Fév 15 2018

La vie


Fév 12 2018

L’intelligence – Krishnamurti

« Qu’adviendra t`il de nous tous une fois atteint l’age d’homme ou de femme ? Vous êtes-vous jamais demandé ce que vous alliez faire quand vous serez adultes ? Selon toute probabilité, vous allez vous marier, et, avant même de comprendre ce qu’il vous arrive, vous serez devenus parents ; vous serez alors ligotés à votre bureau ou à votre cuisine, où vous allez peu à peu dépérir. Votre vie va-t-elle se résumer à cela ? Vous êtes-vous déjà posé la question ? Cette question n’est-elle pas légitime ? Si vous êtes issus d’une famille riche, une belle situation, votre père peut vous assurer un emploi rémunérateur ; ou vous pouvez faire un beau mariage ; mais là encore, vous allez vous abîmer, vous détériorer. Vous saisissez ? Lire la suite


Fév 11 2018

Placide Gaboury répond aux questions sur le bonheur

Placide Gaboury

1- Qu’est-ce que signifie le bonheur pour vous ?

Le bonheur n’est pas un sujet que je traite beaucoup dans mes livres, cependant c’est peut-être le seul sujet qui intéresse vraiment les gens : comment être heureux, comment fuir le malheur. Le bonheur, est-ce que c’est quelque chose, est-ce que c’est comme le plaisir ou la satisfaction ?. Si on interroge les gens heureux, ils ne savent pas habituellement pas quoi dire, ils ne savent pas pourquoi ils sont heureux. C’est peut-être ça un indice du bonheur. Les gens sont portés à voir le bonheur comme un plaisir tout d’abord, et que dès qu’ils ont eus du plaisir, ils diront qu’ils ont été heureux alors que ce n’était qu’un bien-être émotif. Quand on a eu du plaisir, du «fun», comme on dit au Québec, on associe cela au bonheur. Il y a le petit bonheur de Félix Leclerc, puis il y a les grands bonheurs avec un grand B, cela veut dire une vie heureuse, ce qui est bien différent du plaisir, d’une série de plaisirs ou d’un moment de plaisir. Alors, on peut se poser des questions et se demander si le bonheur vient d’ailleurs ou de quelqu’un d’autre, est-ce qu’il vient de la possession d’une chose ou d’un événement qui pourrait arriver dans l’avenir ?. Les objets qu’on a obtenu nous ont rendu heureux aussi longtemps qu’on les regarde, car ils représentent des valeurs sentimentales. Mais ce n’est pas ces objets qui nous rendent heureux, c’est qu’ils représentent pour nous des moments de bonheur. Le bonheur, ce n’est pas ces objets, c’est nous qui le donnons à ces objets, c’est nous qui les rendons heureux. Ce n’est qu’un symbole de bonheur. Le bonheur n’est pas dans les objets apparemment, car autrement, il faudrait être entouré d’objets agréables que l’on aime pour être toujours heureux. Mais on a tous eu ces objets agréables qui, pour un moment, nous ont rendu heureux, et après, on s’est ennuyé. Ce n’est peut-être pas ça le bonheur.

 

2- Est-ce que quelqu’un peut me rendre heureux ?

Souvent, on pense qu’une personne peut nous donner le bonheur. Le bonheur, ce n’est pas quelque chose qui court les rues, mais il y a beaucoup de gens qui courent les rues pour le trouver. C’est souvent vu comme quelque chose qui vient d’ailleurs : quand j’aurai fait telle chose, quand je serai divorcé, quand mes enfants seront partis, je serai heureux. Évidemment, ce n’est jamais le cas. Le bonheur n’est pas un objet, c’est peut-être ça qui est une grave erreur, de le voir comme une chose, un bien de consommation, alors que ce n’est pas du tout cela. Est-ce que l’on peut forcer quelqu’un à nous aimer ou a-t’on essayé de demander au ciel ou à des saints un coup de foudre, une personne qui nous rendrait heureux. Beaucoup de gens s’ennuient à mort, ils voudraient avoir quelqu’un qui partage leur vie ou qui les accompagne. On ne peut pas obtenir cela.

Un astrologue qui vous prédit une rencontre heureuse pour ce mois ou cette année, ne fera que vous faire vivre une période d’attente qui justement, bloquera le processus. C’est peut-être là un indice du bonheur. L’attente d’une chose, d’une situation, d’une personne ou d’une faveur quelconque de la vie. Mais quand on est dans l’attente, on souffre. On ne peut pas obtenir tout cela comme on ne peut obtenir l’amour de quelqu’un, ni obtenir la vie, car elle est donnée. Ce n’est même pas la mère qui donne la vie, c’est son corps qui donne la vie à un autre corps mais elle-même ne sait pas comment faire ça. La vie n’est pas obtenue, on ne la possède pas car ce n’est pas un bien qu’on a acquis, on ne peut pas l’acheter. On ne peut pas acheter l’amour comme on ne peut pas obtenir la guérison. On ne peut même pas obtenir le sommeil car il ne se commande pas.

On ne peut pas obtenir l’inspiration par la force, ni un coup de foudre. Lire la suite


Fév 3 2018

La profonde positivité de la vie – Andrew Cohen


Jan 31 2018

leçon de vie par un sage Amérindiens a l’homme blanc


Jan 30 2018

La fin de la jolie histoire

Pendant toute ma vie je me suis raconté une jolie histoire.

Cette histoire je l’appelais l’histoire personnelle de Cédric. Pour que l’histoire soit vraiment intéressante, il fallait que Cédric traverse bien des épreuves, fasse l’apprentissage du bien et du mal, du bonheur et du malheur. Et comme dans les films américains, il faut finir l’histoire par un « happy end ». Un jour le petit Cédric tombe sur un texte mystique et le petit Cédric est tout content, il tient enfin son « happy end » : « Je vais atteindre l’éveil ». Et la petite histoire pouvait continuer dans ma tête : « Un jour, moi Cédric je serai libéré, un jour moi Cédric, je serai pleinement accompli… ». Oui tout ceci n’était qu’une petite histoire que je me racontais dans la tête. Mais une jolie petite histoire :-)

Le seul moyen d’en finir avec la quête est de réaliser qu’il n’y a pas de chercheur.

« Vous réalisez que ce n’est pas vous qui vivez votre vie, mais la vie qui vous vit. La vie est le danseur et vous, la danse. »  -Eckhart Tolle

 http://jeux2role.blogspot.com


Jan 17 2018

Jacques Lusseyran (1924/1971)


JL_copier

     La vie intérieure, c’est cela :
c’est savoir que la paix n’est pas dans le monde, mais dans le regard de paix que nous portons sur le monde.

       C’est savoir que la joie n’est pas dans le monde comme des dragées dans une bonbonnière, et qu’il suffit d’attendre qu’une société enfin parfaite, ou des appareils, enfin complets, remplissent la bonbonnière. C’est savoir que la joie n’est jamais pour demain, mais pour aujourd’hui, ou alors qu’elle ne sera pas. Être bien sur que les évènements, même les plus doux, la campagne, même la plus fleurie, la paix civile, même la plus durable, ne la donneront jamais. Et cela pour la simple raison que nous l’avons déjà.

Jacques Lusseyran

http://fourques.canalblog.com/


Jan 17 2018

Au chercheur…

http://www.lapressegalactique.com/

Si vous recherchez ce fameux éveil, le chemin est là où vous vous trouvez, pas besoin de rêver faire de grands voyages. Soyez simplement en phase avec vous-même. L’ Éveil n’est pas une licence ou une échappatoire, c’est, comme disait Yvan Amar une obligation de conscience, « L’éveil ne permet rien, il oblige au tout. »

Regardez en vous si vous n’êtes pas juste, pas réellement vrai. Si vous faites de fausses politesses ou de vraies hypocrisies, si vous faites semblant, si vous n’êtes pas en accord profond avec vous-même, si vous faites de faux procès ou de faux pardons. Faites consciemment ce chemin de clarification, d’honnêteté ; ne vous mentez pas. Mettez vous simplement au clair avec tous les aspects en vous que vous reconnaissez comme non juste.

Cela suffit, ce simple fil d’Ariane vous amènera très vite à la réalisation et à cet éveil. Pas de compromis. Si vous reconnaissez une erreur, corrigez là. Si vous n’êtes pas en accord avec votre vie, agissez et prenez responsabilité en conscience et conséquence. Nettoyez vos placards, videz vos poches, faites votre ménage et lessive. Ne gardez rien par devers vous. Lire la suite


Jan 11 2018

La mort

Eh oui! Encore la mort! On n’en parlera jamais assez. La mort, c’est la vie et la vie c’est la mort. Nous vivons malheureusement dans un monde où l’on nous enseigne la peur de vivre. En effet, en tentant de nous surprotéger de tout par des ‘ Tu aurais pu te tuer, fait attention’, par la recherche systématique d’un coupable lors d’un accident etc… Nous finissons par avoir peur de la mort. Donc, avoir peur de la mort, c’est avoir peur de vivre. La mort est partie intrinsèque de la vie et personne n’y échappe. Il ne s’agit pas ici de banaliser la mort mais plutôt d’y faire face en acceptant que la mort et la vie ne font qu’Un. Il y a quelque chose de grandement libérateur en acceptant la mort comme étant partie prenante de nos vies car nous assistons alors par ce lâcher-prise, la dissolution éventuelle de notre moi. -Gougou

 


Jan 4 2018

Guy Finley – Une vie dépourvue de peur

Guy Finley – Une vie dépourvue de peur

Inviteriez-vous quelqu’un qui en arrivant chez vous jetterait des déchets partout, volerait vos couverts et saccagerait votre maison avant de repartir? C’est exactement ce qui se passe, nous explique Guy Finley, lorsque nous invitons, à notre insu, la peur à s’installer dans notre vie. Lire la suite