Juil 17 2017

Citation du jour : Ramana Maharshi

« L’intellect n’est qu’un instrument du Soi.

Il ne peut vous aider à connaître ce qui réside au-delà de lui.

La dualité caractérise le moi.

L’intellect se complaît à enquêter sur le passé et sur le futur mais il ne se préoccupe pas du présent. »

Ramana Maharshi
 
Source : http://sililia.over-blog.com/categorie-10749697.html
Photo : Photos Libres

 

 


Juil 17 2017

« Vous projetez votre effort vers la réalisation d’un personnage que vous n’êtes pas. » -U. G. Krishnamurti

U. G. Krishnamurti

« Qu’est-ce qui vous empêche d’être dans votre état naturel ? Vous vous éloignez constamment de vous-même. Vous voulez être heureux soit en Permanence soit au moins pour tel instant précis. Vous n’êtes pas satisfait de vos expériences quotidiennes : il vous en faut de nouvelles. Vous voulez vous « perfectionner », vous changer. Vous projetez votre effort vers la réalisation d’un personnage que vous n’êtes pas. Voilà ce qui vous éloigne de vous-même… » -U. G. Krishnamurti


Juil 1 2017

Clefs pour l’éveil

Gandha-Tendre soleil
La clef la plus fondamentale pour l’éveil est de devenir plus présent dans votre vie. Alors vous pouvez vous aimer et vous accepter inconditionnellement au niveau de la personnalité. Cela comprend toutes ces choses que vous aimeriez changer en vous. La jalousie, la possessivité, le contrôle, le jugement, l’impuissance, l’inadéquation, le blâme, la culpabilité, l’incertitude, l’arrogance, l’attente, le ressentiment, la colère, la tristesse, la frustration, la dépendance, pour n’en nommer que quelques-unes. Vouloir changer une de ces qualités en vous est son subtil rejet, ce n’est pas l’acceptation inconditionnelle. Identifiez et possédez simplement toutes ces qualités, à mesure qu’elles surviennent en vous. Ne cachez absolument rien de vous-même. Possédez toutes ces choses. Soyez disposé à accepter qu’au niveau du mental et de l’ego, c’est ce que vous êtes devenu. Plus vous vous les appropriez et les acceptez, plus elles se révèleront à vous. Plus vous aimez et acceptez ainsi, plus vous serez ancré dans la vigilance et la Présence. Lire la suite

Juin 16 2017

L’espace de la joie

Le but de notre chemin est de connaître la joie. Une joie naturelle. La simple joie d’être. Un bonheur sans calcul qui brille de lui-même. La magie de tous les êtres qui nous entoure, la magie de ce que nous sommes, la beauté de la femme, de l’homme et de l’enfant. Un miracle permanent qui ne demande rien. Un miracle qui nous apprend à aimer toujours davantage, car l’expansion de l’amour est notre nature et la meilleur façon de vivre dans ce monde.

De belles phrases qu’il ne faut pas oublier dans notre pratique quotidienne. De grands idéaux qui demandent à s’incarner, à devenir réalité palpable. Quelle que soit notre pratique ou nos représentations spirituelles, si notre conscience s’approfondie et que notre cœur s’ouvre, alors nous sommes sur le bon chemin. Si votre pratique ne vous mène pas directement ou progressivement à un espace de joie et d’innocence, alors vous êtes en train de cultiver votre pouvoir de contrôle personnel et non l’abandon nécessaire à la vie.

L’abandon ne vous vide pas de vos forces, mais vous enseigne une autre dimension de pouvoir. Un pouvoir au service de la vie et non au service de votre ambition personnelle.

L’espace de la joie naît au creux de votre être naturel et profond. Cet espace, naît de ce que vous êtes, en essence. Il faut être très réceptif et attentif pour le découvrir, puis le cultiver. Il faut du temps et de la foi pour progressivement, faire de cet espace notre centre. Le noyau lumineux à partir duquel nous parlons, écoutons, rions, pleurons, agissons, jouons, aimons.

Petit à petit nous nous familiarisons avec cet autre état d’être, cette autre façon de vivre et d’agir. Nous devenons notre âme, l’être spirituel que nous sommes s’incarne et prodigue alors une toute autre énergie à tout ce qui compose notre quotidien. Nous réalisons que nous sommes la conscience de la vie incarnée. Nous comprenons et ressentons que nos sommes reliés à tout et à tous. Les notions de fraternité, d’unité et d’amour universel se changent en expériences concrètes.

Vous pouvez donc mesurer votre spiritualité à l’aune de votre capacité à aimer. L’espace d’accueil que vous êtes comporte-t-il un certain nombre de péages ? Combien notre ouverture est-elle conditionnelle ? C’est cela que nous devons observer. C’est cela notre chemin quotidien, être attentif au moment où nous nous fermons et nous contractons. Le moment où nous quittons la présence pour nous recroqueviller sur notre limite, sur notre problème. Nous pouvons voir chaque jour avec bienveillance ces relations où nous sommes sur la défensive ou lorsque nous essayons de faire quelque chose à quelqu’un au lieu de le respecter.

Nos peurs et nos tensions sont des formes d’expressions de la vie, elles ne sont pas mauvaises.

L’égo n’est pas un ennemi, mais une phase de notre développement. Tout comme l’enfant que nous fûmes n’est en aucun cas l’ennemi de l’« adulte » que nous sommes aujourd’hui.

Tout cela est naturel, et ne saurait en aucun cas être un problème, c’est le processus de grandir sans fin que nous sommes. On met de l’amour là où il n’y en a pas, de la paix où il n’y en a pas, etc… Ainsi nous matérialisons un monde construit sur autre chose que la compétition et les antagonismes.

Prenons exemple sur les sages et la vie, qui nous aiment quelle que soit notre condition. Aimons-nous de cette façon. Nous ne pouvons pas faire cela avec notre égo, mais avec notre véritable nature. Nous devons dépasser les histoires de toutes sortes qui composent notre petit moi et dont il se nourrit. Nous devons faire l’expérience de notre nature divine et aimante, pour faire la différence entre ce qu’est l’ouverture authentique et ce que sont les subterfuges pseudo-spirituels. Ce qui est conditionnel n’est pas de l’amour. L’amour est maintenant, gratuit, pour tous, sans condition d’énergie ou de niveau. L’amour n’est jamais plus tard, la présence à toujours lieu dans le présent. Pratiquons donc le moment présent, de toutes les manières possibles. Entrainons-nous à rester connectés avec notre source, notre centre. Cela est primordial, le reste suivra. Habituons-nous à rester confortable même sans savoir ce qui se passe ou sans avoir d’abord les explications, agrandissons notre confiance en la vie. Redevenons véritablement disciples, au lieu de vouloir forcément maîtriser ce qui arrive.

Nous sommes déjà à notre place, en train de faire et d’être ce que nous sommes censés être et faire, il n’y a pas de panacée future. Nous devons dessiller notre regard, notre perception pour prendre conscience que l’amour et la joie sont déjà là, depuis toujours. Alors en regardant le monde avec les yeux de l’amour, nous influençons notre environnement et le Nous sommes tous impliqués dans le grandir de notre société et de notre terre. Nous créons ce que nous ressentons à l’intérieur de nous. Nous pouvons donner, émaner cette joie, ce naturel, au lieu de l’exiger des autres et du monde. Mais nous devons d’abord le trouver en nous, le cultiver, le devenir, alors nous ne demanderons plus à ce qui nous entoure de nous remplir. Nous pourrons donner sans attente de retour, ce qui est en nous, ce qui est nous, en essence, un espace de joie.

Nous devons découvrir par nous-mêmes pourquoi il est dit que « Dieu est amour », ce que signifie vraiment « la terre est pure pour qui a le cœur pur » ou « nous sommes tous des frères ». Cela ne doit pas rester lettre morte, discours vide ou belles paroles.

La présence est le chemin qui nous mène à ressentir pour de bon ces vérités spirituelles, pour qu’elles ne soient plus que spirituelles, mais également corporelles, matérielles. La matière attend d’être reconnue aussi divine que le pur esprit, le corps attend d’être aimé à l’égal des anges. Si « tout est Dieu » et que « ce qui est en bas est comme ce qui est en haut », il nous faut arrêter de diviser le réel entre sacré et profane, entre divin et animal, entre notre enfer aujourd’hui et notre paradis plus tard. Seuls notre perception et notre conception des choses nous séparent du plus grand amour.

Pour cela, il ne s’agit pas de croire ou de faire partie d’un groupe. Il ne s’agit pas d’avoir raison ou d’être du « bon côté ». Il s’agit simplement d’être humain et de regarder au fond de soi ce qu’il y a, ici et maintenant. Etre là. Le reste suivra. Cela peut paraître simpliste, néanmoins rien ne nous empêche d’essayer pour voir si cela marche, et de vérifier par nous-mêmes ce qu’il en est. Bien que l’on puisse être aidé et accompagné, cela ne dépend pas de quelqu’un d’autre.

Par Sébastien Fargue
http://www.soleil-levant.org

Juin 14 2017

Comment appliquez-vous la pratique de la non-dualité dans l’enseignement?

ENTREVUE EXCLUSIVE DES « INVITÉ DE MARC »

AUTRES CAPSULES, TEXTES ET PROCHAINES CONFÉRENCES : PORTRAIT NON-DUALISTE – MATHIEU MARTEL

Juin 10 2017

Forrest Gump et Eckhart Tolle (audio)

Eckhart Tolle - Forrest Gump

Le personnage de Forrest Gump n’a pas d’ego, tout ce dont il a besoin arrive de façon naturelle. Sa vie se déroule tout simplement, il n’a pas à se battre pour obtenir quoique ce soit. Tout lui arrive au bon moment et il a du succès. Il accompli même de grande et ne dis jamais : « C’est moi qui l’ai fait! ». Partout où il va, il est une force agissant pour le bien.

Extrait audio : Retraite à Findhorn (Quiétude au sein du monde) de Eckhart Tolle


Juin 5 2017

Entrevue exclusive « Invité de Marc » – Entretiens avec Mathieu Martel, philosophe non-dualiste – I

I- Parlez-nous de votre expérience en rapport à la non-dualité


Mai 25 2017

« Tout est parfait dans la vie! » -Gougou

 

Denis Gougeon

« Tout est parfait dans la vie. Ce n’est pas clair et limpide de prime abord, mais lorsque tu observes la vie dans un silence pénétrant et sans effort, tout prend son sens. » -Gougou

Ce texte est un extrait de la dernière correspondance que j’ai eu avec Denis.
 
Merci de ta présence et ta sagesse. -ML

 

 


Mai 19 2017

Dix minutes de conscience…

Andy Puddicombe


Mai 4 2017

« Il n’y a personne qui puisse vivre le moment présent » -Éric Baret

Éric Baret« Quand le moment présent est là, c’est qu’il n’y a personne pour le vivre. Quand vous êtes là en tant que personne, vous ne pouvez vivre que dans le futur ou le passé. Vous ne pouvez pas être présent à la sensation, vous pouvez uniquement être une avec la sensation. Donc vivre le présent cela veut dire que l’idée d’être une personne n’est pas là. Dans l’instant, il n’y a pas de problème, le problème intervient quand on se réfère à l’image d’un soi-même. Apprendre à aborder la vie d’une manière neuve. Il y a des gens qui ne regardent pas. Des gens passent devant Notre-Dame sans la regarder parce qu’ils l’ont déjà vue, d’autres ne regardent pas la pleine lune pour la même raison, d’autres ne regardent pas leur mari parce qu’ils l’ont déjà vu. Tôt ou tard vous n’avez plus besoin d’une mémoire du futur. » Lire la suite