Avr 6 2017

L’Art du vieux chat…

 

 L’art du vieux chat…

Il y avait en Chine, il y a bien longtemps, une maison où la présence d’un gros rat dérangeait tout le monde.Un jour,le propriétaire de cette maison réussit à enfermer l’animal en compagnie de son chat dans une même pièce.Mais à sa grande stupeur, celui-ci, cruellement mordu par la bête, s’enfuit aussitôt sans demander son reste!Furieux le maitre de maison s’adressa à ses voisins, les priant de lui prêter leurs chats respectifs, parmi lesquels il devait bien y avoir le félin qui viendrait à bout de l’indésirable.Ainsi commencèrent à défiler dans la maison des chats de tous poils, races, couleurs, corpulences, tempéraments…
Il y eut ainsi un jeune chat noir, aux griffes redoutables, capable de sauter très haut comme de s’enfiler dans les recoins les plus difficiles, avec déjà, un beau tableau de chasse à son actif, en rats, loutres et autres belettes.Guerrier et technicien…mais pour cette fois, hélas, son habileté ne lui servit à rien car celle du rat s’avérât encore supérieure.Son art du combat, qui avait jusque là fait des merveilles, s’avéra encore n’être que technique, contournable.
Lui succéda un gros chat au pelage tigré,un animal vieillissant, qui avait largement fait ses preuves, tout en expériences accumulées et en ruse, le corps rempli de cette énergie qui avait suffit jusqu’à ce jour à faire reculer l’adversaire le plus décidé.Pourtant, cette fois, la force de son esprit ne suffit pas, car il n’arriva pas à envelopper celle du rat, insaisissable et imprévisible.Son art du combat s’appuyait encore sur les sensations de son égo(enfin…son équivalent pour un chat!),fort d’une réputation bien établie,mais impuissant devant la force instinctive supérieure du rongeur piégé, qui n’avait plus rien à perdre.Nouveau fiasco.
Et puis il y eut encore un chat gris, visiblement plus âgé, que l’on savait avoir horreur de la bagarre.On l’envoya quand même dans la pièce où le rat restai tapi en silence.Le vieux chat avait développé un sens aigu de la perception et était capable d’anticiper sur la moindre vibration adverse, avec cette spontanéité naturelle que recherchent tous les maitres d’arts martiaux.Mais lui non plus, confronté à ce rat,ne put reproduire un schéma qui lui avait pourtant déjà valu bien des victoires et forgé sa réputation.Justement…il y pensa au moment de l’action décisive, rien que furtivement certes,mais assez pour échouer lui aussi.Cette fois excédé, le maitre des lieux envoya quérir,à plusieurs lieux de là, une vieille chatte qu’on lui disait particulièrement efficace.Quand il la vit, avec si peu d’allure et de vivacité, avec un regard qui lui semblait déjà terne, il eut un doute, mais décida d’essayer quand même.Au point où il en était…Bien lui en prit:la chatte pénétra simplement dans la pièce, comme s’il n’y avait rien de particulier à redouter, s’avança vers le rat qui ne bougeait plus, comme soudain cloué sur place,le prit dans sa gueule et,sans geste brutal, le porta au dehors.Comme s’il s’agissait de la chose la plus naturelle du monde…!stupéfaction générale!
L’histoire n’est pas terminée!
Car l’histoire rapporte aussi qu’il existait un chat encore bien plus efficace que la chatte qui avait pourtant attrapé le rat.
Ce chat vivait dans un autre village, bien plus loin, et c’était un très vieux matou qui dormait toute la journée comme une roche, un bout de bois, sans que personne ne put soupçonner en lui la moindre parcelle de force physique ni spirituelle.Et pourtant, là où il choisissait de dormir il n’y avait avait jamais de rat,ni d’ailleurs d’autre nuisible.D’ailleurs, pour tout dire, personne ne l’avait jamais vu attraper un rat.Pourtant, il en était ainsi.il avait en réalité réalisé l’état le plus avancé,celui où on oublie tout, l’environnement comme soi-même, pour devenir… »rien », c’est à dire rejoindre le parfait vide, sur lequel plus rien ne peut plus prendre appui, c’est à dire le plus haut degré de la manifestation de la non-intention.En harmonie totale avec l’univers.Du coup, il était à même de vaincre sans avoir jamais à combattre.Sa « technique » était en fait préventive…fabuleux à l’arrivée, non?Quelques personnes seulement avaient entendu parler de cette efficacité absolue.Pour la majorité des villageois cependant, ce chat n’était rien, n’existait même pas à leurs yeux.personne ne le voyait jamais,ne pensait jamais à lui.Il faisait simplement partie de l’environnement.mais à part cela, et en y pensant bien, il fallait bien admettre qu’il n’y avait jamais aucun problème dans la vie de ce chat…
L’histoire ne dit pas quelles furent les étapes de la vie du chat suivies jusqu’à ce stade ultime de l’efficacité…
Tout ceci n’est qu’une histoire de chats,et les hommes ne sont pas des chats.
Et puis ce n’est qu’une histoire…Mais tout de même.

http://turquoise26-terreetciel.blogspot.com


Mar 26 2017

La sagesse de KUNG FU – « Sois l’espace au centre »


Mar 11 2017

Éloge de Rien

Homère, le premier des poètes grecs, a fait un poème du combat des rats et des grenouilles, et Virgile, le prince des poètes latins, en a fait un sur un moucheron. Ovide a fait l’éloge de la puce, Lucien de la mouche, Malanchthon, Agrippa et plusieurs autres celui de l’âne. Isocrate a fait l’éloge de Busirix, fameux tyran ; Cardan de Néron, Platon et Carneades de l’injustice. Etienne Guazzy a loué la vie parasitique, Erasme la folie, Joannes Fabricius la gueuserie, Ulrich de Hutten la fièvre, Jérôme Fracastor l’hiver, Etienne Dolet la vieillesse, Elias Major le mensonge, Douza l’ombre ; et moi, Messieurs, j’entreprends de vous faire aujourd’hui l’éloge de Rien. Quelle extravagance, dira-t-on ! et qui s’est jamais avisé de faire un discours sur Rien ? Qu’y a-t-il donc de si blâmable dans mon entreprise, Messieurs ?

Ne vaut-il pas mieux faire un discours sur Rien, que de composer de froides comédies, comme Afranius, des tragédies pitoyables, comme Barbaridès, des opéras ennuyeux, comme Crassotius, des odes prosaïques, comme Dariolin, des épigrammes ordurières, comme Epaphos, des vaudevilles libertins, comme Horribilis, des babioles périodiques, comme Toediosus et Miseremini, des brevets satyriques, comme Regius, des dissertations vagues et infructueuses, comme Lucius, des romans dangereux, comme Patelinius ? Lire la suite


Mar 5 2017

Le silence de l’aube

Il existe un moment magnifique, un moment tranquille, quand la nature nous ouvre ses bras généreux et nous offre un enseignement si complet, si puissant, si unique que nous ne devons pas chercher ailleurs pour comprendre le sens du silence et de l’immobilité. Vous voyez, l’univers, le monde naturel qui nous entoure est le gourou lui-même, silencieux, et tout ce que nous devons faire est de lui ouvrir notre conscience. Il est toujours disponible, à la fois comme un rappel et une aide pour nous qui sommes pris dans nos modes de pensée, nos cogitations sur ce que nous avons fait ou pas fait correctement hier, notre imagination, les désirs des choses et des expériences que nous voulons aujourd’hui, nos anticipations et les rêves de meilleures choses demain. L’univers ne se souvient pas, n’anticipe pas, ne prévoit pas, n’imagine pas, ne rêve pas. La nature est, tout simplement, et un ensemble de «chose» émanent du doux et pur silence lui-même et finalement y retournent. Le processus se poursuit à l’infini. Lire la suite


Mar 1 2017

Benjamin Smythe – Je me sens malade…

Ce gars là est complètement disjoncté, ça fait du bien d’ en voir un comme lui­.


Fév 27 2017

Betty

Betty s’est éveillée à la Réalité, http://www.lagrandejoie.qc.ca
ce vide vibrant où la personnalité est absente, là où rien ne commence et rien ne meurt. Née au Québec, elle y réside toujours. Betty n’enseigne pas; nul besoin de chercher. Le grand rendez-vous est avec vous-même! Être conscient de ne rien être et de ne rien savoir a foudroyé le désir d’exister de Betty, la laissant dans un perpétuel étonnement! Intemporelle et non individuelle, la Conscience ne subit pas de processus évolutif: Elle EST! C’est ce que nous sommes tous! Et c’est accessible, sans distance, sans délai.

http://www.youtube.com/


Fév 17 2017

Jean-Marc Mantel -Ouverture à la grâce

• Ouverture à la grâce – Jean-Marc Mantel

Voici le nouveau livre de Jean-Marc Mantel. Vous y trouverez de nouveaux dialogues sur la quête de vérité et la nature de la réalité, classifiés par thèmes. Préface de Nicole Montinéri..
Extrait : La conscience

 

Face à ce vieux Tcheng qui essaie d’aider les têtes chauves à reprendre contact avec l’esprit originel, des questionnements me sont venus concernant la pertinence de garder et vivre avec cette mémoire retrouvée de l’origine qui est rien et tout à la fois. Une fois retrouvé ce qui, en Moi (en Soi), ni ne varie, ni ne meurt, que puis-je en faire ?

Est-ce cela qui ni ne varie, ni ne meurt, qui pose la question ? Ou bien est-ce la personnalité qui cherche une sécurité dans un savoir stable, dans un objet auquel elle puisse s’accrocher ?
Si je suppose que ce que le vieux Tcheng appelle « l’esprit originel » est aussi appelé « le plérôme » par C.G. Jung ou « le néant » par Maître Eckhart, le premier dit :  » réfléchir à l’esprit originel est votre poison « , le second dit dans les sept sermons aux morts : « il est inutile de réfléchir au plérôme », et le troisième dit dans son sermon n°11 : « tout ce qui est néant doit être enlevé et si caché qu’on ne doit même jamais y penser », la cervelle boiteuse que je suis a beau ne plus penser à l’esprit originel, c’est l’esprit
18originel qui s’immisce en moi avec tout le vide qui prend toute la place dans mon esprit. Que puis-je faire de ce vide que je suis ?
Le vide n’est connu que par le plein. Comment pourriez-vous parler du vide sans vous référer à votre nature pleine ? Voyez donc le vide en tant qu’objet. Vous ne pouvez être objet de votre propre observation, mais ne pouvez observer que ce que vous n’êtes pas.
Qui puis-je être ici avec cette mémoire retrouvée ?
Être est sans mémoire. Il est la source de toute idéation, n’étant pas une idée par lui-même. C’est de lui que jaillit la pensée, c’est en lui qu’elle meurt. Contemplez donc ce ballet qui se déroule en vous. Si vous étiez le danseur, vous ne pourriez le voir danser. Si vous étiez le spectateur du danseur, vous ne pourriez non plus vous voir. N’étant ni le danseur, ni le spectateur du danseur, ce que vous êtes brille comme la lumière du soleil, sans que nul ne puisse vous saisir.
Rien à atteindre, rien à posséder… Que devient alors ma conscience ?
Le devenir concerne l’objet. Le connaisseur du devenir est sans devenir. La conscience, connaisseur du monde, est libre du monde. Elle n’est ni ceci, ni cela. N’étant ni ceci, ni cela, que pourrait-elle bien devenir ? Ne peut devenir que ce qui a une forme. Que peut bien devenir ce qui n’a pas de forme ?
Quel est le but de ce fonctionnement conscient qui caractérise ma condition d’être humain réflexif ?
Si on voulait chercher un but, on pourrait dire que le but est d’être vous-même votre propre but, comme l’archer qui chercherait à atteindre ce qu’il est, renonçant à atteindre ce qu’il n’est pas. L’arc et sa flèche lui tombent alors des mains, et la grâce le saisit dans ce mouvement d’abandon.
Si rien ne peut être dit sur l’esprit originel, que signifie cette barrière ?
Lorsqu’on parle d’une chose, on ne parle pas de la chose elle- même mais de sa représentation que notre mental a construit.
Ainsi, rien ne peut être dit concernant le silence que vous êtes. Le nommer, c’est s’en éloigner. L’habiter, c’est ne pas en être séparé.
Qu’y a-t-il au-delà ?

L’ici est sans au-delà. Vous et vous êtes une seule et même réalité. Il n’y a pas deux vous. Bien que le même acteur puisse prendre des visages différents, il reste toujours identique à lui-même.
Oui, l’esprit originel est constamment avec moi, sans que je sois toujours conscient de sa présence. Sans l’avoir cherché, il s’est manifesté et s’est rappelé à moi dès mes 12-13 ans. Ce vide impénétrable faisait entrer l’adolescent que j’étais dans une terreur indescriptible. Avec un peu plus de connaissance, j’ai pu me rappeler qu’il était question de l’origine de l’être incarné que je suis. Puisque j’ai en conscience cette origine innommable, que peut devenir l’homme qui vit dans/avec l’esprit originel ?
Ne dénaturez pas cette expérience primordiale en la conceptualisant. Restez immergé dans la fraîcheur de l’incréé. La mémoire de l’expérience n’est pas l’expérience elle-même. Laissez la mémoire vous quitter. Le neuf ne peut habiter l’ancien.
Que devient l’esprit originel dans/avec l’homme que je suis aussi ?
Lorsque le marionnettiste ne se confond pas avec la marionnette qu’il anime, il n’est pas esclave de ses apparences. Il se sait être, avant toute apparition. Acceptez donc votre corps, votre mental et votre personnalité comme des émanations de ce que vous êtes, mais non pas comme la réalité elle-même. La mère ne peut jamais aussi bien accomplir sa fonction que lorsqu’elle en est libre, qu’elle ne se réduit pas à la fonction mais se sait être globalité.
Si la seule signification de l’existence, c’est d’être clairement dans l’esprit originel, où cela peut-il mener ? Il n’y a pas de secret concernant l’esprit originel, seulement de l’oubli.
Il n’y a nulle part où aller. Pour que vous puissiez aller quelque part, il faudrait que vous soyez divisé. Or, vous n’êtes qu’unité. Où que vous alliez, vous restez toujours vous-même. Dans le sommeil profond, dans le sommeil de rêve et dans l’état de veille,

vous êtes toujours unique réalité. Rien ne peut perturber ce que vous êtes. Les états se succèdent en vous. Comment pourriez-vous vous succéder à vous-même ?

Peut-on qualifier la conscience d’énergie ? Nous-mêmes, une fois sortis du contexte corps mental, serons-nous énergie ?

 

Tout dépend ce qu’on entend par énergie. Mais, en principe, ce terme est utilisé pour décrire des phénomènes observables, directement comme la lumière de l’ampoule, ou indirectement, comme l’électricité qui permet à la lumière de se manifester.
La conscience, regard qui contient le monde phénoménal, échappe à toute description. On peut décrire ce qui a une forme, mais non ce qui n’en a pas.
Cherchez ce que désigne le « nous-mêmes » dont vous parlez. Remontez à la source du je. Voyez, dans votre propre esprit, ce qui précède la naissance de la pensée je, et immergez-vous en cela. Rien ne peut remplacer l’expérience directe. L’on-dit nourrit le mental conceptuel, mais ne peut vous transmettre la saveur de ce vers quoi pointe le concept.
Je ressens bien cela, en effet, c’est innommable, impalpable… Je souhaiterais véritablement m’immerger dans Cela, car, pour le moment, ce n’est que furtif… Le temps de ressentir et c’est déjà parti. Y a-t-il des techniques, une marche à suivre, un chemin ? « Se fondre dans la conscience », est-ce une notion qui pourrait traduire cette recherche ?
Votre désir d’immersion en Cela vient de Cela que vous êtes déjà. Vous ne faites que chercher ce que vous êtes. Tout effort pour atteindre Cela ne fait que vous en éloigner. Portez attention à ce que vous n’êtes pas : projection, idée, pensée, croyance, opinion. « Ce que vous êtes » se révèle lorsque « ce que vous n’êtes pas » vous quitte. Être est l’ultime résidu, cela qui ne peut être enlevé alors que tout vous a quitté, y compris le vous qui est lui-même quitté. Sans vous, vous êtes. Vous ne pouvez même pas vous fondre avec ce que vous êtes. L’or fondu n’est-il pas toujours de l’or ?
Vous dites : « par mégarde, on localise la conscience dans le corps ». C’est un point clé, n’est-ce pas ? Comment prouver aux rationalistes cette méprise ? Pour eux, la conscience n’est qu’un produit du fonctionnement cérébral. Doit-on chercher du côté des OOBES (Out Of Body Experiences) pour prouver la chose ? Ou bien, à un certain niveau de fusion dans la source, des preuves, du type de la clairvoyance, se présentent-elles spontanément ?
C’est en effet un point clé. La conscience elle-même, libre de projection, se réfléchit dans le corps. Le corps donne alors l’impression d’être le dépositaire de la conscience, alors qu’il n’en est que sa réflexion. Cruelle erreur qui entraîne toutes les conséquences que chacun connaît.
Le désir de prouver peut aussi être abandonné. La rose a-t-elle besoin de demander à tous de humer son parfum ?
Ceci dit, et c’est ce qu’on peut constater à l’heure actuelle, les témoignages innombrables finissent par ébranler les convictions les plus ancrées.
Puisque vous évoquez le sujet, au récent congrès de Martigues sur les NDE (near death experiences = expériences de mort imminente), un professeur de cardiologie, hollandais je crois, a montré comment des êtres enfoncés dans un coma avec un tracé EEG (électro-encéphalogramme) plat, signe de mort clinique pour la médecine actuelle, non seulement sont sortis du coma, mais ont pu raconter la totalité de ce qui s’est passé quand ils étaient comateux, y compris dans la période avec EEG plat. L’effrayant constat qui s’est alors imposé à eux est : « la conscience n’est donc pas localisée dans le cerveau »…
Les meilleures preuves sont finalement votre vécu, votre aptitude à vivre les circonstances changeantes et imprévues dans une tranquillité stable et une joie saine.
La vie est l’instructeur. Elle met en place les circonstances parfaites pour réveiller les endormis, que ce soit par un chant mélodieux ou par des piques douloureuses. Elle œuvre à sa manière et avec sa propre intelligence. Toutes les illusions
résiduelles seront donc tôt ou tard nettoyées par ce grand « Kärcher » qu’est la vie, qui brise les mirages et ramène à elle les brebis égarées.
Si j’ai bien compris, nous sommes conscience et sommes tous reliés entre nous, avec la nature, les animaux, etc. Cependant, quelque chose me gêne : il ne me plaît pas d’être reliée avec un criminel, par exemple… Vous allez peut-être me dire qu’il faudrait ressentir son « essence », son « je ». Mais justement, qu’en est-il des personnes criminelles, défiant la Vie de cette façon ? Peut-on dire que c’est un cheminement comme un autre ?
Qui est gêné ? N’est-ce pas le moi, avec son système conditionné de préférences, qui fait obstacle à l’évidence de la réalité ?
Un seul vent pousse les deux bateaux vers l’est et l’ouest, une seule vie anime le corps et la tumeur qu’il héberge, une seule eau constitue le fond silencieux de la mer et ses vagues agitées, une seule lumière habite l’ampoule poussiéreuse et l’ampoule transparente, une seule présence anime l’assassin et l’assassiné.
Du point de vue de la vie, tout est vie. Accueillez cette possibilité et voyez ce qu’elle évoque en vous. Laissez-la agir comme le ferait un sachet de thé plongé dans l’eau bouillante.
Ma question porte sur ce qui ne change pas. D’aussi loin que je remonte dans mon histoire, il y a une « sensation » d’être qui a toujours été là, identique. Mais avant le « aussi loin que je remonte », était-ce le même vécu, non mémorisé alors (juste vécu) ou bien y a-t-il eu « chute » ?
C’est en fait l’histoire du je qu’il convient de remonter. Ce je émerge dans la vacuité de la conscience. La vacuité de la conscience précède donc la naissance du je. Parler de vacuité est parler d’une qualité. Mais quelle qualité peut bien avoir cela qui est sans qualité ? Les mots arrivent là à leur limite. Ils pointent vers une réalité, mais ne servent qu’à orienter le regard. Le regard orienté vers lui-même est comme suspendu. Il ne peut aller nulle part, ni devant, ni derrière, ni dehors, ni dedans, ni en haut, ni en

bas. Pour lui, il n’est point de chute, puisque aucun lieu ne le contient.

Qu’est-ce que la conscience-sujet ? Quelle est sa relation au vide ?
La conscience-sujet est cela que vous êtes, à chaque instant.
C’est de ce point de vision que vous percevez le corps, le mental et la personnalité.
C’est parce que la conscience-sujet n’est ni le corps, ni le mental, ni la personnalité, qu’elle peut les percevoir.
Le vide lui-même est perçu par elle. De ce fait, la conscience ne peut être assimilée au vide.

Jan 26 2017

N’être plus personne (« Nobody Home »)

N’être plus personne En tant qu’enfant, on te disait que tu étais quelqu’un. En tant que lecteur de ce livre, tu présumes probablement que tu es quelqu’un qui tient ce livre dans ses mains. Peut-être même tu t’imagines être un chercheur sur une voie spirituelle. Probablement, tes dirigeants spirituels t’ont dit aussi qu’il y a quelque chose qui cloche chez toi. Il se peut que tu crois ça toujours. Qu’il faut suivre leurs règles pour atteindre le paradis céleste. Qu’il faut faire de ton mieux pour le mériter. Qu’il faut répondre à certaines normes si tu veux achever ta quête spirituelle. Il se peut que tu continues à croire tout cela aussi.

Cependant, il est possible qu’entretemps tu as commencé à t’interroger sur toutes ces histoires qu’autrefois tu acceptais comme vraies. Est-ce vrai tout ce qu’on t’a racconté? Il est possible que tu aies déjà découvert qu’il y quelque chose qui cloche dans toutes ces histoires. Et si le temps n’était rien d’autre qu’une construction mentale? Et si la personne n’était rien d’autre qu’une pensée différente? Quand aussi bien l’axe du temps linéaire que la croyance d’une personne distinguée ne sont que des concepts, alors que reste-t-il des tes objectifs spirituels? Et si la voie spirituelle n’existait point? Et si la voie vers la libération n’existait point? Et si la personne qui se sent enfermée, n’est rien d’autre qu’une construction mentale? Et si la libération spirituelle n’est rien d’autre qu’un mythe?

Quand tu es convaincu d’être emprisonné et que tu me demande comment faire pour échapper, que puis-je dire s’il est clair que les murs de cette prison ne sont que de l’air? Et si d’abord tous ces murs n’étaient que de l’imagination? Tu te plains de porter une corde autour du cou et que cette corde t’empêche d’être libre. Et tu me demandes comment faire pour te débarrasser de cette corde. Ou tu espères que je peux couper la corde autour de ton cou. Que puis-je dire s’il est clair qu’il ne s’agit que d’une corde imaginaire? Tu attends que je t’explique une technique pour pouvoir dénouer la corde autour de ton cou, quand il s’agit d’une corde imaginaire? Tu attends que je te montrerai la voie spirituelle pour résoudre tes problèmes quand la voie n’est qu’imagination? Est-ce possible que je te promets un avenir meilleur si l’avenir n’est qu’une illusion? Peux-tu attendre de moi que je t’aborde comme étant un individu s’il est clair que l’individu n’est qu’une illusion? Aussi bien ‘tu que la corde autour de ton cou sont de l’imagination.

Jan Kersschot

Jan 10 2017

Se reposer dans rien.

myrtle-beach-calif-d-flaherthy.jpg

Photo Denis Flaherthy

Voici un extrait du livre de Gangaji (à paraître)« Le diamant dans votre poche» aux éditions Ronan Deniel.

Détendez-vous simplement en lisant ce qui suit. Observez si vous avez tendance à faire quelque chose en vous relâchant : essayez-vous de faire quelque chose de ce moment, de le maintenir, de le repousser ? Il me semble que toutes ces tendances sont construites pour vous défendre contre la conviction ou le pressentiment profond que vous n’êtes pas vraiment un organisme individuel, ni une personnalité, que vous n’êtes en fait rien du tout. Le mental perçoit le « rien du tout » comme une pensée terrifiante, qui rappelle la mort, l’absence de valeur, le fait d’être une quantité négligeable. Cette peur peut être très forte, tout dépend de la profondeur de votre identification au corps et aux pensées.

Vous pouvez reconnaître que les schémas de défense mentale contre le néant ou le vide sont construits autour de cette peur. Ces schémas sont des réactions automatiques à la peur. Le mental peut agir très rapidement : « Oui, mais qu’est-ce que ça veut dire ? Cela ne peut pas être ainsi. Comment vais-je continuer à travailler ? etc. » Laissez toutes ces pensées de côté pour un moment. Permettez à votre mental de se reposer dans rien – ne rien être, ne rien faire, ne rien avoir, ne rien obtenir, ne rien garder. Vous pouvez simplement ne rien être du tout, vraiment, volontairement et consciemment ; en un éclair, vous pouvez découvrir la paix, l’expansion et l’absence de limites inhérentes au néant.

La vérité est que vous n’êtes rien en réalité. Mais ce rien est plein, entier, infini, dans chaque chose, partout. Ce rien est la conscience elle-même. Elle est déjà pleine, complète, accomplie. Quel paradoxe étonnant : ce que vous fuyez et ce que vous recherchez sont une seule et même chose !

Je sais que vous pouvez expérimenter au moins une ébauche ou un écho de la paix illimitée qui est là. C’est un écho de votre véritable identité, qui est toujours présente. Peu importent la réaction du mental et ses nombreuses stratégies – construire, garder, cacher, protéger ou défendre, cette paix illimitée est toujours là et elle est votre vrai refuge. C’est votre vrai visage. Vous n’avez pas besoin d’années de pratique spirituelle pour trouver votre vrai visage, étant donné qu’il est toujours là. Vous n’avez pas non plus besoin de devenir une meilleure personne pour trouver votre vrai visage. Votre vrai visage luit maintenant, là où vous êtes, indépendamment de ce que vous imaginez être. En fait, il ne s’agit pas d’un visage, car il n’est pas question d’homme ou de femme, ni d’emploi du temps. Il luit simplement tel quel, car il est la lumière.

On me demande souvent pourquoi nous adhérons à cette fausse identité en premier lieu et pourquoi nous voilons notre vrai visage. Il existe de nombreuses théories spirituelles et métaphysiques à ce sujet ; celle qui a le plus de sens pour moi est que le délice extraordinaire de découvrir son vrai visage n’est possible que si l’on a beaucoup souffert de l’avoir voilé. Vous avez peut-être des souvenirs d’enfance des frissons qu’on éprouve en jouant à cache-cache : le frisson de se cacher, puis lorsqu’il s’est évanoui, le désir d’être trouvé.

Lorsque le désir d’être trouvé apparaît dans votre vie, il est alors temps que vous le soyez. Arrêtez de vous préserver de votre concept de néant et retournez à la vérité du néant. Il est temps de vous y reposer. Vous découvrirez alors que vos habitudes d’identification erronée, vos stratégies de contrôle et de dissimulation, vos croyances conditionnées justifiant la nécessité de vous cacher, seront toutes mises en lumière ; vous serez alors libre de simplement être.

L’expérience du pouvoir de l’individuation est fascinant, et il ne représente en aucune manière un obstacle. C’est une expérience de cache-cache : l’expérience du tout se déguisant en individu. Le tout a la possibilité aujourd’hui de rayonner à travers le déguisement de l’individu. Seuls sont nécessaires votre bonne volonté, votre consentement et votre proclamation : « Oui, je suis prêt maintenant, je suis vraiment prêt à être trouvé. »

Comme vous vous êtes caché durant des millions d’années dans une forme génétique ou l’autre, les forces énormes de votre conditionnement vont vous mettre à l’épreuve : « Non, pas encore, pas tout à fait, un peu plus tard, ce n’est pas le bon moment. » Mais vous pouvez choisir de répondre : « A cet instant, même si les forces du passé cherchent à m’influencer, il est temps que je sois trouvé. » Ces forces de conditionnement se transforment alors en combustible alimentant un immense feu de joie qui éclaire votre retour à la maison. Invitez tout votre conditionnement à être exposé à la lumière de ce feu, à être exposé à la lumière de la véritable self-inquiry.

www.eveilspirituel.net


Nov 25 2016

Éric Baret Éloignement

Ne croyez rien, ne vous accrochez a aucune vérité, aucun paradigme, aucun enseignement