l’on est dans la vérité ou dans le mental ? Par la présence ou l’absence d’émotion. L’émotion est le critère : si je suis ému, c’est que je superpose au réel autre chose que ce qu’il est (mon désir, mon refus, mon attente), qui m’en sépare et m’enferme dans le mental. Il faut donc accepter l’émotion, pour s’en libérer.

4 – Voir, accepter, agir

Le contraire de l’illusion, c’est la vérité. Le contraire du mental, c’est voir. Ne pas penser, ne pas interpréter, ne pas juger, ne pas comparer, mais voir ce qui est comme cela est. Aucun jugement de valeur. Aucun refus. Aucune émotion (il n’y a plus que des sentiments). Accepter ce qui est. C’est la seule façon de le transformer. « Restez dans le présent : agissez, agissez, agissez ! » Et lorsque l’on n’arrive pas à accepter ce qui est ? Alors l’émotion est là, qu’il faut donc accepter. Ni refus ni dénégation. Ni espérance ni regret. Cela passe par la connaissance de soi, et par l’acceptation de soi : « Accept yourself and be happy » (« Accepte-toi et sois heureux »).

5 – Être un avec tout

L’expérience spirituelle la plus haute est celle de l’unité. Nous ne sommes séparés de tout que par le mental – que par nous-même. La vérité, au contraire, nous unit : parce qu’elle est une, parce qu’elle est universelle, et parce qu’elle est infinie. Il ne s’agit pas de brimer l’ego, mais de l’ouvrir : devenir comme « un cercle devenu si large qu’il ne peut plus rien entourer, un cercle d’un rayon infini : une ligne droite ! ». Alors seulement le bonheur peut advenir. Il n’y a pas d’ego heureux, ni de bonheur égoïste. Il faut donc se libérer du moi, pour s’ouvrir à tout. C’est le chemin de la sagesse. C’est le chemin du bonheur. « Pour aller où ? Là où vous êtes. Tout est ici et maintenant. »

BIBLIOGRAPHIESVÂMI PRAJÑÂNPAD
de Daniel Roumanoff – Éditions La Table ronde – Tome 1 & 2SVÂMI PRAJÑÂNPAD – L’ART DE VOIR
Lettres de ses disciples – Editions L’OriginelPORTRAIT D’UN HOMME REMARQUABLE
de Frédérick Leboyer – Editions Criterion

SVÂMI PRAJÑÂNPAD – BIOGRAPHIE
de Daniel Roumanoff – Editions La Table ronde

ENTRETIENS AVEC SVÂMI PRAJÑÂNPAD
de Srinivasan – Editions L’Originel

SVÂMI PRAJÑÂNPAD ET LES LYINGS
de Eric Edelmann et Olivier Humbert – Editions La Table ronde

http://eveilimpersonnel.blogspot.com


Avr 23 2017

Illusion

Illusion

Pour trouver la définition la plus générale, la plus descriptive du mot « illusion », nous dirons qu’une illusion correspond à « tout ce qui peut disparaître » à court, moyen ou long terme ou à tout ce qui n’est pas permanent.

Cette définition permet de comprendre que tout ce qui existe dans un esprit humain, tout ce qui peut être mentalisé, conçu, compris, formalisé, conceptualisé, aimé, détesté, admiré, recherché, sentimentalisé, émotionnalisé, par une décision humaine n’a non seulement aucune réalité mais n’a en plus qu’une durée de vie limitée.

La seule Réalité étant elle, éternelle, à l’image du Tout, ne peut disparaître.

Une autre approche de la définition du mot « illusion » serait de dire que dès que l’on croit avoir une idée précise de quelque chose que l’on ne connaît pas ou que l’on ne connaît que partiellement, comme la connaissance de l’ensemble de la Connaissance, nous sommes face à une illusion dont la durée de vie n’est égale qu’à la durée de vie de la connaissance partielle actuellement à notre disposition de la chose ou de l’objet considéré.

C’est-à-dire que cette illusion ne pourra durer que jusqu’au moment où la connaissance du sujet considéré en question va être modifiée soit par l’acquisition de nouvelles informations complémentaires qui vont s’ajouter et/ou se modifier et/ou se retrancher soit, par une remise en question des informations à disposition. Comme le dit Ramana Maharshi (Les textes entre parenthèses sont de l’auteur) :

« Ce qui est, c’est l’unique Réalité. Elle peut être représentée par une forme ou par n’importe quelle autre méthode. Tous se résorbent finalement dans la seule et unique Réalité. A présent, (pour la plupart des Animés), l’irréalité constitue une obsession, alors que la Réalité est notre véritable nature. Nous restons à tort dans l’irréalité, c’est-à-dire dans les pensées et les activités du monde. Lorsque celles-ci cessent, la Vérité se révèle. Tous nos efforts doivent tendre à les maintenir à l’écart. On y parvient en ne pensant qu’à la Réalité. Bien que celle-ci soit notre nature véritable, c’est comme si nous pensions à elle. Mais en fait, ce que nous faisons ne consiste qu’à re-pousser les obstacles afin que notre être véritable puisse se révéler. »

Extrait tiré de « La non-dualité – Illusion – les 4 Nobles Vérités »
Nouveau Futur

Avr 19 2017

Philosophie d’un illusoire – Le hasard

L’accident survenu devait survenir.

Le hasard n’est que la mesure de notre ignorance. H. Poincaré

Toutes les définitions du hasard se rapportent à nous même. Concours de circonstances imprévu et inexplicable (imprévu et inexplicable par nous même). Événement inattendu (inattendu par nous même).

Selon notre philosophie, le monde obéit à une destinée. Le hasard n’est donc qu’une apparence. Il nous sert à expliquer l’inexplicable.

Une quantité de choses dans la vie d’un être humain semble appartenir au hasard, mais est-ce bien le cas ?

L’exemple de l’accident

Prenons un exemple. Je décide d’aller faire une promenade en voiture …. 30 mn plus tard j’ai un accident. Avec ma 2cv je pulvérise le hummer d’un gouverneur américain en vacances sur la côte d’azur et qui vient de griller un feux. Il n’y a, fort heureusement, aucun blessé. Ce type de mésaventure nous l’attribuons en général au hasard, ou plus précisément à la contingence*.

*contingence : qui peut arriver ou non, qui n’est ni nécessaire ni impossible.

Autrement dit nous pensons de cet accident qu’il aurait pu ne jamais arriver. Nous avons du mal à admettre qu’il était programmé en quelques sorte. Qu’il est déterminé. Seulement, ce carambolage ne pouvait pas ne pas advenir. Pour qu’il n’arrive jamais, il fallait qu’une véritable possibilité de l’éviter m’eut été offert. Il aurait donc fallut qu’au moment de prendre chaque décision* m’entraînant vers l’accident, j’en connaisse les conséquences.

*sortir ou rester chez moi, choisir tel ou tel itinéraire, ralentir ou accélérer etc.

Seulement c’est impossible. Je ne pouvais pas savoir qu’il m’arriverait cet accrochage. Le simple fait d’ignorer notre futur, fait qu’à aucun moment, nous pouvons réellement choisir entre deux possibilités. Pour faire un véritable choix, il faudrait connaître à priori, toutes les répercussions futures de nos décisions immédiates.

Nous pouvons bien sur, choisir consciemment entre deux actions concernant l’immédiat. Je peux décider de boire ou de manger et anticiper la répercussion immédiate. L’étanchement de ma soif ou la satiété de ma faim. Mais au niveau des répercussions à long terme d’un acte immédiat, aucun choix n’est possible. il manque en effet, trois choses inexistantes pour le rendre possible et authentique : le don d’ubiquité, la connaissance du futur et le degré zéro de danger.

  1. Le don d’ubiquité nous est (encore) interdit. Il ne nous est pas permis d’être au même moment, à deux endroits différents.
  2. La connaissance du futur. Il est impossible de savoir avec précision ce qu’il va nous arriver dans le futur, qu’il soit proche ou lointain.
  3. L’inaccession au degré zéro de danger. Même s’il y a « une malchance sur 10 milliards » pour qu’un boulon de Boing m’arrive dans les 5 mn qui suivent au sommet du crâne et stoppe mon existence, cette « malchance » m’empêche de certifier ce futur. Je ne peux être sur de lui à 100 %.

Pour qu’il y ai un réel choix projeté, il me faudrait connaître en détail le résultat de toutes les décisions prises. C’est impossible, nous avons droit tout au plus, à des probabilités.

Des pulsions

D’autre part, beaucoup d’actions humaines, sont motivés par des pulsions et des passions. Celles-ci dépassent bien souvent notre conscience et notre volonté. Le choix est alors entièrement entre les mains de ces tendances. Il n’appartient plus du tout à la conscience et à la raison.

Donc, non seulement nous ne sommes pas maître de notre futur, mais il arrive nécessairement comme il doit arriver.

En conséquence de quoi : tout ce qui arrive, est déterminé.

Source : http://mecaniqueuniverselle.net/destinee-hasard/hasard.php

Avr 19 2017

Les antidépresseurs sont sans effets bénéfiques

Même la science nous racontes des bobards, on peut plus compter sur la drogue pour nous sauver, raison de plus de se tourner vers soi-même. Vous perdiez pas votre temps a venir nous voir… Gougou


Avr 18 2017

Un dialogue avec soi-même – Krishnamurti

Je me rends compte qu’il ne peut y avoir amour quand il y a jalousie, qu’il ne peut y avoir amour quand il y a attachement. Mais peut-on être libre de jalousie et d’attachement ?

Je m’aperçois que je n’aime pas. C’est là un fait. Pourquoi me moquer de moi-même ; pourquoi prétendre à ma femme que je l’aime. Je ne sais pas ce qu’est l’amour.

En revanche je sais fort bien que je suis jaloux, et je sais que je lui suis terriblement attaché et que, dans l’attachement, il y a de la crainte, il y a de la jalousie, de l’angoisse ; il y a un sentiment de dépendance. Je n’aime pas être dépendant, mais je le suis parce que je me sens solitaire. On me bouscule au bureau, à l’usine et, quand je reviens chez moi, je veux trouver du réconfort, une présence, je veux échapper à moi-même. Alors je me de­mande : comment puis-je être libre de cet attachement ? Je parle d’attachement à titre d’illustration, comme je pourrais parler d’autre chose. Lire la suite


Avr 8 2017

Notre Réalité n’est qu’une Illusion


Avr 7 2017

A Propos de l’éveil…

L’éveil est la reconnaissance de qui nous sommes vraiment. C’est tout. Dit autrement, c’est la radiation du «je».  Que reste-t-il quand il n’y a plus de «je» avec ses concepts, ses goûts, ses intentions, ses peurs et ses plaisirs ? Il ne reste rien, que du vide plein de vie. Quand je ne suis plus rien, alors je peux être un avec tout. S’éveiller ou réaliser le Soi c’est prendre conscience que nous sommes un espace infini. C’est la découverte qu’il n’y a pas d’individualité, pas de séparation, de dualité. Tout ça, ce sont des illusions. Quand toutes ces illusions s’effondrent, il ne reste qu’une Présence silencieuse.

Cette prise de conscience se fait parfois dans la plus grande simplicité, d’autres vivent une expérience plus marquante. L’expérience n’est pas très importante, ce qui compte c’est la découverte de Soi et la libération de l’emprise de l’égo. La personne devient simplement consciente qu’elle est Un. Elle voit que le moi n’existe plus. L’idée du moi et de l’autre est disparue pour faire place à l’Indivisé. Il n’y a pas de chemin pour s’éveiller. Ce serait inutile car vous êtes déjà éveillés. Il n’y a rien à faire pour s’éveiller et rien de ce vous pouvez faire ne va déclencher l’éveil. Puisque le «je» individuel n’existe pas, rien ne vient de vous. C’est la Source qui s’exprime à travers vous. Alors pourquoi méditer, lire des livres ou faire des stages ? Que vous soyez en mesure de reconnaître, ou pas, que l’impulsion ne vient pas de votre individualité, mais de la totalité n’est pas très important. Si «Ça» vous dit de le faire, alors faites-le. Comment pourrait-il en être autrement ? Lire la suite


Mar 28 2017

Jean Klein – Projections


Docteur Klein, pouvez-vous dire quelque chose à propos de tout ce que nous voyons comme une projection?Généralement nous pensons qu’un objet existe hors de nous-même, qu’il a une existence indépendante, mais c’est seulement une croyance. Ce n’est basé ni sur une expérience ni sur un fait. Le prétendu objet qui serait à l’extérieur de nous a besoin de la conscience pour être perçu. La conscience et son objet ne font qu’un. C’est vous qui créez, projetez le monde d’instant en instant. Quand le corps s’éveille le matin, au même instant le monde s’éveille. Vous projetez le monde; c’est bien vous qui créez le monde d’instant en instant.Est-ce que vous voulez dire que l’action crée le monde tel que nous le voyons, de telle sorte que lorsque je m’éveille le matin et que je vois la chambre et ce qui s’y trouve, la chambre existe seulement quand je m’éveille?D’abord, quand vous vous éveillez, vous ne voyez pas la chambre, vous ne voyez que votre mémoire. Vous voyez un angle du plafond et vous dites: «Je suis dans une chambre», mais c’est seulement la mémoire que vous projetez et que vous appelez chambre. Votre vision n’est que fragmentaire. Ce que vous nommez votre environnement est constitué par au moins 80% de mémoire. Quand votre écoute est globale, chaque instant est neuf, sinon il ne s’agit que de répétition. Aussi longtemps que durera le réflexe de vous prendre pour quelqu’un, vous ne verrez que des fragments, et le regard que vous porterez sur votre environnement ne pourra être que fragmentaire. C’est la vision fragmentaire qui crée un problème; sinon il n’y a pas de problème. C’est vous seul qui créez le problème.

Est-ce que cela veut dire que toute relation sera entachée d’un problème?

Absolument. (Rire) Lire la suite


Mar 18 2017

Citation du jour : Discernez le réel de l’irréel

« Tout ce à quoi vous êtes attaché, tout ce que vous aimez
et tout ce que vous connaissez disparaîtra un jour.

Savoir cela, et savoir que le monde est une création de votre mental,
ce monde dans lequel vous jouez et dont vous souffrez,
voilà le discernement.

Discernez le réel de l’irréel ;
ce qui est connu est irréel, et va et vient.
Ainsi, restez dans l’Inconnu, l’Immuable, la Vérité. »

Mooji

Source : Satsang avec Mooji
Photo :Photos Libres

Mar 16 2017

Libre de toute compréhension

Ne pas conclure en esprit et rester libre de toute compréhension.


Si la vérité est déjà vraie et l’illusion vide, nous devrions nous éveiller avant que cette journée ne s’achève. Cela est possible et ne devrait représenter qu’un juste retour à la normale. Tout dépend de combien nous entendons ce qui est dit ici, de combien nous sommes désireux de le constater dès à présent dans notre vie. Constamment, la vérité est tout aussi vraie et parfaite pour chacun. C’est donc chacun qui, à sa manière, la relativise et s’invente une impossibilité. Sommes-nous prêts à lâcher notre construction ?

http://www.denismarie.net