avr 21 2014

Le TAO

 

escher_knot-1.gif

Une voie qui peut être tracée n’est pas la voie éternelle, le TAO. Un nom qui peut être prononcé, n’est pas le Nom éternel.

Sans nom, Il est a à l’origine du ciel et de la terre. Avec un nom, il est la Mère des dix mille êtres.

Ainsi, un non désir éternel représente son éssence, et par un Désir éternel il manifeste une limite.

Ces deux états coéxistent, inséparables, et diffèrent seulement de nom. Pensés ensemble: mystère! Le Mystère des mystères!

C’est la porte de toutes les essences.

Tao Te King.


avr 21 2014

SAINT DOUTE…

images36Pas vraiment de rapport, juste un moment « Fra Angelico »…

Aujourd’hui, nous entendons un certain nombre de choses, voici une petite liste:

« Ouverture inconditionnelle », « Être avec ce qui est », « Unité », « Tout est Conscience », « Tout est Un », « Vous êtes conscience », « Amour inconditionnel », « Il n’y a personne », « Plénitude de l’être », « Je suis », « il n’y a qu’être », « L’éveil est la non-identificationd e la conscience à la personne », etc… Pas trop le mal de mer? On continue la liste?

Non… Parce que tout cela, voyez-vous, n’est que points de vues. Il n’y a pas plus d’ouverture inconditionnelle que d’amour inconditionnel que de conscience en plénitude « que nous sommes » que d’être sans second que de plénitude ou de « il n’y a personne », pas plus qu’il n’y a de leur opposé. Voyez-vous, tout cela n’est que postures et, au fond, est totalement démontable. Donc, il peut être bénéfique d’accompagner tout cela d’un double doute: doute à l’égard de ces concepts (sans, donc, les rejeter violemment ni les adopter béatement), et un autre à l’égard des objets de l’ignorance ou la souffrance. Comme l’a énoncé Aryadeva dans ses « Quatre cents »:

« Si l’on entretient des doutes envers l’objet d’appréhension de l’ignorance, les liens de l’existence conditionnée en seront ébranlés ». Ce doute n’est bien sûr pas un doute agité, lié au chaos de la pensée ou du corps, mais un doute « discipliné », silencieux et vivant, pourrait-on dire, un doute en éveil, un scepticisme sans contrepartie, sans « arrêt ». Ce doute est également issu d’une véritable investigation, qui rend impossible, c’est-à-dire qui brûle littéralement le gosier à l’éructation de concepts tels ceux cités plus hauts.

Tout est Un? Ici, évacué. Tout n’est que multiplicité? Évacué également. Tout est conscience? Évacué à son tour. La conscience est ce qui crée toute chose? Évacué itou. Évacué, ici, ne veut pas dire nié, mais ne veut pas dire accepté comme LA vérité. Sentez-vous heureux de vivre sans réponse, c’est l’apanage d’un esprit en pleine maturité. Ceci, ce frémissement de l’être qui ne penche pas, ni ici ni là, mais qui vit en lui-même sans s’arrêter sur lui-même pour se connaître ou se fuir dégage un étrange parfum de…liberté. Alors ce n’est pas qu’il ne s’agit de ne jamais avoir d’opinion, mais voir que toute opinion n’est qu’un doute affirmé, donc délivré de sens et de valeur.

Tout ce qui a été énoncé plus haut peut à tout moment être retourné, tout. Par conséquent, tout n’est que de l’ordre d’une vérité conventionnelle, donc transitoire, donc non absolue. La recherche de l’absolu est une sorte de maladie nécessaire qui fait que le chercheur oublie de s’appuyer sur « là où il est ». Votre expérience est-elle que tout est un? Non? Alors pourquoi l’adopter parce qu’on vous l’a dit? Avez-vous l’expérience d’une conscience universelle, absolue, consciente de tout et d’elle-même, donc inconditionnelle et en plénitude? Non? Alors pourquoi adopter cela (ou le rejeter)? Qu’il nous soit permis, en toute liberté, de suivre l’enseignement qui nous échoit, avec un saint-doute, et voir ce qu’il en est.

Mais comment concilier une conscience en plénitude et le fait qu’elle crée tout ce qui est? Comment fonctionne la création dans le domaine artistique? Aucun artiste n’a jamais créé quoi que ce soit en état de plénitude et de parfaite satisfaction. Son moteur est le manque, la non-complétude. Une non-complétude qui se cherche et qui ne débouche jamais que sur une complétude en inter-connexion, et donc ne se trouve jamais de manière absolue. Eh bien en ce qui me concerne, il en est de même avec ce phénomène « particulier » qu’est la conscience. Si on accepte qu’elle crée le monde, ce qui au demeurant est nettement critiquable, nous devons admettre qu’elle est en situation de manque et de non-complétude, ça paraît évident. Par conséquent, comment un être (ici la conscience) qui se « partagerait » avec un non-être pourrait-il créer quoi que ce soit? Pour moi, l’univers n’est ni conscience ni non-conscience. Ayant évacué tout point de vue, il y a le sens d’un silence, conditionné MAIS conditionné par le « sans faille », un silence comme seule chute possible, et n’étant pas non plus une réponse, n’est-ce pas? Tous les points de vue, sans cesse se frottant à leurs opposés ayant été délaissés, un courant de liberté sans appui souffle, là, libre de connaissance et d’ignorance. Un doute « éclairé » à la fois sans appui et s’appuyant sur chaque maintenant…

Le chercheur n’étant jamais apparu, pourquoi devrait-il cesser? et l’ignorance? Et la souffrance? Et la liberté? Et la joie? Et le moi? Qui a une réponse à une question jamais apparue?

Alors partez d’où vous êtes, libres de vos concepts et de ceux que vous lisez, ici ou ailleurs. Et une autre question que « qui suis-je », à ceux, comme moi, qui ne se la sont jamais posée: « ce qui est là, en cet instant, pour lequel j’ai comme un doute, qu’est-ce que c’est vraiment? »

……..

http://nondualite.canalblog.com


avr 21 2014

Vos pensées ne sont pas votre propriété

Nous vivons tous dans une « sphère mentale ». Vos pensées ne sont pas votre propriété : elles appartiennent à tout le monde. Ce ne sont que des pensées mais vous créez une contrepartie : le « penseur » qui lit chaque pensée. Votre effort pour contrôler la vie a créé un mouvement secondaire de pensée en vous et vous l’appelez « JE ». Ce mouvement de pensée en vous est parallèle au mouvement de la vie mais il en est séparé, il ne peut jamais être en contact avec la vie. Vous êtes une créature vivante et cependant vous menez votre vie entière dans le domaine de ce mouvement de pensée isolé et parallèle. Vous vous retranchez de la vie – et c’est contre-nature. L’état naturel n’est Pas un état sans pensée : c’est là l’un des plus grands canulars perpétrés des siècles durant à l’égard de pauvres Indiens sans défense… Vous ne serez jamais sans pensée tant que le corps ne sera pas réduit à l’état de cadavre, un cadavre très mort ! Etre capable de pensée est nécessaire à la survie. Mais dans l’état naturel la pensée cesse de vous étrangler ; elle revient à son rythme naturel. Il n’existe plus de « vous » pour lire les pensées et les prendre pour les « siennes ». UG.

http://etatnaturel.blogspot.com


avr 20 2014

Paradoxes Modernes

http://youtu.be/AhSHPkoj6Ig

Le paradoxe de notre époque est que nous avons plus de connaissances mais moins de patience et de tolérance;
des autoroutes plus larges mais des points de vue plus étroits. On dépense plus mais on a moins, on achète plus mais apprécie moins. Nous avons de plus grande maison mais des plus petites familles, plus de commodités mais moins de temps. On a plus de diplômes mais moins de sens, plus d’éducation mais moins de jugement, plus d’experts mais plus de problèmes, plus de médicaments mais moins de bien-être.

On boit bien trop, on fume bien trop, on dépense sans réfléchir, pis on ne rit pas assez, conduit trop vite, on se fâche trop, on se couche trop tard, on se lève trop fatigué, on ne lit pas assez, regarde trop de TV et on ne ne médite pas assez. Lire la suite


avr 20 2014

Mathieu Martel : Qu’est-ce que l’éveil?

ENTREVUE EXCLUSIVE DES « INVITÉ DE MARC »

AUTRES CAPSULES, TEXTES ET PROCHAINES CONFÉRENCES : PORTRAIT NON-DUALISTE – MATHIEU MARTEL

avr 20 2014

Rendez-vous manqué avec la mort

http://cereales.lapin.org


avr 20 2014

Réflexions autour de quelques propos de Maître Eckhart (à écouter sans fautes!)

Réflexions autour de quelques propos de Maître Eckhart par taberloo

Réflexions naïves autour de quelques écrit de Maître Eckhart repris du livre Discours du discernement présenté par A. J. Festugière et édité par Arfuyen »Aucun récipient ne peut contenir deux sortes de boisson. S’il doit contenir du vin, il faut nécessairement qu’on enlève l’eau. Il faut qu’il soit nu et vide. »Voilà une des phrases de départ de cette réflexion.


avr 20 2014

La petite vague perdue

 Il y avait une fois, une toute petite vague, qui était devenue fatiguée et inquiète, ennuyé de tous les aller et retours entre l’horizon et la coté. Un jour, elle a entendu parler du grand Océan, où il n’y avait pas de voyages incessants à la merci des marées, où tout était calme et plein d’amour. Un désir énorme surgissait en elle, de connaitre cet endroit paisible, mais- elle ne savait pas par où commencer.

« Connaissez-vous le chemin vers le grand Océan? » elle demandait aux autres vagues qui passaient. Une vague, une ancienne qui était couvert d’algues, lui disait: » J’ai entendu parler de cet Océan, mais c’est très loin, et il faut plusieurs vies pour pouvoir y arriver. »  Une autre vague gargouillait: » J’ai entendu que si nous  étions de très gentilles vagues, et vivions des vies très biens, que quand nous mourions, nous nous retrouverions au grand Océan. » Lire la suite


avr 20 2014

Einstein et les pensées de Dieu

« Je veux connaître les pensées de Dieu… 
…le reste sont des détails. » Einstein

avr 19 2014

La peur de l’éveil spirituel