Juin 22 2017

SAINT DOUTE…

images36Pas vraiment de rapport, juste un moment « Fra Angelico »…

Aujourd’hui, nous entendons un certain nombre de choses, voici une petite liste:

« Ouverture inconditionnelle », « Être avec ce qui est », « Unité », « Tout est Conscience », « Tout est Un », « Vous êtes conscience », « Amour inconditionnel », « Il n’y a personne », « Plénitude de l’être », « Je suis », « il n’y a qu’être », « L’éveil est la non-identificationd e la conscience à la personne », etc… Pas trop le mal de mer? On continue la liste?

Non… Parce que tout cela, voyez-vous, n’est que points de vues. Il n’y a pas plus d’ouverture inconditionnelle que d’amour inconditionnel que de conscience en plénitude « que nous sommes » que d’être sans second que de plénitude ou de « il n’y a personne », pas plus qu’il n’y a de leur opposé. Voyez-vous, tout cela n’est que postures et, au fond, est totalement démontable. Donc, il peut être bénéfique d’accompagner tout cela d’un double doute: doute à l’égard de ces concepts (sans, donc, les rejeter violemment ni les adopter béatement), et un autre à l’égard des objets de l’ignorance ou la souffrance. Comme l’a énoncé Aryadeva dans ses « Quatre cents »:

« Si l’on entretient des doutes envers l’objet d’appréhension de l’ignorance, les liens de l’existence conditionnée en seront ébranlés ». Ce doute n’est bien sûr pas un doute agité, lié au chaos de la pensée ou du corps, mais un doute « discipliné », silencieux et vivant, pourrait-on dire, un doute en éveil, un scepticisme sans contrepartie, sans « arrêt ». Ce doute est également issu d’une véritable investigation, qui rend impossible, c’est-à-dire qui brûle littéralement le gosier à l’éructation de concepts tels ceux cités plus hauts.

Tout est Un? Ici, évacué. Tout n’est que multiplicité? Évacué également. Tout est conscience? Évacué à son tour. La conscience est ce qui crée toute chose? Évacué itou. Évacué, ici, ne veut pas dire nié, mais ne veut pas dire accepté comme LA vérité. Sentez-vous heureux de vivre sans réponse, c’est l’apanage d’un esprit en pleine maturité. Ceci, ce frémissement de l’être qui ne penche pas, ni ici ni là, mais qui vit en lui-même sans s’arrêter sur lui-même pour se connaître ou se fuir dégage un étrange parfum de…liberté. Alors ce n’est pas qu’il ne s’agit de ne jamais avoir d’opinion, mais voir que toute opinion n’est qu’un doute affirmé, donc délivré de sens et de valeur.

Tout ce qui a été énoncé plus haut peut à tout moment être retourné, tout. Par conséquent, tout n’est que de l’ordre d’une vérité conventionnelle, donc transitoire, donc non absolue. La recherche de l’absolu est une sorte de maladie nécessaire qui fait que le chercheur oublie de s’appuyer sur « là où il est ». Votre expérience est-elle que tout est un? Non? Alors pourquoi l’adopter parce qu’on vous l’a dit? Avez-vous l’expérience d’une conscience universelle, absolue, consciente de tout et d’elle-même, donc inconditionnelle et en plénitude? Non? Alors pourquoi adopter cela (ou le rejeter)? Qu’il nous soit permis, en toute liberté, de suivre l’enseignement qui nous échoit, avec un saint-doute, et voir ce qu’il en est.

Mais comment concilier une conscience en plénitude et le fait qu’elle crée tout ce qui est? Comment fonctionne la création dans le domaine artistique? Aucun artiste n’a jamais créé quoi que ce soit en état de plénitude et de parfaite satisfaction. Son moteur est le manque, la non-complétude. Une non-complétude qui se cherche et qui ne débouche jamais que sur une complétude en inter-connexion, et donc ne se trouve jamais de manière absolue. Eh bien en ce qui me concerne, il en est de même avec ce phénomène « particulier » qu’est la conscience. Si on accepte qu’elle crée le monde, ce qui au demeurant est nettement critiquable, nous devons admettre qu’elle est en situation de manque et de non-complétude, ça paraît évident. Par conséquent, comment un être (ici la conscience) qui se « partagerait » avec un non-être pourrait-il créer quoi que ce soit? Pour moi, l’univers n’est ni conscience ni non-conscience. Ayant évacué tout point de vue, il y a le sens d’un silence, conditionné MAIS conditionné par le « sans faille », un silence comme seule chute possible, et n’étant pas non plus une réponse, n’est-ce pas? Tous les points de vue, sans cesse se frottant à leurs opposés ayant été délaissés, un courant de liberté sans appui souffle, là, libre de connaissance et d’ignorance. Un doute « éclairé » à la fois sans appui et s’appuyant sur chaque maintenant…

Le chercheur n’étant jamais apparu, pourquoi devrait-il cesser? et l’ignorance? Et la souffrance? Et la liberté? Et la joie? Et le moi? Qui a une réponse à une question jamais apparue?

Alors partez d’où vous êtes, libres de vos concepts et de ceux que vous lisez, ici ou ailleurs. Et une autre question que « qui suis-je », à ceux, comme moi, qui ne se la sont jamais posée: « ce qui est là, en cet instant, pour lequel j’ai comme un doute, qu’est-ce que c’est vraiment? »

……..

http://nondualite.canalblog.com


Juin 15 2017

Interprétation ésotérique de Pinocchio

Article très intéressant,Pinocchio nous est présenté tel Ulysse ou Hercule qui par leur quête apprendrons à devenir de vrais êtres humains plutôt qu’une simple marionnette manipulée par la tentation de la gloire et de la fortune.N’est-ce pas au fond la quête que nous vivons tous actuellement avec comme ultime tentation une société de consommation qui agonise?Notre seul véritable libre-arbitre est peut-être là.Devenir des larves abruties par le matériel et tout ce qui l’implique ou vivre de tout son Être avec toute notre intégrité .Il fut prendre l’ apport de la Franc-Maçconnerie dans ce conte comme étant la porteuse d’ une sagesse millénaire et humaine.L’ essence même de ce conte doit être perçus par chaque personne comme étant un outil de libération et surtout pas comme étant de la propagande conspirationniste

Gougou

Vigilant Citizen nous présente la symbolique, pour une fois souriante, du dessin animé de Disney, Pinocchio. Que ceux qui n’ont jamais vu Pinocchio le signalent. Il ne doit pas y avoir beaucoup de lecteurs dans ce cas. C’est l’article que je vous avais annoncé dans celui sur la symbolique de Sirius.

Interprétation ésotérique de Pinocchio
Vigilant Citizen, 28 décembre 2009

Réalisé en 1940, Pinocchio est un classique de Disney toujours apprécié des enfants et des adultes du monde entier. L’histoire de cette marionnette de bois cache pourtant une grande allégorie spirituelle basée sur des enseignements ésotériques, ce dont on parle rarement. Nous regarderons les origines de cette aventure animée et son sens sous-jacent.

La première fois que j’ai regardé Pinocchio quand j’étais enfant, c’était sur une pauvre cassette vidéo en compagnie de mon petit frère, tout en mangeant des friandises. J’ai bien aimé les airs entraînants et Jiminy le Cricket. J’étais pourtant terrifié par le cocher et n’ai pas vraiment apprécié la partie qui se passe sous l’eau. Ce n’est que récemment que j’ai pu me remettre en mémoire ce classique de Disney. Par un paresseux dimanche soir, j’ai revu le film en version digitale remasterisée à la TV et je l’ai regardé  »pour l’amour du bon vieux temps ». Ce qui était supposé être un amusement pour ma mémoire devint une révélation choquante : Pinocchio était l’un des plus profonds films que j’ai jamais vu. Pouvait-il être une immense allégorie sur la spiritualité et la société moderne ? Ai-je détecté quelques allusions à une initiation aux Mystères occultes ? J’ai immédiatement cherché les origines de Pinocchio et toutes mes théories furent abondamment confirmées.

Pas besoin de préciser que ce film est aujourd’hui une base de la culture populaire. Combien de personnes n’ont PAS vu ce film ? D’un autre côté, qui est conscient de la vraie signification sous-jacente de Pinocchio ? Derrière l’histoire de la marionnette qui essaie de devenir un vrai garçon se cache un profond récit spirituel dont les racines plongent dans les écoles de Mystères de l’occultisme. Au travers des yeux d’un initié l’histoire de l’enfant remplie de leçons sur  »être bon » ou  »ne pas mentir » devient une quête de l’homme vers une sagesse et une illumination spirituelle. Les dialogues brutalement honnêtes dans Pinocchio dépeignent une vision morose de notre monde moderne et formule, peut-être, une manière d’échapper à ses pièges. Grâce aux notes de l’auteur et à des références littéraires, on peut comprendre la signification gnostique cachée de Pinocchio.

Les origines de Pinocchio

Pinocchio a été originellement écrit en Italie par Carlo Lorenzini (connu sous son nom de plume, Carlo Collodi) entre 1881 et 1883. Lorenzini commença sa carrière d’écrivain dans des journaux, où il utilisa souvent la satire pour exprimer ses visions de la politique. En 1875 il entra dans le monde de la littérature enfantine et utilisa cet exutoire pour transmettre ses convictions politiques. La série Giannettino, par exemple, se réfère souvent à l’unification de l’Italie.

 »Lorenzini fut fasciné par l’idée d’utiliser comme allégorie un personnage aimable, un peu gavroche comme moyen d’expression de ses propres convictions. En 1880 il démarra l’écriture Storia di un burattino ( »l’histoire d’une marionnette »), appelée également ‘L’aventure de Pinocchio’, qui fut publié toutes les semaines dans Il Giornale dei Bambini (le premier journal italien pour enfants).

Le Avventure di Pinocchio, conte de fée qui décrit les aventures d’une marionnette entêtée dans sa quête pour devenir un vrai garçon, fut publiée en 1883.

L’ouvrage de Lorenzini ne fut pas seulement politique. Ses écrits, spécialement Le Avventure di Pinocchio contenait une bonne dose d’aspects métaphysiques qui passent souvent par-dessus les lecteurs modernes. Un fait important nécessaire à la pleine compréhension de l’ouvrage de Lorenzini est qu’il était franc-maçon. Dans un essai appelé Pinocchio, mio Fratello (Pinocchio, mon frère), le franc-maçon italien Giovanni Malevoti décrit le contexte maçonnique de Lorenzini :

« L’initiation de Carlo Collodi à la franc-maçonnerie, même si on n’en parle nulle part, est universellement reconnue et on s’y réfère souvent. Aldo Mola, un non-maçon défini généralement comme historien officiel de la franc-maçonnerie, a exprimé avec beaucoup de certitude l’initiation de l’écrivain dans la famille maçonnique. Les évènements de la vie de Collodi semblent confirmer plus tard cette thèse : la rédaction en 1848 d’un article intitulé  »Il Lampione » (Le phare), qui, comme affirmé par Lorenzini,  »a illuminé tous ceux qui tâtonnaient dans le noir »; il se décrivait lui-même comme  »disciple passionné de Mazzini » (un franc-maçon révolutionnaire italien connu) »

« Il y a deux manières de lire  »les aventures de Pinocchio ». La première est celle que j’appellerai  »profane » où le lecteur, le plus souvent un enfant, apprend les déboires de la poupée de bois. La seconde est une lecture avec un point de vue maçonnique, où un profond symbolisme complètera, sans la remplacer, la simple narration linéaire des évènements. »

Lorenzine écrivit Pinocchio suivant la longue tradition des textes mystiques : une simple histoire narrative qui peut être appréciée des masses avec une signification cachée réservée à ceux  »qui sont dans le coup ».

Analyse du film

Il y a de nombreuses différences entre le livre de Collodi et le film de Disney. L’histoire a été simplifiée et Pinocchio est devenu un ignorant, un personnage insouciant plutôt que le marginal entêté et ingrat du livre original. Tous les éléments fondamentaux sont pourtant encore présents dans l’adaptation du film et le message sous-jacent reste entier.

La création

Le film débute avec Geppetto, sculpteur sur bois italien, en train de transformer une pièce de bois en marionnette. Il donne des traits humain à la poupée, mais elle reste une poupée sans vie. Geppetto est, d’une certaine manière, le Démiurge de Platon et des Gnostiques. Le mot  »Démiurge » est littéralement traduit du grec par  »fabricant ou artisan ». En terme philosophique, le Démiurge est un dieu de moindre importance du monde physique, une entité qui crée des êtres imparfaits soumis aux écueils de la vie matérielle. La maison de Geppetto est pleine de pendules de sa fabrication, ce qui, comme vous devez le savoir, sert à mesurer le temps, une des grandes limitations du plan physique.

Geppetto a créé une marionnette grandeur nature, mais il réalise qu’il a besoin de l’aide du  »Dieu plus grand » pour donner à Pinocchio l’étincelle divine afin de devenir un  »vrai garçon » ou, en termes ésotériques, un homme illuminé. Que fait-il donc ? Il fait un souhait. Il demande au  »Dieu plus grand » (le grand architecte des maçons) d’infuser de sa divine essence dans Pinocchio.

Cette étoile pourrait-elle être Sirius, l’étoile embrasée des franc-maçons ?

La  »Fée bleue », représentation du grand dieu, descend ensuite sur terre pour communiquer une étincelle de l’esprit universel à Pinocchio, le  »Nous » des gnostiques.

La Fée offre à Pinocchio la vie et le libre-arbitre. Bien qu’il soit vivant, il n’est toujours pas un  »vrai garçon ». Les écoles de Mystères enseignent que la vraie vie ne démarre qu’après l’illumination. Tout ce qui est avant n’est qu’une lente désintégration. Quand Pinocchio demande  »Suis-je un vrai garçon ? », la Fée répond  »Non, Pinocchio. Il ne faudra compter que sur toi pour réaliser le souhait de Geppetto. Montre-toi courageux, honnête et altruiste et un jour tu seras un vrai petit garçon. »
Ce thème de l’autonomie et du progrès par soi-même est fortement inspiré des enseignements gnostiques/maçonniques : le salut spirituel est quelque chose qui a été mérité grâce à l’auto-discipline, la connaissance de soi et un intense pouvoir de volonté.

De la même manière que les maçons représentent le processus d’illumination par la transformation d’un pierre brute en pierre polie, Pinocchio démarre son voyage en tant que pièce de bois brut et cherchera à en polir les angles pour devenir finalement un vrai garçon. Pourtant rien ne lui est offert. Un processus alchimique interne est nécessaire pour qu’il soit digne de l’illumination. Il doit parcourir la vie, lutter contre ses tentations, et grâce à sa conscience (incarnée par Jiminy le Criquet), il doit trouver le bon chemin. La première étape est d’aller à l’école (symbolisant la connaissance). Après quoi, les tentations de la vie se présenteront rapidement sur son chemin.

La tentation de la gloire et de la fortune

Sur le chemin de l’école, Pinocchio est arrêté par Grand Coquin le renard (un nom qui ne donne pas vraiment confiance) et Gédéon le chat qui l’appâtent sur la  »route facile du succès » : le spectacle. Malgré les avertissements de sa conscience, la marionnette suit ces personnages louches et il est vendu à Stromboli, l’agressif montreur de marionnettes.

Pendant sa représentation, Pinocchio se familiarise avec les bons côtés de la  »route facile » : renommée, fortune et même femmes-poupées aguichantes.

Pinocchio apprend pourtant rapidement le prix de cet apparent succès : il ne peut retourner voir son père (le créateur), l’argent qu’il rapporte ne sert qu’à enrichir Stromboli, son  »souteneur », et il voit quel destin l’attend en vieillissant.

Une description plutôt sinistre du show business, n’est-ce pas ? Il n’est au fond rien de plus qu’une… poupée. Après avoir vu la vraie nature de la  »route facile », Pinocchio réalise son triste état intérieur. Il est dans une cage comme un animal et à la merci d’un cruel marionnettiste. Il a été dupé en vendant son âme.

Pinocchio reprend enfin conscience (Jiminy le Criquet) et essaie de s’échapper. Avec la meilleure application du monde il ne peut pourtant être sauvé, le criquet ne peut ouvrir le verrou. Il faut au moins une intervention divine pour le sauver, mais pas avant d’avoir dit la vérité à la Fée (le messager divin) et, le plus important, de se la dire à lui.

La tentation des plaisirs terrestres

À nouveau sur le droit chemin, Pinocchio est arrêté à nouveau par le renard qui l’appâte pour aller à  »L’île du Plaisir », un endroit sans école (connaissance) ni lois (la morale). Les enfants peuvent manger, boire, fumer, se battre et détruire à volonté, tous sous l’oeil observateur du cocher.

L’île du plaisir est une métaphore pour  »vie profane », caractérisée par l’ignorance, la recherche du plaisir instantanée et la satisfaction des plus basses pulsions. Le cocher encourage ce comportement sachant que c’est une méthode parfaite pour créer des esclaves. Les garçons qui se laissent suffisamment tenter par cet abrutissement se transforment en ânes et sont ensuite exploités par le cocher pour travailler à la mine. Une autre sinistre description, cette fois sur l’ignorance des masses.

Pinocchio commence lui-même à se transformer en âne. En termes ésotériques il est plus proche de son soi matériel, personnifié par cet animal têtu, que de son soi spirituel. Ce passage de l’histoire est une référence littéraire aux  »Métamorphoses de l’âne d’or » d’Apulée, un ouvrage classique étudié dans les écoles de Mystères comme dans celles de la franc-maçonnerie.

Les Métamorphoses décrivent les aventures de Lucius qui, tenté par les merveilles de la magie, se trouve transformé en âne à cause de sa folie. Cela le conduit vers un ardu voyage où il est finalement sauvé par Isis et rejoint le culte du Mystère. L’histoire des Métamorphoses comporte plusieurs ressemblances avec Pinocchio dans ses grandes lignes, son allégorie spirituelle et son thème d’initiation occulte.

Pinocchio, une fois qu’il a repris la conscience de lui-même, s’échappe de la prison d’une vie profane et de l’île des plaisirs.

Pinocchio rentre chez lui pour retrouver son père, sauf que la maison est vide. Il apprend que Geppetto a été avalé par une baleine géante. La poupée saute alors de lui-même dans l’eau et est avalé par la baleine pour trouver son créateur. C’est l’initiation finale, où il doit échapper à l’obscurité d’une vie d’ignorance (symbolisée par le ventre de la baleine géante) et retrouver la lumière spirituelle.

À nouveau, Carlo Collodi s’est fortement inspiré d’une histoire classique d’initiation spirituelle : le Livre de Jonas. Trouvé dans la chrétienté, l’islam et le judaïsme, Jonas et la baleine est lu également dans les écoles de Mystères.

 » Jonas est aussi le personnage central du Livre de Jonas. Ayant reçu l’ordre par Dieu d’aller à la cité de Ninive pour prophétiser contre elle  »car leur grande cruauté s’est élevée devant mes yeux », Jonas cherche au contraire à fuir la présence du Seigneur » en allant à Jaffa et à naviguer à Tarsus. Une énorme tempête se lève et les marins, réalisant que ce n’est pas une tempête habituelle, pensent être victimes d’un sort et apprennent que Jonas est responsable. Jonas l’admet et déclare que si on le jette par-dessus bord la tempête cessera. Les marins tentent d’amener le bateau sur la plage mais échouent et se sentent forcés de le jeter par-dessus bord, ce qui calme la mer. Jonas est miraculeusement sauvé en étant avalé par un grand poisson spécialement préparé par Dieu où il passe trois jours et trois nuits. Dans le chapitre 2, dans le ventre du poisson, jonas prie Dieu dans son affliction et engage une action de grâce et des voeux. Dieu commande au poisson de vomir Jonas. »

Jonas après son initiation spirituelle

Pinocchio traverse les rigueurs de l’initiation et sort de l’obscurité de l’ignorance. Il émerge ressuscité de la tombe, comme Jésus Christ. Il est maintenant un  »vrai garçon », un homme illuminé qui a brisé les chaînes de la vie matérielle pour embrasser son moi supérieur. Jiminy le Criquet reçoit de la Fée une médaille en or massif, représentant la réussite du processus alchimique de la transformation de la conscience de Pinocchio d’un métal grossier en or. Le  »Grand Oeuvre » a été accompli. Que sera-t-il à faire ? Une folle partie d’accordéon, bien sûr !

En conclusion

Vue à travers les yeux d’un initié, l’histoire de Pinocchio, au lieu d’une série d’aventures hasardeuses, devient une allégorie spirituelle profondément symbolique. Des détails du film qui paraissent sans signification révèlent soudain une vérité ésotérique. S’inspirant de classiques de la métaphysique comme les Métamorphoses et Jonas et la baleine, l’auteur de l’histoire, Carlo Collodi, a écrit un conte initiatique moderne, qui est le plus important aspect de la vie maçonnique. Quoique l’allégeance de Disney à la franc-maçonnerie a toujours été discutée, le choix de cette histoire comme le deuxième dessin animé créé par les studios est très parlant. De nombreux détails symboliques ajoutés dans le film manifestent une grande connaissance de la signification occulte sous-jacente du livre de Collodi. En voyant les nombreuses rééditions de Pinocchio et son succès mondial on peut dire que le monde entier a été témoin de son chemin d’illumination, mais très peu l’ont vraiment compris.

Comparée à d’autres articles de ce site, qui se révèlent d’une plutôt sinistre signification, l’histoire de Pinocchio est un exemple du plus noble côté des enseignements occultes. S’efforcer d’atteindre un plus haut niveau de spiritualité par auto-amélioration est un thème universel qu’on trouve dans la plupart des religions. Pinocchio reste malgré tout typiquement maçonnique et révèle le contexte philosophique de ceux aux commandes des médias de masse.

Traduit par Hélios du Bistro Bar Blog

http://leveil2011.syl20jonathan.net/

 


Juin 13 2017

Des yeux pour voir

L’art de voir est la seule vérité. (J.Krishnamurti)

Je ne désire pas ajouter aux nombreux systèmes existants de nouvelles théories, de nouvelles formules, ou de savantes explications.

Toutes les formules «toutes faites», les «explications», les «théories» ne sont que des moyens habiles pour vous évader de vos propres conflits.

La plupart des esprits désirent imiter, suivre, copier parce qu’ils ne savent plus penser fondamentalement par eux-mêmes.

Pour la plupart la douleur, le conflit est si intense, qu’ils préfèrent plutôt s’évader dans les religions, les systèmes, les théories, ces cristallisations de la pensée humaine. Lire la suite


Juin 9 2017

En vérité, vos chemins de vie sont des merveilles du plan divin

Par John Smallman.

Le temps d’attente est presque fini. Vous avez lutté longtemps et durement pour atteindre le moment où vous vous éveillerez, et je vous assure que vous ne serez pas déçus. Continuez à vous concentrer pour maintenir des attitudes d’amour à chaque instant car cela vous permet de vous comporter de façon appropriée dans chaque situation et ceci renforce votre intention et votre capacité à le faire. C’est, en fait, une permission de votre véritable Moi, celui que vous êtes vraiment, de briller à travers votre forme physique, apportant et partageant la paix et l’amour dans toutes vos relations, et aidant les autres à reconnaître leur véritable Moi dans la sécurité de votre champ d’énergie d’amour et d’acceptation.

Vous – toute l’humanité – êtes extrêmement puissants, des créations divines qui ont caché cet aspect de vous-mêmes en vous enterrant dans l’illusion que vous avez prise pour la réalité. Le moment où cette erreur sera corrigée approche à grands pas pendant que vous travaillez à démontrer l’efficacité des attitudes d’amour et d’acception dans votre vie quotidienne. Beaucoup d’entre vous ont beaucoup souffert au cours des éons, et maintenant, en seulement quelques années, vous libérez la multitude de barrières défensives que vous aviez construites en tentant vainement de vous protéger des dangers et des souffrances qui semblaient toujours vous menacer.

Comme vous poursuivez ce processus de libération, c’est un peu comme si vous aviez vécu enfermés dans une maison aux fenêtres très sales et vous étiez appuyés sur une ou deux bougies pour vous permettre de voir quelque chose. Maintenant que vous avez commencé à nettoyer les fenêtres, laissant passer la lumière du jour sans restriction, le résultat que vous pouvez voir vous étonne. Vous êtes entourés de la plus belle sélection de trésors inestimables – l’amour, la compassion, l’acceptation, le pardon, la compréhension, la lumière et la paix – vous menant à détruire définitivement ce que vous aviez apprécié démesurément jusqu’à ce que vous ayez commencé le nettoyage de vos fenêtres, à savoir : l’obscurité, la peur, la colère, le scepticisme et la méfiance. Le sentiment de liberté que vous ressentez, alors que vous passez par ce processus, est édifiant et inspirant, et voir chaque chose dans la brillante lumière du jour, vous exalte.

Ce processus de libération, d’acceptation, et de clarification vous mènera inévitablement vers votre éveil, alors que vous devenez plus conscients de la puissance de l’Amour qui est au cœur de votre être, cela se renforcera et s’intensifiera tandis que vous relâchez et rejetez les attitudes, les croyances et les habitudes comportementales qui ne vous servent plus. Vraiment les chemins que chacun de vous suit vers son éveil, sont des merveilles de planification divine, et chacun de vous a été intensément impliqué dans leur création parce qu’ils avaient besoin d’être précisément adaptés à vos besoins individuels. Rappelez-vous fréquemment de cela : « Le chemin que je suis en train de suivre a été créé juste pour moi et personne d’autre, et il est absolument parfait. Tout ce que je dois faire est de l’accepter sans réserve et de demander des conseils pour comprendre et apprendre les leçons qu’il me donne ».

L’acceptation de là où vous êtes est la clé. Si vous pestez contre les situations dans lesquelles vous vous trouvez, vous ne verrez pas, et encore moins ne comprendrez ou n’apprendrez, les leçons qui vous sont offertes et que vous avez décidé d’intégrer, sous guidance divine, dans votre parcours de vie. Souvent, vous le trouverez confus et troublant; mais si vous l’acceptez et observez comment vous vous sentez, la raison pour laquelle vous l’avez choisi vous deviendra évidente. Demandez toujours à vos guides spirituels de vous aider à le comprendre, c’est pourquoi ils sont toujours avec vous, désirant seulement vous aider à apprendre rapidement et facilement, de sorte que vous puissiez retourner à la Maison dans la gloire qui vous attend.

Avec tout mon amour,

Saul – 13.11.2011 – Traduit par Christine pour Du Tout et du Rien.

Source originale (en anglais).

Source : http://www.urantia-gaia.info (en cas de copie, merci de respecter l’intégralité du texte et de citer la source)


Mai 16 2017

Ramana Maharshi: La vérité n’est ni un ni deux


Mai 8 2017

Est-ce là le but de l’Éducation, de vous obliger volontairement ou non à vous adapter à cette structure démente qu’on appelle la société?

krishnamurti« Voyez-vous, vous vivez dans une des plus belles vallées que j’aie jamais vue. Il s’y attache une atmosphère particulière. Avez-vous remarqué, surtout au crépuscule et aussi au point du jour, une certaine qualité de silence qui pénètre, qui imprègne toute la vallée ? Je crois qu’il y a autour de nous des collines parmi les plus anciennes du monde et l’homme ne les a pas encore abîmées. Partout où l’on va, dans les villes et ailleurs, l’homme détruit la nature, abat les arbres pour construire de plus en plus de maisons, polluant l’air avec ses automobiles et ses industries ; il détruit les animaux – comme le tigre qui a presque disparu. Il détruit tout parce qu’il naît de plus en plus d’enfants et qu’ils ont besoin de plus en plus d’espace. L’homme répand graduellement la destruction dans le monde entier. Quand on arrive dans une vallée comme celle-ci – où la population est peu nombreuse, où la nature n’est pas profanée, où règnent le silence, le calme, la beauté – on en est tout étonné. Chaque fois que l’on vient ici, on ressent l’étrange particularité de cette terre, mais il est probable que vous vous y êtes habitués. Vous ne contemplez plus les collines, vous n’écoutez plus les oiseaux, vous n’entendez plus le vent dans les feuilles. Petit à petit, vous êtes devenus indifférents.

L’éducation ne consiste pas à apprendre dans des livres, à confier certains faits à la mémoire, mais à apprendre comment regarder, comment écouter toutes ces choses que racontent les livres, que ce qu’ils racontent soit vrai ou faux. Tout cela fait partie de l’éducation. Elle ne consiste pas simplement à passer des examens, à obtenir un diplôme et une situation, à se marier et à s’installer, mais encore à savoir comment écouter les oiseaux, comment voir le ciel, l’étonnante beauté d’un arbre, le dessin des collines, comment les sentir, comment être vraiment en contact avec toutes ces choses. Tandis que vous allez vieillir, ce sentiment d’écouter, de regarder, disparaîtra malheureusement, parce que vous aurez des soucis, parce qu’il vous faudra plus d’argent, une plus belle automobile, plus ou moins d’enfants. On devient jaloux, ambitieux, avide, envieux ; et ainsi on perd ce sentiment de la beauté de la terre. Vous savez ce qui se passe dans le monde. Vous êtes forcément au courant de l’actualité. Il y a des guerres, des émeutes, une nation se dressant contre une autre. Dans ce pays également, il y a des divisions, des séparations, et il y a un taux de natalité croissant, une misère, des conditions sordides, une dureté grandissante. L’homme est indifférent à tout ce qui peut arriver à son prochain, pourvu qu’il soit, lui, bien en sécurité. Lire la suite


Mai 7 2017

Sucer toute la moelle de la vie

 

Je gagnai les bois parce que je voulais vivre suivant mûre réflexion n’affronter que les actes essentiels de la vie, et voir si je ne pourrais apprendre ce qu’elle avait à enseigner, non pas, quand je viendrais à mourir, découvrir que je n’avais pas vécu. Je ne voulais pas vivre ce qui n’était pas la vie, la vie est si chère ; plus que ne voulais pratiquer la résignation, s’il n’était tout à fait nécessaire. Ce qu’il me fallait, c’était vivre abondamment, sucer toute la moelle de la vie, vivre assez résolument, assez en Spartiate, pour mettre en déroute tout ce qui n’était pas la vie, couper un large andain et tondre ras, acculer la vie dans un coin, la réduire à sa plus simple expression, et, si elle se découvrait mesquine, eh bien, alors ! en tirer l’entière, authentique mesquinerie, puis divulguer sa mesquinerie au monde ; ou si elle était sublime, le savoir par expérience, et pouvoir en rendre un compte fidèle dans ma suivante excursion. Car pour la plupart, il me semble, les hommes se tiennent dans une étrange incertitude à son sujet, celle de savoir si elle est du diable ou de Dieu, et ont quelque peu hâtivement conclu que c’est la principale fin de l’homme ici-bas que de « Glorifier Dieu et de s’En réjouir à jamais ».

Encore vivons-nous mesquinement, comme des fourmis ; quoique suivant la fable il y ait longtemps que nous fûmes changés en hommes ; tels des pygmées nous luttons contre des grues ; c’est là erreur sur erreur, rapiéçage sur rapiéçage, et c’est une infortune superflue autant qu’évitable qui fournit à notre meilleure vertu l’occasion de se manifester. Notre vie se gaspille en détail. Un honnête homme n’a guère besoin de compter plus que ses dix doigts, ou dans les cas extrêmes peut-il y ajouter ses dix doigts de pied, et mettre le reste en bloc. De la simplicité, de la simplicité, de la simplicité ! Oui, que vos affaires soient comme deux ou trois, et non cent ou mille ; au lieu d’un million comptez par demi-douzaine, et tenez vos comptes sur l’ongle du pouce. Au centre de cette mer clapoteuse qu’est la vie civilisée, tels sont les nuages et tempêtes et sables mouvants et mille et un détails dont il faut tenir compte, que s’il ne veut sombrer et aller au fond sans toucher le port, l’homme doit vivre suivant la route estimée or, grand calculateur en effet doit être qui réussit. Simplifiez, simplifiez. Au lieu de trois repas par jour, s’il est nécessaire n’en prenez qu’un ;au lieu de cent plats, cinq ; et réduisez le reste en proportion (…).

Prête-t-on l’oreille aux plus timides mais constantes inspirations de son génie, qui certainement sont sincères, qu’on ne voit à quels extrêmes, sinon à quelle démence, il peut vous conduire ; cependant au fur et à mesure que vous devenez plus résolu comme plus fidèle à vous-même, c’est cette direction que suit votre chemin. Si timide que soit l’objection certaine que sent un homme sain, elle finira par prévaloir sur les arguments et coutumes du genre humain. Nul homme jamais ne suivit son génie, qui se soit vu induit en erreur. En pût-il résulter quelque faiblesse physique qu’aux yeux de personne les conséquences n’en purent passer pour regrettables, car celles-ci furent une vie de conformité à des principes plus élevés. Si le jour et la nuit sont tels que vous les saluez avec joie, et si la vie exhale la suavité des fleurs et des odorantes herbes, est plus élastique, plus étincelante, plus immortelle – c’est là votre succès. Toute la nature vient vous féliciter, et tout moment est motif à vous bénir vous-même. Les plus grands gains, les plus grandes valeurs, sont ceux que l’on apprécie le moins. Nous en venons facilement à douter de leur existence. Nous ne tardons à les oublier. Ils sont la plus haute réalité. Peut-être les faits les plus ébahissants et les plus réels ne se voient-ils jamais communiqués d’homme à homme. La véritable moisson de ma vie quotidienne est en quelque sorte aussi intangible, aussi indescriptible, que les teintes du matin et du soir. C’est une petite poussière d’étoile entrevue, un segment de l’arc-en-ciel que j’ai étreint.

 

Henri David Thoreau, Walden ou la vie dans les bois, Gallimard, 1922, L’imaginaire, 1990, pp. 90-91 et 215

http://www.caute.lautre.net/spip.php?article1706


Avr 29 2017

La vie


Avr 27 2017

UN MOT DE HOUANG-PO…

Houang-Po, maître tchan du IX ème siècle et ayant eu comme principal disciple Lin-Tsi (Rinzaï), dit un jour à un élève:

« Il n’y a rien hors de l’esprit, ni non plus dans l’esprit. Que cherchez-vous donc? »

Faut-il en déduire une stricte existence de l’esprit, de « l’esprit seul »? Que deviendrait un esprit sans objet et sans sujet? Que deviendrait une lampe sans rien à éclairer et personne pour l’éclairer elle-même? S’éclairerait-elle elle-même? D’où tirerait-elle ce besoin? Le soleil s’éclaire-t-il lui-même?

Nous commençons à comprendre que la conscience (ou l’esprit) ne trouve aucun appui sur lequel reposer son regard, rien de substantiel, aucune existence en elle, et bien sûr, aucun socle sur lequel elle-même puisse prendre appui, aucune existence en-dehors d’elle-même. Par conséquent, nous en venons à douter de sa propre réalité. Et par conséquent, la vérité ne repose pas sur l’esprit seul, ni sur elle-même mais sur sa venue à existence à une conscience non-préhensile. Pourquoi? Parce qu’il y a bien des formes, sans cesse, apparaissant, et qui sont non-deux avec l’esprit. Une interrelation, qui est le véritable sens, non l’objet seul ou la conscience seule. Mais ces formes demeurent insaisissables en elles-mêmes, inexistantes dans leur apparence, transparentes, sans consistance. Nous commençons à percevoir cette inexistence, ce vide, dans une conscience délivrée de son mode habituel d’appréhension direct et conceptuel, attaché. Lire la suite


Avr 8 2017

Jed McKenna

 

Pourquoi pas

 

Un autre niveau

 

 

 La vérité à tout prix