Août 19 2017

Représentation de l’ego…

Voici une magnifique illustration de ce qu’est l’ego, c’est-à-dire, un gros bidule, certes impressionnant, mais en bout de ligne complètement inutile.

http://youtu.be/DuR1i36nBj0


Août 14 2017

Karl Renz


Juil 31 2017

A Propos de l’éveil…

L’éveil est la reconnaissance de qui nous sommes vraiment. C’est tout. Dit autrement, c’est la radiation du «je».  Que reste-t-il quand il n’y a plus de «je» avec ses concepts, ses goûts, ses intentions, ses peurs et ses plaisirs ? Il ne reste rien, que du vide plein de vie. Quand je ne suis plus rien, alors je peux être un avec tout. S’éveiller ou réaliser le Soi c’est prendre conscience que nous sommes un espace infini. C’est la découverte qu’il n’y a pas d’individualité, pas de séparation, de dualité. Tout ça, ce sont des illusions. Quand toutes ces illusions s’effondrent, il ne reste qu’une Présence silencieuse.

Cette prise de conscience se fait parfois dans la plus grande simplicité, d’autres vivent une expérience plus marquante. L’expérience n’est pas très importante, ce qui compte c’est la découverte de Soi et la libération de l’emprise de l’égo. La personne devient simplement consciente qu’elle est Un. Elle voit que le moi n’existe plus. L’idée du moi et de l’autre est disparue pour faire place à l’Indivisé. Il n’y a pas de chemin pour s’éveiller. Ce serait inutile car vous êtes déjà éveillés. Il n’y a rien à faire pour s’éveiller et rien de ce vous pouvez faire ne va déclencher l’éveil. Puisque le «je» individuel n’existe pas, rien ne vient de vous. C’est la Source qui s’exprime à travers vous. Alors pourquoi méditer, lire des livres ou faire des stages ? Que vous soyez en mesure de reconnaître, ou pas, que l’impulsion ne vient pas de votre individualité, mais de la totalité n’est pas très important. Si «Ça» vous dit de le faire, alors faites-le. Comment pourrait-il en être autrement ? Lire la suite


Juil 25 2017

L’ énergie spirituel 2

http://youtu.be/Y8dB9wXCGZE


Juil 25 2017

Socrate ou l’art d’accoucher

Le laboratoire philosophique des HUG. Extrait de la conférence d’Alexandre Jollien du 30 octobre 2008
Socrate ou l’art d’accoucher
« Ce qui me plaît beaucoup chez Socrate, c’est l’idée de la mort de soi. »
« Se libérer du soi capricieux pour être réellement, se libérer du soi qui est le jouet passionnel pour exister réellement. »
« Savoir qu’on s’intègre dans la nature, dans le tout de la vie et que si on s’isole du tout, on devient égoïstes, (…) mais surtout, on souffre d’autant plus qu’on se coupe de ce qui peut nous nourrir. »

 


Juil 23 2017

Jac O’Keeffe

Sans la projection du mental, le monde ne peut pas exister.
Le monde qui apparaît dans vos rêves la nuit est tout aussi irréel que le monde qui  apparaît lorsque vous êtes éveillé. Il n’y a aucune différence.
L’idée que vous êtes réel n’est qu’une pensée dans la conscience.
Rien ne vous arrive en réalité, à moins de vouloir croire que c’est le cas.

Citations

 

Voici grâce à Anh la traduction de toutes les citations recueillies par JC sur le site de Jac, citations issues de différents satsangs.
***
Il n’existe pas d’objet qui soit de nature différente du sujet, comme il n’y a que le sujet, comment peut-il être vu en tant qu’objet ? Toute expérience réside dans la réalité des objets. Si vous l’examinez, vous verrez que les objets ne sont pas réels.
Observez que chaque mode de perception est subjectif, et que chaque idée concernant la vie n’existe que dans votre mental. Arrêtez de donner des noms et des formes à ce qui, en essence, est sans nom et sans forme.
Vos idées sur vous sont le seul obstacle et l’origine de toutes les souffrances.
Arrêtez de vous engager dans les pensées et ne faites pas du désengagement des pensées quelque chose à faire !
Asseyez-vous tranquillement, restez calme et ne vous impliquez pas dans les pensées, laissez-les passer simplement sans leur porter d’intérêt. Ne cherchez pas le Soi, ce serait comme si votre œil cherchait à voir votre rétine. Vous êtes le Soi.
Observez sans penser, sans conceptualiser. La pure observation où il n’y a rien à voir – c’est ce qui est au cœur de l’état du JE SUIS.
Le monde est spirituel, pourtant lorsque vous vous identifiez avec le corps physique, le monde devient physique suivant les concepts auxquels vous adhérez. Cependant, durant tout ce temps, le monde est spirituel.
Sans la projection du mental, le monde ne peut pas exister. Le monde qui apparaît dans vos rêves la nuit est tout aussi irréel que le monde qui  apparaît lorsque vous êtes éveillé. Il n’y a aucune différence.
L’intimité est une expérience et elle ne peut pas durer ; c’est seulement prendre congé du « je » personnel pour la pensée d’unité/de totalité. L’expérience d’intimité ne peut seulement se produire qu’avec la séparation encore en vue dans l’arrière-plan.
Rien ne se passe ni dans l’état de veille et ni dans celui du rêve, puisque la substance de ces deux états est la conscience.
L’idée que vous êtes réel n’est qu’une pensée dans la conscience.
Le monde phénoménal n’est rien d’autre que le jeu de la conscience qui essaye de contrôler, de se faire comprendre et de se faire connaître à elle-même. Mieux vaut laisser ce jeu se poursuivre, sans s’identifier à aucun aspect.
La création n’est qu’une apparence momentanée dans la conscience. C’est le jeu de la pensée en tant que mémoire qui vous fait croire qu’elle se poursuit au fil du temps.
Gérer les désirs ne tourne pas autour de votre relation avec les objets des désirs ; c’est votre propre incompréhension qui exige une correction. Découvrez comment la perception des objets survient dans le mental et ne suivez pas aveuglément les schémas des pensées.
Si vous pouvez expérimenter la présence, vous ne pouvez pas l’être. Si vous pouvez expérimenter l’êtreté, vous ne pouvez pas l’être. Tout ce qui peut être identifié, vous ne pouvez pas l’être.
Il n’y a pas de conflit entre la vie ordinaire et la théorie de la non-dualité. Restez dans la vie ordinaire ; laissez la vie se dérouler avec toutes ses mondanités et laisser l’attention se reposer « à l’intérieur ».
Le monde ne peut pas exister indépendamment de votre mental, alors comment le monde pourrait-il être autre que mental ?
Il n’y a rien d’extérieur à Cela. Laissez tomber naturellement la pensée de choses « extérieures ».
L’égo manifeste une grande peur à l’idée de son propre anéantissement, mais lorsque l’égo n’est pas le centre d’attention, où est-il ? Qu’est-il ? C’est seulement une idée, il n’existe donc rien qui puisse être anéanti.
Rien ne vous arrive en réalité à moins de vouloir croire que c’est le cas.
Examinez et découvrez que ce qui est vu et entendu, senti et touché, ressenti et pensé existe seulement en tant qu’histoires dans votre mental et ne soyez attirés par aucune d’elles. Voyez que tout cela est mental et n’est aucunement la réalité.
La recherche de la vérité ne se termine pas par la découverte de celle-ci dans le monde phénoménal : rien de nouveau n’est acquis dans la réalisation du Soi.
Réalisez que la fin de la douleur ne dépend pas d’un désir satisfait ; le plaisir et la douleur sont les résultats de malentendus.
Tout vient de l’Absolu, demeure en tant qu’Absolu, et se fond de nouveau dans l’Absolu.
Le bonheur est une expérience directe émanant de votre nature profonde.
Regardez autour de vous sans penser, sans conceptualiser. N’interprétez rien, n’en venez à aucune conclusion. Soyez dans la pure perception, la pure vision et la pure observation. Toute action qui survient est spontanée, il n’y a aucun choix.
Ce que vous recherchez et ce que vous pourriez trouver ne peut pas être ce qui est Réel.
Apprenez à écouter sans déformer et apprenez à regarder sans imaginer.
La liberté que vous recherchez se trouve précisément là, d’où vous regardez.
Ce que vous êtes peint l’image de votre vie, cela ne vous attache en rien.
Demeurer dans votre état naturel ne requiert ni mouvement, ni action de votre part.
Si vous voulez profiter de l’éveil, vous pouvez le faire uniquement avant que l’éveil ne se produise ! Les fins de contes de fées n’existent que dans les films.
L’attraction vers la Vérité a son origine dans la manifestation, pas dans la grâce. Le confort recherché par le mental dans l’idée que « la grâce vous rappelle à la maison » doit être abandonné.
Soyez tranquille, silencieux et patient. Il n’y a que vous. Comment peut-il y avoir une distance entre vous et vous ?
Les pensées apparaissent et disparaissent d’elles-mêmes. Il n’y a pas d’appropriation à revendiquer, car il n’y a pas de propriétaire.
Ne tombez pas dans le piège d’objets aimants, que ce soient des personnes, des choses ou des actions. Vivre avec… est souffrance, alors qu’en fait, il n’y a simplement que vivre. Découvrez ce qu’est être libre de l’objet que vous appelez « moi-même » et arrêtez de compenser par les désirs.
Sans le mouvement de la pensée, il n’y a pas de monde phénoménal.
Quand on imagine que la vie ordinaire est différente de la vie spirituelle c’est alors que les difficultés apparaissent. Sans perception subjective de différence, il ne peut exister de problème.
Demeurez à la source de la prochaine pensée. C’est tout.
Dans la neutralité sans effort de votre état naturel, tous les doutes, les craintes et les angoisses disparaissent : ils ne reviennent que pour vous servir.
Laissez votre attention sur ce qui se passe, et non sur la peur du comment cela pourrait vous affecter.
Détendez-vous. Reposer l’activité mentale désarme l’identification brute. Il n’y a pas de « comment » arrêter de penser. Cessez simplement d’être impliqué dans les histoires de vos pensées.
Vous n’avez aucun voyage à faire, aucune transformation à réaliser de l’égo vers le Soi, cela implique deux et ce n’est donc encore qu’une autre pensée.
Tout ce qui se présente dans la manifestation a été créé par vous, et sera détruit par vous, en transcendant le mental. Le mental et le monde, tous deux apparaissent et retournent à la Réalité immuable.
Lorsqu’il n’y a aucune idée sur ce qu’est le silence ou ce qu’il n’est pas, le silence est alors présent. Il ne s’agit pourtant pas d’un événement : il est tout simplement.
Laissez votre mental être dans un chaos total. Le niveau d’activité mentale n’a pas de signification. Ne perdez pas votre attention dans l’histoire d’aucune pensée et les pensées se calmeront. Vous êtes Cela qui regarde tout.
À tout moment, soit vous observez sans effort, soit vous adhérez à vos pensées.
La non-dualité est au mieux considérée comme une disposition de l’esprit. Elle n’est pas appropriée pour une application dans les affaires du monde, et la sagesse pour faire face à ces questions doit donc être développée de manière indépendante.
Ce que vous appelez votre vie n’a jamais été la vôtre de toute façon ; vous n’avez jamais rien possédé. Vous êtes la totalité et pourtant vous vous imaginez être séparé d’elle dans le but de posséder, de chercher et d’atteindre.
Laissez votre mental se diriger vers l’intérieur. Laissez votre attention se reposer calmement dans son état naturel.
Il n’y a ni libre arbitre, ni destinée. La vie présente votre personnage, mais il n’y a pas non plus d’appropriation. Si la vie n’expérimentait pas ce qui est exactement tel que c’est maintenant, la vie n’existerait pas du tout. Il n’y a que ceci, se manifestant comme il se doit.
Demeurez simplement dans le Soi. Plongez dans le Soi vingt quatre heures sur vingt quatre, sept jours sur sept, jusqu’à ce que le temps révèle que lui-même est un concept et que celui qui fait l’action de demeurer ou plonger se fonde avec le Soi.
Ce que vous êtes ne peut être objectivé, ne peut pas être connu et ne peut aller ni venir. Ce que vous êtes ne se situe pas au sein de l’apparence.
Soyez préparé à laisser les conséquences s’occuper d’elles-mêmes.
Il ne s’agit pas de sentir le vide, mais d’être le vide. Vous ne pouvez pas essayer de l’être, vous l’êtes.
C’est de l’esclavage d’imaginer que vous êtes dans un processus, que vous avez un passé et un avenir et d’imaginer que vous allez quelque part. Ce que vous êtes ne se développe pas ou ne se dirige pas vers une finalité.
La souffrance est l’idée qu’il y a un « je » qui n’aime pas ce qui se passe.
Tout ce qui apparaît comme le monde est dépendant de vous pour valider son existence, et cela ne peut arriver que si vous avez pris pour réel le fait d’avoir une existence indépendante.
Vous pouvez voir que chacune des pensées que vous entretenez ne sert qu’à perpétuer le « je » personnel.
C’est seulement l’élimination des fausses idées et des croyances erronées qui peut révéler ce que vous êtes.
Ici, maintenant, vous pouvez vous installer dans votre état le plus naturel, qui apprécie la paix ininterrompue du mental et la libération dans votre cœur.
L’apparence du monde est conscience, et il n’y a rien en dehors de cela. C’est la conscience seule qui se manifeste en tant que mental, intellect, corps et sens. Pourtant la conscience ne change pas. Le changement permanent est une caractéristique de l’apparence de sa propre réflexion.
Ressentir et expérimenter le vrai bonheur, le bonheur sans cause, exige un abandon conscient ou inconscient de votre intérêt dans les pensées.
Vous n’avez pas à être parfait, vous n’avez pas à avoir une bonne santé, vous n’avez rien à faire avant que le corps meurt, cela n’a rien à voir avec quoi que ce soit : c’est là, maintenant, placez votre attention en dehors de toutes histoires et concepts. De là, la liberté apparaît, la beauté survient, l’amour surgit.
La personnalité est un outil utile mais elle ne peut pas définir qui vous êtes. Qui vous êtes se situe bien au-delà de ce que vous pensez être.
Soyez ce qui voit ce qui regarde. Ne soyez pas l’observateur. Vous êtes Cela qui voit ce qui regarde.
Cesser l’activité non nécessaire du mental permet à l’état naturel de surgir. Une profonde immobilité demeure toujours sous un mental agité.
Le problème n’est pas lié au mental, c’est l’identification personnelle avec les pensées qui crée la souffrance.
Il n’y a rien à corriger, rien à faire, rien ne doit être meilleur, plus agréable ou d’une certaine manière… tout cela n’est encore que des pensées, nul besoin de s’y intéresser. Les choses sont parfaites telles qu’elles sont. Posez-vous. Reposez-vous à l’intérieur.
Quelque chose « en deçà » s’occupe de tout, prend soin de ce que vous êtes réellement.
Ce que vous êtes ne peut pas être acquis de nouveau.
Aussi longtemps que le « je » recherche la paix, il n’y aura pas de paix.
Par vos pensées, vous avez rendu réel pour vous ce qui est irréel.
Il n’y a rien à craindre, jamais. Si vous continuez à placer votre attention sur des idées créatrices de peur, sachant que les pensées créent des émotions, vous ressentirez de la peur. En un instant, vous pouvez décider que cela suffit et en finir avec votre comportement de peur.
Votre vraie nature est sans cause et vivre le bonheur sans cause est votre état naturel.

 

traduction de Anh reprise par Laya

Juil 22 2017

Je suis Cela

7cbf9ab95b20ed180bb8e90dcd1d035e.jpg

Découvrir la paix éternelle, la félicité suprême, la source des sources, la plénitude de l’Être, le Royaume des Cieux, le divin revient à se découvrir Soi. Qui suis-Je en amont de ces souvenirs qui semble constituer « mon histoire » ? Qui suis-Je, ici et maintenant, en cet instant ? Cette investigation est la clef qui non seulement me révèle à moi-même, mais ouvre également le portail onirique de la réalité originelle et impensable que tentent de désigner toutes ces notions. Car en un éternel présent, Je suis Cela.

http://aksysmundi.hautetfort.com

Juil 22 2017

Le Magicien (Douglas Harding)

Nous nous félicitons d’un million de choses, nous nous attribuons de bonnes notes. Mais il y a une chose qui est superbe et nous ne réalisons jamais à quel point c’est incroyable : Je suis . J’existe. Non pas Je suis ceci ou je suis cela, mais simplement Je suis. Ça, c’est la grande merveille. Je suis ! Après cela, des milliards d’univers sont une bagatelle.
Les êtres humains sont si incroyablement blasés. Vous leur montrez quelque chose comme ça et ils disent : « Et après ! Qu’est-ce qu’il y a là de si extraordinaire ? Bien sûr, l’Être doit forcément être. La Conscience doit forcément exister. C’est naturel. »
C’est tout à fait irrégulier. C’est contre toutes les règles. Et c’est vous qui le faites en cet instant même, Ici. Ce n’est pas un  miracle qui se produit quelque part ailleurs. Cela se passe exactement Ici, oui, Ici même. Vous êtes un magicien, vous vous faites sortir vous-même de ce chapeau du Non-Être, et vous n’avez pas la moindre idée de comment vous le faites. Pour moi, je me fonde précisément sur cela que je ne peux pas comprendre.
Cela est une qualité qui n’a pas son pareil sur terre à mes yeux. Il n’y a rien qui l’égale, c’est une qualité absolument unique et totalement inexplicable. Songez ! Il n’y qu’une seule Conscience (je ne trouve aucune preuve de l’existence de conscience multiples), appelez-la Dieu, ou le Je suis, ou votre véritable Soi. Appelez-la comme vous voulez. Et cette Conscience unique vit dans l’émerveillement constant devant sa propre création de la Conscience, ignorant totalement comment elle le fait, et infiniment réjouie. Je suis impossible, se dit-elle, et pourtant Je suis. Bang, me voici !

http://milajesuis.blogspot.com


Juil 17 2017

Citation du jour : Ramana Maharshi

« L’intellect n’est qu’un instrument du Soi.

Il ne peut vous aider à connaître ce qui réside au-delà de lui.

La dualité caractérise le moi.

L’intellect se complaît à enquêter sur le passé et sur le futur mais il ne se préoccupe pas du présent. »

Ramana Maharshi
 
Source : http://sililia.over-blog.com/categorie-10749697.html
Photo : Photos Libres

 

 


Juil 16 2017

Manuel Pratique de Réalisation du Soi-Chantal Hubert

 

 

Court extrait de :

LIBÉREZ-VOUS
de ce qui vous empêche d’être vous-même
Chantal HUBERT
Manuel Pratique de Réalisation du Soi
Pour l’avant et l’après : http://www.psycho-ressources.com/chanta … z-vous.pdf

http://bretzell.free.fr/blog/images/billets/amour.jpg
LE VRAI TRAVAIL SUR SOI
Il se fait en fonction de ce qui est vécu dans le moment.
C’est personnel, unique.
C’est pragmatique et dépouillé de superflu.
Rien à comprendre, rien à penser (pas de temps à perdre à philosopher).
Il faut pouvoir aller jusqu’au bout de la démarche.
Ce n’est pas un acharnement.
C’est une vigilance, sans mentalisation, sans réflexion.
Constater, observer, appliquer la procédure.
Et faire ce qu’il y a à faire dans la vie de tous les jours…
C’est un processus dépouillant.

C’est l’inverse du processus de l’identité qui accumule les connaissances, le pouvoir etc…
• demi-tour vers ‘je ne sais rien’, ‘je ne suis rien’
• élaguer, enlever, poser les valises, mettre petit à petit à la poubelle tout ce qu’on croit savoir
• se concentrer sur le moment présent, juste le fonctionnel
• et observer pour comprendre & «voir le Réel»
• pour mieux découvrir ce qui est déjà là…

Il faut être capable de tout perdre pour tout gagner.
Éric Baret

L’ Être a cette possibilité extraordinaire de devenir ce à quoi il s’identifie par l’intermédiaire de la conscience. L’identification au corps/mental est le piège dans lequel la majorité reste toute sa vie engluée. Mais celui qui n’a pas cherché jusqu’au bout ne peut pas lâcher-prise.
Ce n’est qu’une fois sûr qu’il n’y a rien à trouver à l’extérieur que le faux-moi peut comprendre que ce sont ses croyances qui créent ses problèmes.

Tant qu’il n’est pas au bout du rouleau, le faux-moi ne veut pas renoncer à se réaliser.
La conscience est à la fois le piège et le moyen.
Si cela n’est pas bien compris et intégré, vous ne pourrez jamais vous libérer.

Vous êtes la Présence consciente qui permet au corps d’être «vivant».
C’est cette conscience qui doit se déployer et se libérer.
En tant que Présence consciente, de quoi d’autre pouvez-vous vous libérer que du contenu de votre conscience ?…

Ne plus vous définir élargit la focale :

• Si je m’identifie à un corps/mental, le monde perçu semble réel & extérieur à moi.
• Si je m’identifie à la conscience elle-même, le corps/mental auquel je suis lié(e) et l’univers sont en moi. L’illusion apparaît pour ce qu’elle est.
• Juste des cristallisations mentales, des formes pensées.
Quand je vois la globalité de l‘illusion, je suis ce qui perçoit l’illusion (la conscience et son contenu). Je suis au-delà, j’ai toujours été au-delà.


LE PROCESSUS DE LIBÉRATION
La libération n’est pas pour les faibles.
L’éveil n’est pas automatique. Le potentiel est là, mais il faut le développer.
Il faut devenir conscient(e) de votre présence et la renforcer. Sans cela, «vous» n’existez pas, il n’y a personne à libérer…
Et il faut vous libérer pendant que vous possédez la conscience de vous, car après la séparation d’avec le corps «Vous» ne serez plus là pour le faire.

Retour à la case départ. La libération se fait en une seule Vie.
 vous allez vous concentrer sur votre propre illusion pour mieux la transcender
L’adaptation de l’être au monde humain a causé des souffrances qui ont entraîné un rétrécissement du système nerveux. Retraverser ce processus en sens inverse va renforcer votre Présence consciente et vous permettre de faire face à l’ouverture de la conscience.

Chaque souffrance acceptée (chaque illusion transcendée) élargit le système nerveux libérant ainsi de l’énergie qui élargit la Présence consciente.

C’est ce que l’on nomme l’éveil de la «kundalini», à ceci près que le processus n’est pas brutal comme quand l’énergie est éveillée par des techniques, il est progressivement maîtrisé, ce qui évite les effets secondaires dangereux.

Cela va vous amener à constater que la souffrance, la peur, le sentiment de tristesse ou de solitude, les tensions ne sont que des expressions de votre séparation d’avec vous-même.
En vous identifiant au corps/mental vous avez tout mis à l’envers.

La Croyance en la séparation a généré la pire chose qui soit : le sentiment de nullité, de non-existence… et tout ce qui va avec (peur, solitude, mort).
Le faux ne cesse de se manifester à vous, tout le temps.
Vous passez votre vie à éviter la souffrance que représente la vision de votre non-existence en tant que corps/mental.

C’est le processus mental qui vous aide à amortir cette souffrance.
Vous fuyez, alors que c’est LA PORTE pour sortir de ce cauchemar.
Apprivoisés, ces éléments vous permettent de découvrir un monde où le quotidien est magie, parole, expression de la Réalité éternelle & infinie que « Je suis ».
C’est la ré-Union (yoga) dans laquelle le corps et le monde deviennent la manifestation du Divin, de l’ ÊTRE.

Quand vous réalisez la connaissance du Soi, alors le Soi est libéré.
Nisargadatta

C’est seulement là que tout commence…
Connaître les règles du « je » est seulement le début d’une quête dont l’approfondissement est sans limites.

LA FOLIE ORDINAIRE
Vous ne pouvez pas mettre à votre compte les moments de bonheur et rejeter la
responsabilité de votre malheur sur les autres ou les circonstances.
Soit vous êtes responsable de tout, soit vous n’êtes responsable de rien.
Vous ne pouvez pas non plus avoir dans votre propre esprit des pensées qui sont «vous»  et d’autres dont vous n’arrivez pas à vous débarrasser (parasites).

Soit tout est vous, soit rien ne l’est.

• En tant que corps/mental, tout est automatique, vous n’êtes pas responsable de
vos pensées ni de vos actes : vous êtes 100% conditionné(e)
• En tant qu’être conscient, rien ne peut exister dans votre vie si vous ne donnez pas votre assentiment : vous êtes 100% libre.

La folie est de reproduire continuellement les mêmes comportements
et de s’attendre à des résultats différents.
Neale Donald Walsch

Vous êtes la Présence consciente et votre SEUL POUVOIR est de choisir ce que vous voulez alimenter. Toute autre vision est un manque de perspective.

Quand, par ignorance, vous résistez aux situations que vous créez vous-même, vous faîtes des nœuds. Tout se coince, à commencer par le cerveau, centre de commande du système nerveux (Elsheimer ou Parkinson / Théorie Dr Hamer ).

Quand vous cessez de résister, les cristallisations mentales se dissolvent. Il reste une forme au service de la Conscience, et la conscience globale prend tout en charge.           La vie est facile.

C’est la totalité de votre conception de vous, de la vie, du monde qui doit changer
N’oubliez pas que vous allez du moins vers le plus.
Vous avez déjà tout perdu en oubliant qui vous êtes.
Le monde se crée d’instant en instant, en fonction de ce que vous acceptez de mettre dans votre conscience. Expérimentez.

L’attachement, la complaisance envers les résistances (acrobaties) du faux-moi vous «coince» dans vos propres créations et vous perdez un temps précieux.
Tout ce qui dépasse la simple observation/constatation de ce qui est, relève de
l’interprétation, donc de l’identité, du faux.

Si le lâcher-prise n’est pas total, vous restez prisonnier de l’illusion.
Le ‘vrai’ est toujours là, maintenant, tout-de-suite… hors mental.
Tout ce qui vient du mental (hors fonctionnel) : neti neti (je ne suis pas cela)

La vraie connaissance n’a rien à voir avec l’intellect.

Il s’agit d’aller à la case Zéro concept.

Soyez votre propre lumière.
Bouddha
 


L’infini c’est long… surtout vers la fin. … http://forum.choix-realite.org