Juil 17 2017

L’homme de demain – Une certaine idée de la Sagesse

http://youtu.be/YwnciEiwDqI

 

Il est libre, il est indépendant, il est insouciant, il est souriant. Il se suffit de peu, les biens ne l’intéressent pas, son monde est celui de l’esprit. Il a supprimé de son vocabulaire les mots haine, possession, domination, soumission, guerre, conflit, jalousie… Son but : s’élever. Sa vie : être. Son guide : lui-même. Son amie : la sagesse. Sa bible : la nature. Voici l’homme de demain. (Rava)


Juil 17 2017

Le discours intérieur et la liberté, Daniel Odier


Juil 13 2017

On fait ce que l’on veut ?

Nous faisons ce que nous voulons, oui… Mais ce n’est pas nous qui décidons de ce que nous voulons…

http://ventdeveil.blogspot.com

Juil 3 2017

Henry David THOREAU

Henry David Thoreau

– Le jour se lève seulement à mon éveil.

– Seul se lève le jour pour lequel nous sommes prêts.

– Si quelqu’un marche avec confiance dans la direction de ses rêves et essaie de vivre la vie qu’il a imaginée, il aura un succès auquel il est inhabituel de s’attendre.

– Quelle flamme pourrait égaler le rayon de soleil d’un jour d’hiver ?

– Dites ce que vous avez à dire et non ce que vous devez dire. N’importe quelle vérité vaut mieux que faire semblant.

– Si vous avez fait des châteaux en l’air, vous n’avez pas travaillé en vain, car c’est là que tous devraient être. Maintenant, mettez dessous les fondations.

– Par-dessus tout, nous ne pouvons nous permettre de vivre hors du présent. Béni soit celui qui ne perd pas un instant de sa vie à se souvenir du passé.

– Mon ami est celui qui m’accepte tel que je suis.

– Pour bien des gens, la vie est une lente désespérance.

– Ce qu’un homme pense de lui-même, voilà ce qui règle ou plutôt indique son destin.

– Celui qui veut être un homme doit être anticonformiste.

– Les choses ne changent pas, c’est nous qui changeons.

– La nature à chaque instant s’occupe de votre bien-être. Elle n’a pas d’autre fin. Ne lui résistez pas.

http://jolouvet.free.fr

 

 


Juin 27 2017

Libre ? Vous avez dit libre ???

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un disciple de Shri Aurobindo raconte qu’un jour le neveu de Gandhi, fervent adepte des principes prônés par son illustre oncle, vint rendre visite au non moins célèbre philosophe, auteur de La Vie Divine, et le trouva en train de savourer un énorme cigare. Ravalant sa vertueuse indignation, le jeune homme marmonna : « je ne savais pas que vous étiez ainsi attaché au tabac ! « ; ce à quoi Aurobindo répondit, après avoir tiré sur son havane, « je ne savais pas que vous étiez ainsi attaché au non-tabac « … »

in Arnaud Desjardins ou l’aventure de la sagesse de Gilles Farcet
Espaces libres Albin Michel p 41

http://ipapy.blogspot.com

 


Juin 24 2017

Mooji – la recherche sur le net


Juin 24 2017

Quelques citations majeures de N.MAHARAJ

  • La liberté signifie lâcher prise. Les gens ne sont pas intéressés à tout laisser aller. Ils ne savent pas que le limité est le prix pour l’infini, comme la mort est le prix pour l’immortalité. La maturité spirituelle réside dans la décision de tout abandonner. Le renoncement est le pas final. Mais le vrai renoncement est dans la réalisation qu’il n’y a rien à abandonner, car rien ne t’appartient. Cela ressemble au sommeil profond – tu ne renonces pas à ton lit lorsque tu tombes endormi – tu ne fais que l’oublier.

 

  • À l’intérieur de la prison de ton monde apparaît un homme qui te dit que le monde de contradictions douloureuses que tu as créé n’est ni continuel ni permanent et est basé sur une fausse idée. Il te supplie d’en sortir, de la même manière dont tu en es entré. Tu y es entré en oubliant ce que tu es… et tu en ressortiras en te reconnaissant comme tu es.

 

  • « Si le chercheur est honnête, la lumière peut être accordée. La lumière est toujours présente à tous, mais les chercheurs ne sont pas en grand nombre et parmi eux, ceux qui sont prêts sont très rares. La maturité du cœur et de l’esprit sont indispensables.

 

  • ­­­­­­­­­­­­­Le manque de désir vient de lui-même lorsque le désir est reconnu comme étant faux. Vous n’avez pas à lutter avec le désir. Finalement, il est une forte envie de bonheur, ce qui est naturel tant qu’il se trouve de la peine. Voyez seulement qu’il n’y a pas de bonheur dans ce que vous désirez. Chaque plaisir est enveloppé dans la souffrance. Vous découvrez assez vite que vous ne pouvez pas avoir l’un sans l’autre.

 

  • Mon expérience est que tout est bonheur. Mais le désir pour le bonheur crée la souffrance. Ainsi, le bonheur est le germe de la souffrance. L’univers entier de souffrance est né du désir. Laissez aller le désir d’avoir le plaisir et vous ne saurez même pas ce qu’est la souffrance.

 

  • On parvient à l’état suprême en renonçant aux petits désirs. Aussi longtemps que vous être satisfaits avec le moindre, vous ne pourrez pas avoir le plus élevé. Tout ce qui vous plaît vous retient. Jusqu’à ce que vous réalisiez l’insatisfaction de tout, son état passager et ses limites, et rassembliez vos énergies dans une grande convoitise, le premier pas n’est pas commencé. D’autre part, l’intégrité du désir pour le Suprême est par lui-même un appel pour le Suprême. Rien de physique ni de mental ne peut vous donner la liberté. Vous devenez libre quand vous comprenez que votre esclavage provient de votre propre fabrication et que vous cessez de façonner les chaînes qui vous attachent.

 

  • Un niveau de maturité est atteint quand rien d’extérieur n’a plus de valeur, et que le cœur est prêt à tout laisser aller. C’est alors que le réel a une chance et qu’il la saisit. Les retards, s’il y en a, sont causés par l’esprit qui n’est pas consentant à voir ou à se débarrasser.

 

  • La mémoire des désirs passés non satisfaits bloque l’énergie, laquelle se manifeste comme une personne. Quand sa charge devient épuisée, la personne meurt. Les désirs non résolus sont reportés vers la prochaine naissance. Je ne dis pas que c’est la même personne qui renaît. Elle meurt et meurt pour de bon. Mais les mémoires demeurent ainsi que les désirs et les peurs. Ils fournissent l’énergie pour une nouvelle personne. La réalité ne s’en mêle pas, mais la rend possible en lui donnant de la lumière.

 

  • Le désir pour trouver le soi sera sûrement exaucé, pourvu que vous ne vouliez rien d’autre. Mais vous devez être honnête avec vous-même et réellement ne vouloir rien d’autre. Si durant ce temps vous voulez plusieurs autres choses et êtes engagé dans leur poursuite, votre objectif principal sera retardé jusqu’à ce que grandissiez plus en sagesse et cessiez d’être tiraillé entre des pulsions contradictoires. Allez à l’intérieur, sans jamais faire d’écart ni regarder à l’extérieur.

 

  • Tous vos problèmes surgissent parce que vous vous êtes défini et par conséquent limité. Quand vous ne pensez pas être ceci ou cela, tout conflit cesse. Toute tentative pour faire quelque chose au sujet de vos problèmes est destinée à échouer, car ce qui est causé par le désir ne peut seulement être défait par la libération du désir. Vous vous êtes enfermé dans le temps et l’espace, vous pressant dans la durée d’une vie et le volume d’un corps et avez ainsi créé les innombrables conflits de vie et de mort, de plaisir et douleur, d’espoir et de peur.  Vous ne pouvez pas vous débarrasser des problèmes sans abandonner les illusions – luttez avec toute la force qui est à votre disposition contre l’idée qu’on peut vous nommer et vous décrire.

 

http://mondereel.over-blog.net/


Juin 22 2017

SAINT DOUTE…

images36Pas vraiment de rapport, juste un moment « Fra Angelico »…

Aujourd’hui, nous entendons un certain nombre de choses, voici une petite liste:

« Ouverture inconditionnelle », « Être avec ce qui est », « Unité », « Tout est Conscience », « Tout est Un », « Vous êtes conscience », « Amour inconditionnel », « Il n’y a personne », « Plénitude de l’être », « Je suis », « il n’y a qu’être », « L’éveil est la non-identificationd e la conscience à la personne », etc… Pas trop le mal de mer? On continue la liste?

Non… Parce que tout cela, voyez-vous, n’est que points de vues. Il n’y a pas plus d’ouverture inconditionnelle que d’amour inconditionnel que de conscience en plénitude « que nous sommes » que d’être sans second que de plénitude ou de « il n’y a personne », pas plus qu’il n’y a de leur opposé. Voyez-vous, tout cela n’est que postures et, au fond, est totalement démontable. Donc, il peut être bénéfique d’accompagner tout cela d’un double doute: doute à l’égard de ces concepts (sans, donc, les rejeter violemment ni les adopter béatement), et un autre à l’égard des objets de l’ignorance ou la souffrance. Comme l’a énoncé Aryadeva dans ses « Quatre cents »:

« Si l’on entretient des doutes envers l’objet d’appréhension de l’ignorance, les liens de l’existence conditionnée en seront ébranlés ». Ce doute n’est bien sûr pas un doute agité, lié au chaos de la pensée ou du corps, mais un doute « discipliné », silencieux et vivant, pourrait-on dire, un doute en éveil, un scepticisme sans contrepartie, sans « arrêt ». Ce doute est également issu d’une véritable investigation, qui rend impossible, c’est-à-dire qui brûle littéralement le gosier à l’éructation de concepts tels ceux cités plus hauts.

Tout est Un? Ici, évacué. Tout n’est que multiplicité? Évacué également. Tout est conscience? Évacué à son tour. La conscience est ce qui crée toute chose? Évacué itou. Évacué, ici, ne veut pas dire nié, mais ne veut pas dire accepté comme LA vérité. Sentez-vous heureux de vivre sans réponse, c’est l’apanage d’un esprit en pleine maturité. Ceci, ce frémissement de l’être qui ne penche pas, ni ici ni là, mais qui vit en lui-même sans s’arrêter sur lui-même pour se connaître ou se fuir dégage un étrange parfum de…liberté. Alors ce n’est pas qu’il ne s’agit de ne jamais avoir d’opinion, mais voir que toute opinion n’est qu’un doute affirmé, donc délivré de sens et de valeur.

Tout ce qui a été énoncé plus haut peut à tout moment être retourné, tout. Par conséquent, tout n’est que de l’ordre d’une vérité conventionnelle, donc transitoire, donc non absolue. La recherche de l’absolu est une sorte de maladie nécessaire qui fait que le chercheur oublie de s’appuyer sur « là où il est ». Votre expérience est-elle que tout est un? Non? Alors pourquoi l’adopter parce qu’on vous l’a dit? Avez-vous l’expérience d’une conscience universelle, absolue, consciente de tout et d’elle-même, donc inconditionnelle et en plénitude? Non? Alors pourquoi adopter cela (ou le rejeter)? Qu’il nous soit permis, en toute liberté, de suivre l’enseignement qui nous échoit, avec un saint-doute, et voir ce qu’il en est.

Mais comment concilier une conscience en plénitude et le fait qu’elle crée tout ce qui est? Comment fonctionne la création dans le domaine artistique? Aucun artiste n’a jamais créé quoi que ce soit en état de plénitude et de parfaite satisfaction. Son moteur est le manque, la non-complétude. Une non-complétude qui se cherche et qui ne débouche jamais que sur une complétude en inter-connexion, et donc ne se trouve jamais de manière absolue. Eh bien en ce qui me concerne, il en est de même avec ce phénomène « particulier » qu’est la conscience. Si on accepte qu’elle crée le monde, ce qui au demeurant est nettement critiquable, nous devons admettre qu’elle est en situation de manque et de non-complétude, ça paraît évident. Par conséquent, comment un être (ici la conscience) qui se « partagerait » avec un non-être pourrait-il créer quoi que ce soit? Pour moi, l’univers n’est ni conscience ni non-conscience. Ayant évacué tout point de vue, il y a le sens d’un silence, conditionné MAIS conditionné par le « sans faille », un silence comme seule chute possible, et n’étant pas non plus une réponse, n’est-ce pas? Tous les points de vue, sans cesse se frottant à leurs opposés ayant été délaissés, un courant de liberté sans appui souffle, là, libre de connaissance et d’ignorance. Un doute « éclairé » à la fois sans appui et s’appuyant sur chaque maintenant…

Le chercheur n’étant jamais apparu, pourquoi devrait-il cesser? et l’ignorance? Et la souffrance? Et la liberté? Et la joie? Et le moi? Qui a une réponse à une question jamais apparue?

Alors partez d’où vous êtes, libres de vos concepts et de ceux que vous lisez, ici ou ailleurs. Et une autre question que « qui suis-je », à ceux, comme moi, qui ne se la sont jamais posée: « ce qui est là, en cet instant, pour lequel j’ai comme un doute, qu’est-ce que c’est vraiment? »

……..

http://nondualite.canalblog.com


Juin 21 2017

Gangaji- la liberté personnelle


Juin 18 2017

Être libre d’être quelqu’un – Jean Klein

…/… Parce qu’une véritable relation est une non-relation. Par non-relation, j’entends: «Être libre d’être quelqu’un». Quand vous vous prenez pour une personne, vous ne pouvez voir qu’une personne. Mais quand vous vivez dans l’absence de tout ego, vous ne pourrez voir chez autrui, que l’absence de la personne. C’est dans cette non-relation que se trouve la véritable relation; sinon, il n’y a qu’une relation d’objet à objet, de personne à personne, et c’est une source de conflit. Quand vous vous prenez pour une personne, vous vivez dans l’insécurité, étant donné que cela demande un effort pour maintenir en vie la personne, car la personne ne peut exister en dehors de situations: elle est constamment en défense contre l’absence de situations. Énormément d’énergie est gaspillée dans la création de situations, c’est-à-dire dans la création d’une fausse continuité.

Q : Comment se débarrasser de la personne ?

Voyez que vous vous prenez pour quelqu’un.

Q : Voir est très facile, mais s’en débarrasser est très difficile…

Voir n’est pas prendre mentalement note, cela implique que vous voyiez avec autre chose que votre seule pensée, que vous constatiez comment la vision agit sur vous. Vous devez donner du temps à la vision. Après avoir pris note, ne vous précipitez pas, mais habitez la vision assez longtemps pour prendre conscience de la manière dont elle a agi sur vous. Quand vous voyez que pendant quarante-deux ans vous avez créé une personne et que tout ce qui gravite autour de vous a été vu selon l’optique d’une personne de quarante-deux ans, il se produit un choc. Prenez note de ce choc. Il est considérable. C’est en le percevant réellement qu’il y a transformation. C’est seulement cette sorte de vision qui possède le pouvoir de transformer. Sinon il n’y a que changement, et le changement n’est pas une transmutation. Voir réellement quelque chose est une transmutation. C’est une sorte de réorchestration de toute votre énergie. Ensuite vous serez libre un jour de la personne, et là, dans votre absence, se trouve la joie seule.
…/…

Q : Dr Klein, comment peut-on s’acquitter de ses tâches quotidiennes s’il n’existe ni personnalité ni ego ?

C’est dans votre absence que vous percevrez votre réelle présence. Tout ce qui apparaît dans votre vie est comme ce qui se produit sur une scène mais vous ne vous identifiez pas à l’acteur qui est sur scène, vous demeurez simplement dans la salle, vous êtes le témoin. La vraie joie n’a lieu que lorsque vous êtes le témoin de tout ce qui apparaît et disparaît. Alors vos relations changeront complètement, parce qu’alors il n’existe aucune personnalité à laquelle vous identifier. La personnalité est un très bon outil, mais vous ne vous identifiez pas à elle. Vous agissez spontanément, et cette action n’est pas une réaction, elle est en réelle adéquation avec chaque instant. Une action spontanée implique qu’il n’y a ni acteur, ni agent, il y a seulement action. Il n’y a aucune entité dans le cosmos, il y a seulement fonctionnement. Un fonctionnement sans intervention d’une personnalité relève d’un âge nouveau.

Extrait de : Transmettre la lumière (Éditions du Relié)