août 1 2014

La libération de soi

 

http://connaissancessansfrontieres.net
Dans cette vidéo Michael Bernard Beckwith explique pourquoi notre propre éveil individuel est essentiel pour l’avancement de nos sociétés vers plus de paix. L’auteur y parle également de son livre La libération spirituelle où il propose une forme de  cheminement spirituel facile à intégrer à notre quotidien et susceptible de porter ses fruits en peu de temps


juil 31 2014

L’état de non-séparation – Gary Crowley


Gary Crowley

Gary Crowley

L’éveil à l’illumination survient directement avec la disparition de l’idée de moi séparé. « Disparition de l’idée de moi séparé » veut dire que ce que l’on considère comme le moi n’est en aucune façon séparé du reste. Tout moi séparé illusoire serait interprété comme un cas d’identité erronée.

C’est ce problème d’identité erronée qui est au coeur de la souffrance humaine. Il fait de vous un objet séparé illusoire. Les objets séparés souffrent, point. La « disparition de l’idée de moi séparé » non seulement met fin à la souffrance, mais conduit à vivre naturellement la Règle d’Or, qui demande à ce que les autres soient traités comme vous aimeriez être traité. Elle émane naturellement de l’état de non-séparation qui se manifeste, à savoir vivre ‘ceci-ici- maintenant’.
Une modification naturelle se produit quand ce que ‘je suis’ cesse d’être considéré comme le `moi’. Avant cette modification, le ‘moi doué de volonté consciente’ tremble quand il marche tout seul sur le câble à haute tension de la vie. Il craint bien sûr de faire une chute mortelle. La réorientation vers ‘être conscience’ entraîne la disparition de la peur. On marche sur le câble à haute tension débarrassé de la pesanteur du ‘moi’ illusoire. La réintégration apporte la joie de voir que le câble à haute tension est l’expérience de ce que vous êtes. La vue est extraordinaire. La foule est spectaculaire. Le corps lui-même est stupéfiant. La même expérience est totalement différente. Réaliser que ce que vous êtes est le ressentir de la vie vient pimenter joyeusement l’état de conscience auquel nous avons donné le nom d’illumination. Lire la suite

juil 31 2014

A chacun sa réalité ?

Pour voir la suite du reportage sur Dailymotion (désolé pour les pubs intempestives) :

2 de 4
3 de 4
4 de 4

juil 31 2014

ici et maintenant


juil 31 2014

Le désir (Swami Prajnanpad)

Les désirs naissent de la double croyance que l’on peut obtenir quelque chose d’un autre et que l’on peut le garder de façon permanente. Ces deux croyances sont fausses. Personne ne donne jamais rien. L’autre ne donne que s’il obtient lui-même ce qu’il veut. Aussi vous faut-il donner d’abord. Et ce faisant, nous ne sommes pas sûrs que l’autre a reçu réellement; cela peut le laisser indifférent. Ensuite, croire que nous pourrons garder quoi que ce soit, c’est faire fi de l’impermanence de tout ce qui est. Alors, voyant cela, nous ne sommes plus emportés par le désir. Mais tant qu’ils sont là, ces désirs, nous devons les accueillir. Nous ne devons surtout pas les refouler, mais les réaliser consciemment et voir où ils nous mènent. Si le résultat est positif, nous pouvons les garder. S’ils entraînent de la souffrance, alors ils doivent disparaître.

Swami Prajnanpad

Source : http://nondualite.free.fr/c_prajnanpad.htm
Photo : Photos Libres

juil 31 2014

Jac O’Keeffe

Sans la projection du mental, le monde ne peut pas exister.
Le monde qui apparaît dans vos rêves la nuit est tout aussi irréel que le monde qui  apparaît lorsque vous êtes éveillé. Il n’y a aucune différence.
L’idée que vous êtes réel n’est qu’une pensée dans la conscience.
Rien ne vous arrive en réalité, à moins de vouloir croire que c’est le cas.

Citations

 

Voici grâce à Anh la traduction de toutes les citations recueillies par JC sur le site de Jac, citations issues de différents satsangs.
***
Il n’existe pas d’objet qui soit de nature différente du sujet, comme il n’y a que le sujet, comment peut-il être vu en tant qu’objet ? Toute expérience réside dans la réalité des objets. Si vous l’examinez, vous verrez que les objets ne sont pas réels.
Observez que chaque mode de perception est subjectif, et que chaque idée concernant la vie n’existe que dans votre mental. Arrêtez de donner des noms et des formes à ce qui, en essence, est sans nom et sans forme.
Vos idées sur vous sont le seul obstacle et l’origine de toutes les souffrances.
Arrêtez de vous engager dans les pensées et ne faites pas du désengagement des pensées quelque chose à faire !
Asseyez-vous tranquillement, restez calme et ne vous impliquez pas dans les pensées, laissez-les passer simplement sans leur porter d’intérêt. Ne cherchez pas le Soi, ce serait comme si votre œil cherchait à voir votre rétine. Vous êtes le Soi.
Observez sans penser, sans conceptualiser. La pure observation où il n’y a rien à voir – c’est ce qui est au cœur de l’état du JE SUIS.
Le monde est spirituel, pourtant lorsque vous vous identifiez avec le corps physique, le monde devient physique suivant les concepts auxquels vous adhérez. Cependant, durant tout ce temps, le monde est spirituel.
Sans la projection du mental, le monde ne peut pas exister. Le monde qui apparaît dans vos rêves la nuit est tout aussi irréel que le monde qui  apparaît lorsque vous êtes éveillé. Il n’y a aucune différence.
L’intimité est une expérience et elle ne peut pas durer ; c’est seulement prendre congé du « je » personnel pour la pensée d’unité/de totalité. L’expérience d’intimité ne peut seulement se produire qu’avec la séparation encore en vue dans l’arrière-plan.
Rien ne se passe ni dans l’état de veille et ni dans celui du rêve, puisque la substance de ces deux états est la conscience.
L’idée que vous êtes réel n’est qu’une pensée dans la conscience.
Le monde phénoménal n’est rien d’autre que le jeu de la conscience qui essaye de contrôler, de se faire comprendre et de se faire connaître à elle-même. Mieux vaut laisser ce jeu se poursuivre, sans s’identifier à aucun aspect.
La création n’est qu’une apparence momentanée dans la conscience. C’est le jeu de la pensée en tant que mémoire qui vous fait croire qu’elle se poursuit au fil du temps.
Gérer les désirs ne tourne pas autour de votre relation avec les objets des désirs ; c’est votre propre incompréhension qui exige une correction. Découvrez comment la perception des objets survient dans le mental et ne suivez pas aveuglément les schémas des pensées.
Si vous pouvez expérimenter la présence, vous ne pouvez pas l’être. Si vous pouvez expérimenter l’êtreté, vous ne pouvez pas l’être. Tout ce qui peut être identifié, vous ne pouvez pas l’être.
Il n’y a pas de conflit entre la vie ordinaire et la théorie de la non-dualité. Restez dans la vie ordinaire ; laissez la vie se dérouler avec toutes ses mondanités et laisser l’attention se reposer « à l’intérieur ».
Le monde ne peut pas exister indépendamment de votre mental, alors comment le monde pourrait-il être autre que mental ?
Il n’y a rien d’extérieur à Cela. Laissez tomber naturellement la pensée de choses « extérieures ».
L’égo manifeste une grande peur à l’idée de son propre anéantissement, mais lorsque l’égo n’est pas le centre d’attention, où est-il ? Qu’est-il ? C’est seulement une idée, il n’existe donc rien qui puisse être anéanti.
Rien ne vous arrive en réalité à moins de vouloir croire que c’est le cas.
Examinez et découvrez que ce qui est vu et entendu, senti et touché, ressenti et pensé existe seulement en tant qu’histoires dans votre mental et ne soyez attirés par aucune d’elles. Voyez que tout cela est mental et n’est aucunement la réalité.
La recherche de la vérité ne se termine pas par la découverte de celle-ci dans le monde phénoménal : rien de nouveau n’est acquis dans la réalisation du Soi.
Réalisez que la fin de la douleur ne dépend pas d’un désir satisfait ; le plaisir et la douleur sont les résultats de malentendus.
Tout vient de l’Absolu, demeure en tant qu’Absolu, et se fond de nouveau dans l’Absolu.
Le bonheur est une expérience directe émanant de votre nature profonde.
Regardez autour de vous sans penser, sans conceptualiser. N’interprétez rien, n’en venez à aucune conclusion. Soyez dans la pure perception, la pure vision et la pure observation. Toute action qui survient est spontanée, il n’y a aucun choix.
Ce que vous recherchez et ce que vous pourriez trouver ne peut pas être ce qui est Réel.
Apprenez à écouter sans déformer et apprenez à regarder sans imaginer.
La liberté que vous recherchez se trouve précisément là, d’où vous regardez.
Ce que vous êtes peint l’image de votre vie, cela ne vous attache en rien.
Demeurer dans votre état naturel ne requiert ni mouvement, ni action de votre part.
Si vous voulez profiter de l’éveil, vous pouvez le faire uniquement avant que l’éveil ne se produise ! Les fins de contes de fées n’existent que dans les films.
L’attraction vers la Vérité a son origine dans la manifestation, pas dans la grâce. Le confort recherché par le mental dans l’idée que « la grâce vous rappelle à la maison » doit être abandonné.
Soyez tranquille, silencieux et patient. Il n’y a que vous. Comment peut-il y avoir une distance entre vous et vous ?
Les pensées apparaissent et disparaissent d’elles-mêmes. Il n’y a pas d’appropriation à revendiquer, car il n’y a pas de propriétaire.
Ne tombez pas dans le piège d’objets aimants, que ce soient des personnes, des choses ou des actions. Vivre avec… est souffrance, alors qu’en fait, il n’y a simplement que vivre. Découvrez ce qu’est être libre de l’objet que vous appelez « moi-même » et arrêtez de compenser par les désirs.
Sans le mouvement de la pensée, il n’y a pas de monde phénoménal.
Quand on imagine que la vie ordinaire est différente de la vie spirituelle c’est alors que les difficultés apparaissent. Sans perception subjective de différence, il ne peut exister de problème.
Demeurez à la source de la prochaine pensée. C’est tout.
Dans la neutralité sans effort de votre état naturel, tous les doutes, les craintes et les angoisses disparaissent : ils ne reviennent que pour vous servir.
Laissez votre attention sur ce qui se passe, et non sur la peur du comment cela pourrait vous affecter.
Détendez-vous. Reposer l’activité mentale désarme l’identification brute. Il n’y a pas de « comment » arrêter de penser. Cessez simplement d’être impliqué dans les histoires de vos pensées.
Vous n’avez aucun voyage à faire, aucune transformation à réaliser de l’égo vers le Soi, cela implique deux et ce n’est donc encore qu’une autre pensée.
Tout ce qui se présente dans la manifestation a été créé par vous, et sera détruit par vous, en transcendant le mental. Le mental et le monde, tous deux apparaissent et retournent à la Réalité immuable.
Lorsqu’il n’y a aucune idée sur ce qu’est le silence ou ce qu’il n’est pas, le silence est alors présent. Il ne s’agit pourtant pas d’un événement : il est tout simplement.
Laissez votre mental être dans un chaos total. Le niveau d’activité mentale n’a pas de signification. Ne perdez pas votre attention dans l’histoire d’aucune pensée et les pensées se calmeront. Vous êtes Cela qui regarde tout.
À tout moment, soit vous observez sans effort, soit vous adhérez à vos pensées.
La non-dualité est au mieux considérée comme une disposition de l’esprit. Elle n’est pas appropriée pour une application dans les affaires du monde, et la sagesse pour faire face à ces questions doit donc être développée de manière indépendante.
Ce que vous appelez votre vie n’a jamais été la vôtre de toute façon ; vous n’avez jamais rien possédé. Vous êtes la totalité et pourtant vous vous imaginez être séparé d’elle dans le but de posséder, de chercher et d’atteindre.
Laissez votre mental se diriger vers l’intérieur. Laissez votre attention se reposer calmement dans son état naturel.
Il n’y a ni libre arbitre, ni destinée. La vie présente votre personnage, mais il n’y a pas non plus d’appropriation. Si la vie n’expérimentait pas ce qui est exactement tel que c’est maintenant, la vie n’existerait pas du tout. Il n’y a que ceci, se manifestant comme il se doit.
Demeurez simplement dans le Soi. Plongez dans le Soi vingt quatre heures sur vingt quatre, sept jours sur sept, jusqu’à ce que le temps révèle que lui-même est un concept et que celui qui fait l’action de demeurer ou plonger se fonde avec le Soi.
Ce que vous êtes ne peut être objectivé, ne peut pas être connu et ne peut aller ni venir. Ce que vous êtes ne se situe pas au sein de l’apparence.
Soyez préparé à laisser les conséquences s’occuper d’elles-mêmes.
Il ne s’agit pas de sentir le vide, mais d’être le vide. Vous ne pouvez pas essayer de l’être, vous l’êtes.
C’est de l’esclavage d’imaginer que vous êtes dans un processus, que vous avez un passé et un avenir et d’imaginer que vous allez quelque part. Ce que vous êtes ne se développe pas ou ne se dirige pas vers une finalité.
La souffrance est l’idée qu’il y a un « je » qui n’aime pas ce qui se passe.
Tout ce qui apparaît comme le monde est dépendant de vous pour valider son existence, et cela ne peut arriver que si vous avez pris pour réel le fait d’avoir une existence indépendante.
Vous pouvez voir que chacune des pensées que vous entretenez ne sert qu’à perpétuer le « je » personnel.
C’est seulement l’élimination des fausses idées et des croyances erronées qui peut révéler ce que vous êtes.
Ici, maintenant, vous pouvez vous installer dans votre état le plus naturel, qui apprécie la paix ininterrompue du mental et la libération dans votre cœur.
L’apparence du monde est conscience, et il n’y a rien en dehors de cela. C’est la conscience seule qui se manifeste en tant que mental, intellect, corps et sens. Pourtant la conscience ne change pas. Le changement permanent est une caractéristique de l’apparence de sa propre réflexion.
Ressentir et expérimenter le vrai bonheur, le bonheur sans cause, exige un abandon conscient ou inconscient de votre intérêt dans les pensées.
Vous n’avez pas à être parfait, vous n’avez pas à avoir une bonne santé, vous n’avez rien à faire avant que le corps meurt, cela n’a rien à voir avec quoi que ce soit : c’est là, maintenant, placez votre attention en dehors de toutes histoires et concepts. De là, la liberté apparaît, la beauté survient, l’amour surgit.
La personnalité est un outil utile mais elle ne peut pas définir qui vous êtes. Qui vous êtes se situe bien au-delà de ce que vous pensez être.
Soyez ce qui voit ce qui regarde. Ne soyez pas l’observateur. Vous êtes Cela qui voit ce qui regarde.
Cesser l’activité non nécessaire du mental permet à l’état naturel de surgir. Une profonde immobilité demeure toujours sous un mental agité.
Le problème n’est pas lié au mental, c’est l’identification personnelle avec les pensées qui crée la souffrance.
Il n’y a rien à corriger, rien à faire, rien ne doit être meilleur, plus agréable ou d’une certaine manière… tout cela n’est encore que des pensées, nul besoin de s’y intéresser. Les choses sont parfaites telles qu’elles sont. Posez-vous. Reposez-vous à l’intérieur.
Quelque chose « en deçà » s’occupe de tout, prend soin de ce que vous êtes réellement.
Ce que vous êtes ne peut pas être acquis de nouveau.
Aussi longtemps que le « je » recherche la paix, il n’y aura pas de paix.
Par vos pensées, vous avez rendu réel pour vous ce qui est irréel.
Il n’y a rien à craindre, jamais. Si vous continuez à placer votre attention sur des idées créatrices de peur, sachant que les pensées créent des émotions, vous ressentirez de la peur. En un instant, vous pouvez décider que cela suffit et en finir avec votre comportement de peur.
Votre vraie nature est sans cause et vivre le bonheur sans cause est votre état naturel.

 

traduction de Anh reprise par Laya

juil 31 2014

Interprétation ésotérique de Pinocchio

Article très intéressant,Pinocchio nous est présenté tel Ulysse ou Hercule qui par leur quête apprendrons à devenir de vrais êtres humains plutôt qu’une simple marionnette manipulée par la tentation de la gloire et de la fortune.N’est-ce pas au fond la quête que nous vivons tous actuellement avec comme ultime tentation une société de consommation qui agonise?Notre seul véritable libre-arbitre est peut-être là.Devenir des larves abruties par le matériel et tout ce qui l’implique ou vivre de tout son Être avec toute notre intégrité .Il fut prendre l’ apport de la Franc-Maçconnerie dans ce conte comme étant la porteuse d’ une sagesse millénaire et humaine.L’ essence même de ce conte doit être perçus par chaque personne comme étant un outil de libération et surtout pas comme étant de la propagande conspirationniste

Gougou

Vigilant Citizen nous présente la symbolique, pour une fois souriante, du dessin animé de Disney, Pinocchio. Que ceux qui n’ont jamais vu Pinocchio le signalent. Il ne doit pas y avoir beaucoup de lecteurs dans ce cas. C’est l’article que je vous avais annoncé dans celui sur la symbolique de Sirius.

Interprétation ésotérique de Pinocchio
Vigilant Citizen, 28 décembre 2009

Réalisé en 1940, Pinocchio est un classique de Disney toujours apprécié des enfants et des adultes du monde entier. L’histoire de cette marionnette de bois cache pourtant une grande allégorie spirituelle basée sur des enseignements ésotériques, ce dont on parle rarement. Nous regarderons les origines de cette aventure animée et son sens sous-jacent.

La première fois que j’ai regardé Pinocchio quand j’étais enfant, c’était sur une pauvre cassette vidéo en compagnie de mon petit frère, tout en mangeant des friandises. J’ai bien aimé les airs entraînants et Jiminy le Cricket. J’étais pourtant terrifié par le cocher et n’ai pas vraiment apprécié la partie qui se passe sous l’eau. Ce n’est que récemment que j’ai pu me remettre en mémoire ce classique de Disney. Par un paresseux dimanche soir, j’ai revu le film en version digitale remasterisée à la TV et je l’ai regardé  »pour l’amour du bon vieux temps ». Ce qui était supposé être un amusement pour ma mémoire devint une révélation choquante : Pinocchio était l’un des plus profonds films que j’ai jamais vu. Pouvait-il être une immense allégorie sur la spiritualité et la société moderne ? Ai-je détecté quelques allusions à une initiation aux Mystères occultes ? J’ai immédiatement cherché les origines de Pinocchio et toutes mes théories furent abondamment confirmées.

Pas besoin de préciser que ce film est aujourd’hui une base de la culture populaire. Combien de personnes n’ont PAS vu ce film ? D’un autre côté, qui est conscient de la vraie signification sous-jacente de Pinocchio ? Derrière l’histoire de la marionnette qui essaie de devenir un vrai garçon se cache un profond récit spirituel dont les racines plongent dans les écoles de Mystères de l’occultisme. Au travers des yeux d’un initié l’histoire de l’enfant remplie de leçons sur  »être bon » ou  »ne pas mentir » devient une quête de l’homme vers une sagesse et une illumination spirituelle. Les dialogues brutalement honnêtes dans Pinocchio dépeignent une vision morose de notre monde moderne et formule, peut-être, une manière d’échapper à ses pièges. Grâce aux notes de l’auteur et à des références littéraires, on peut comprendre la signification gnostique cachée de Pinocchio.

Les origines de Pinocchio

Pinocchio a été originellement écrit en Italie par Carlo Lorenzini (connu sous son nom de plume, Carlo Collodi) entre 1881 et 1883. Lorenzini commença sa carrière d’écrivain dans des journaux, où il utilisa souvent la satire pour exprimer ses visions de la politique. En 1875 il entra dans le monde de la littérature enfantine et utilisa cet exutoire pour transmettre ses convictions politiques. La série Giannettino, par exemple, se réfère souvent à l’unification de l’Italie.

 »Lorenzini fut fasciné par l’idée d’utiliser comme allégorie un personnage aimable, un peu gavroche comme moyen d’expression de ses propres convictions. En 1880 il démarra l’écriture Storia di un burattino ( »l’histoire d’une marionnette »), appelée également ‘L’aventure de Pinocchio’, qui fut publié toutes les semaines dans Il Giornale dei Bambini (le premier journal italien pour enfants).

Le Avventure di Pinocchio, conte de fée qui décrit les aventures d’une marionnette entêtée dans sa quête pour devenir un vrai garçon, fut publiée en 1883.

L’ouvrage de Lorenzini ne fut pas seulement politique. Ses écrits, spécialement Le Avventure di Pinocchio contenait une bonne dose d’aspects métaphysiques qui passent souvent par-dessus les lecteurs modernes. Un fait important nécessaire à la pleine compréhension de l’ouvrage de Lorenzini est qu’il était franc-maçon. Dans un essai appelé Pinocchio, mio Fratello (Pinocchio, mon frère), le franc-maçon italien Giovanni Malevoti décrit le contexte maçonnique de Lorenzini :

« L’initiation de Carlo Collodi à la franc-maçonnerie, même si on n’en parle nulle part, est universellement reconnue et on s’y réfère souvent. Aldo Mola, un non-maçon défini généralement comme historien officiel de la franc-maçonnerie, a exprimé avec beaucoup de certitude l’initiation de l’écrivain dans la famille maçonnique. Les évènements de la vie de Collodi semblent confirmer plus tard cette thèse : la rédaction en 1848 d’un article intitulé  »Il Lampione » (Le phare), qui, comme affirmé par Lorenzini,  »a illuminé tous ceux qui tâtonnaient dans le noir »; il se décrivait lui-même comme  »disciple passionné de Mazzini » (un franc-maçon révolutionnaire italien connu) »

« Il y a deux manières de lire  »les aventures de Pinocchio ». La première est celle que j’appellerai  »profane » où le lecteur, le plus souvent un enfant, apprend les déboires de la poupée de bois. La seconde est une lecture avec un point de vue maçonnique, où un profond symbolisme complètera, sans la remplacer, la simple narration linéaire des évènements. »

Lorenzine écrivit Pinocchio suivant la longue tradition des textes mystiques : une simple histoire narrative qui peut être appréciée des masses avec une signification cachée réservée à ceux  »qui sont dans le coup ».

Analyse du film

Il y a de nombreuses différences entre le livre de Collodi et le film de Disney. L’histoire a été simplifiée et Pinocchio est devenu un ignorant, un personnage insouciant plutôt que le marginal entêté et ingrat du livre original. Tous les éléments fondamentaux sont pourtant encore présents dans l’adaptation du film et le message sous-jacent reste entier.

La création

Le film débute avec Geppetto, sculpteur sur bois italien, en train de transformer une pièce de bois en marionnette. Il donne des traits humain à la poupée, mais elle reste une poupée sans vie. Geppetto est, d’une certaine manière, le Démiurge de Platon et des Gnostiques. Le mot  »Démiurge » est littéralement traduit du grec par  »fabricant ou artisan ». En terme philosophique, le Démiurge est un dieu de moindre importance du monde physique, une entité qui crée des êtres imparfaits soumis aux écueils de la vie matérielle. La maison de Geppetto est pleine de pendules de sa fabrication, ce qui, comme vous devez le savoir, sert à mesurer le temps, une des grandes limitations du plan physique.

Geppetto a créé une marionnette grandeur nature, mais il réalise qu’il a besoin de l’aide du  »Dieu plus grand » pour donner à Pinocchio l’étincelle divine afin de devenir un  »vrai garçon » ou, en termes ésotériques, un homme illuminé. Que fait-il donc ? Il fait un souhait. Il demande au  »Dieu plus grand » (le grand architecte des maçons) d’infuser de sa divine essence dans Pinocchio.

Cette étoile pourrait-elle être Sirius, l’étoile embrasée des franc-maçons ?

La  »Fée bleue », représentation du grand dieu, descend ensuite sur terre pour communiquer une étincelle de l’esprit universel à Pinocchio, le  »Nous » des gnostiques.

La Fée offre à Pinocchio la vie et le libre-arbitre. Bien qu’il soit vivant, il n’est toujours pas un  »vrai garçon ». Les écoles de Mystères enseignent que la vraie vie ne démarre qu’après l’illumination. Tout ce qui est avant n’est qu’une lente désintégration. Quand Pinocchio demande  »Suis-je un vrai garçon ? », la Fée répond  »Non, Pinocchio. Il ne faudra compter que sur toi pour réaliser le souhait de Geppetto. Montre-toi courageux, honnête et altruiste et un jour tu seras un vrai petit garçon. »
Ce thème de l’autonomie et du progrès par soi-même est fortement inspiré des enseignements gnostiques/maçonniques : le salut spirituel est quelque chose qui a été mérité grâce à l’auto-discipline, la connaissance de soi et un intense pouvoir de volonté.

De la même manière que les maçons représentent le processus d’illumination par la transformation d’un pierre brute en pierre polie, Pinocchio démarre son voyage en tant que pièce de bois brut et cherchera à en polir les angles pour devenir finalement un vrai garçon. Pourtant rien ne lui est offert. Un processus alchimique interne est nécessaire pour qu’il soit digne de l’illumination. Il doit parcourir la vie, lutter contre ses tentations, et grâce à sa conscience (incarnée par Jiminy le Criquet), il doit trouver le bon chemin. La première étape est d’aller à l’école (symbolisant la connaissance). Après quoi, les tentations de la vie se présenteront rapidement sur son chemin.

La tentation de la gloire et de la fortune

Sur le chemin de l’école, Pinocchio est arrêté par Grand Coquin le renard (un nom qui ne donne pas vraiment confiance) et Gédéon le chat qui l’appâtent sur la  »route facile du succès » : le spectacle. Malgré les avertissements de sa conscience, la marionnette suit ces personnages louches et il est vendu à Stromboli, l’agressif montreur de marionnettes.

Pendant sa représentation, Pinocchio se familiarise avec les bons côtés de la  »route facile » : renommée, fortune et même femmes-poupées aguichantes.

Pinocchio apprend pourtant rapidement le prix de cet apparent succès : il ne peut retourner voir son père (le créateur), l’argent qu’il rapporte ne sert qu’à enrichir Stromboli, son  »souteneur », et il voit quel destin l’attend en vieillissant.

Une description plutôt sinistre du show business, n’est-ce pas ? Il n’est au fond rien de plus qu’une… poupée. Après avoir vu la vraie nature de la  »route facile », Pinocchio réalise son triste état intérieur. Il est dans une cage comme un animal et à la merci d’un cruel marionnettiste. Il a été dupé en vendant son âme.

Pinocchio reprend enfin conscience (Jiminy le Criquet) et essaie de s’échapper. Avec la meilleure application du monde il ne peut pourtant être sauvé, le criquet ne peut ouvrir le verrou. Il faut au moins une intervention divine pour le sauver, mais pas avant d’avoir dit la vérité à la Fée (le messager divin) et, le plus important, de se la dire à lui.

La tentation des plaisirs terrestres

À nouveau sur le droit chemin, Pinocchio est arrêté à nouveau par le renard qui l’appâte pour aller à  »L’île du Plaisir », un endroit sans école (connaissance) ni lois (la morale). Les enfants peuvent manger, boire, fumer, se battre et détruire à volonté, tous sous l’oeil observateur du cocher.

L’île du plaisir est une métaphore pour  »vie profane », caractérisée par l’ignorance, la recherche du plaisir instantanée et la satisfaction des plus basses pulsions. Le cocher encourage ce comportement sachant que c’est une méthode parfaite pour créer des esclaves. Les garçons qui se laissent suffisamment tenter par cet abrutissement se transforment en ânes et sont ensuite exploités par le cocher pour travailler à la mine. Une autre sinistre description, cette fois sur l’ignorance des masses.

Pinocchio commence lui-même à se transformer en âne. En termes ésotériques il est plus proche de son soi matériel, personnifié par cet animal têtu, que de son soi spirituel. Ce passage de l’histoire est une référence littéraire aux  »Métamorphoses de l’âne d’or » d’Apulée, un ouvrage classique étudié dans les écoles de Mystères comme dans celles de la franc-maçonnerie.

Les Métamorphoses décrivent les aventures de Lucius qui, tenté par les merveilles de la magie, se trouve transformé en âne à cause de sa folie. Cela le conduit vers un ardu voyage où il est finalement sauvé par Isis et rejoint le culte du Mystère. L’histoire des Métamorphoses comporte plusieurs ressemblances avec Pinocchio dans ses grandes lignes, son allégorie spirituelle et son thème d’initiation occulte.

Pinocchio, une fois qu’il a repris la conscience de lui-même, s’échappe de la prison d’une vie profane et de l’île des plaisirs.

Pinocchio rentre chez lui pour retrouver son père, sauf que la maison est vide. Il apprend que Geppetto a été avalé par une baleine géante. La poupée saute alors de lui-même dans l’eau et est avalé par la baleine pour trouver son créateur. C’est l’initiation finale, où il doit échapper à l’obscurité d’une vie d’ignorance (symbolisée par le ventre de la baleine géante) et retrouver la lumière spirituelle.

À nouveau, Carlo Collodi s’est fortement inspiré d’une histoire classique d’initiation spirituelle : le Livre de Jonas. Trouvé dans la chrétienté, l’islam et le judaïsme, Jonas et la baleine est lu également dans les écoles de Mystères.

 » Jonas est aussi le personnage central du Livre de Jonas. Ayant reçu l’ordre par Dieu d’aller à la cité de Ninive pour prophétiser contre elle  »car leur grande cruauté s’est élevée devant mes yeux », Jonas cherche au contraire à fuir la présence du Seigneur » en allant à Jaffa et à naviguer à Tarsus. Une énorme tempête se lève et les marins, réalisant que ce n’est pas une tempête habituelle, pensent être victimes d’un sort et apprennent que Jonas est responsable. Jonas l’admet et déclare que si on le jette par-dessus bord la tempête cessera. Les marins tentent d’amener le bateau sur la plage mais échouent et se sentent forcés de le jeter par-dessus bord, ce qui calme la mer. Jonas est miraculeusement sauvé en étant avalé par un grand poisson spécialement préparé par Dieu où il passe trois jours et trois nuits. Dans le chapitre 2, dans le ventre du poisson, jonas prie Dieu dans son affliction et engage une action de grâce et des voeux. Dieu commande au poisson de vomir Jonas. »

Jonas après son initiation spirituelle

Pinocchio traverse les rigueurs de l’initiation et sort de l’obscurité de l’ignorance. Il émerge ressuscité de la tombe, comme Jésus Christ. Il est maintenant un  »vrai garçon », un homme illuminé qui a brisé les chaînes de la vie matérielle pour embrasser son moi supérieur. Jiminy le Criquet reçoit de la Fée une médaille en or massif, représentant la réussite du processus alchimique de la transformation de la conscience de Pinocchio d’un métal grossier en or. Le  »Grand Oeuvre » a été accompli. Que sera-t-il à faire ? Une folle partie d’accordéon, bien sûr !

En conclusion

Vue à travers les yeux d’un initié, l’histoire de Pinocchio, au lieu d’une série d’aventures hasardeuses, devient une allégorie spirituelle profondément symbolique. Des détails du film qui paraissent sans signification révèlent soudain une vérité ésotérique. S’inspirant de classiques de la métaphysique comme les Métamorphoses et Jonas et la baleine, l’auteur de l’histoire, Carlo Collodi, a écrit un conte initiatique moderne, qui est le plus important aspect de la vie maçonnique. Quoique l’allégeance de Disney à la franc-maçonnerie a toujours été discutée, le choix de cette histoire comme le deuxième dessin animé créé par les studios est très parlant. De nombreux détails symboliques ajoutés dans le film manifestent une grande connaissance de la signification occulte sous-jacente du livre de Collodi. En voyant les nombreuses rééditions de Pinocchio et son succès mondial on peut dire que le monde entier a été témoin de son chemin d’illumination, mais très peu l’ont vraiment compris.

Comparée à d’autres articles de ce site, qui se révèlent d’une plutôt sinistre signification, l’histoire de Pinocchio est un exemple du plus noble côté des enseignements occultes. S’efforcer d’atteindre un plus haut niveau de spiritualité par auto-amélioration est un thème universel qu’on trouve dans la plupart des religions. Pinocchio reste malgré tout typiquement maçonnique et révèle le contexte philosophique de ceux aux commandes des médias de masse.

Traduit par Hélios du Bistro Bar Blog

http://leveil2011.syl20jonathan.net/

 


juil 30 2014

Une école est un lieu de loisir où l’enseignant et l’enseigné apprennent tous les deux… Utopique?

Une école est un lieu de loisir où l’enseignant et l’enseigné apprennent tous les deux…Par loisir, nous n’entendons pas avoir du temps pour soi, bien que cela soit aussi nécessaire ; ce n’est pas prendre un livre et s’asseoir sous un arbre ou dans sa chambre pour lire à l’occasion. Ce n’est pas avoir un état d’esprit placide ; ce n’est certainement pas être oisif ou passer son temps à rêvasser. Le loisir s’entend d’un esprit qui n’est pas constamment occupé par quelque chose, un problème, un divertissement, un plaisir sensoriel quelconque. Le loisir sous-entend un esprit qui a infiniment de temps pour observer : observer ce qui se passe autour de soi et en soi ; avoir le loisir d’écouter, de voir clairement. Le loisir sous-entend la liberté, ce que l’on traduit généralement par faire ce comme bon vous semble ; c’est d’ailleurs ce que font les êtres humains, causant ainsi beaucoup de malheurs, de misères et de confusions. Le loisir sous-entend un esprit calme, pas de motif et donc pas de direction. Voilà ce qu’est le loisir.

Jiddu Krishnamurti

Source : krishnamurti-france.org

juil 30 2014

Parlez-nous des enfants. (Le prohète)

En hommage à Khalil Gibran (جبران خليل جبران) poète et peintre issus du Moyen-Orient, grâce notamment à son recueil  » Le Prophète »


juil 30 2014

Les araignées sans mémoire (Alexandro Jodorowsky)

Les araignées sans mémoire (Alexandro Jodorowsky)

Personne ne savait pour quelle raison, les araignées avaient soudain perdu les facultés constructives leur permettant de tisser leurs toiles.
 C’est au début de l’amnésie que la vie devint très difficile pour elles, accoutumées qu’elles étaient à sécréter de manière naturelle leur fils visqueux et à attendre, paisiblement, les insectes qui tomberaient comme une manne céleste dans le piège tendu par les filières.
A cette époque heureuse, elles n’étaient pas conscientes de leur œuvre. La complexe et transparente architecture émergeait comme un songe autour de leur corps, sans qu’elles aient eu à produire le moindre effort. La toile grandissait si naturellement, comme la feuille autour de la branche ou le parfum exhalé des pétales. Débarrassées du souci essentiel et vital de la chasse, les petites bêtes devinrent très actives et acquirent une certaine vélocité.
Avec le temps elles apprirent à construire des maisons sous la surface de la terre. Mais ce type de civilisation semblait les incommoder parce qu’il ne correspondait pas à la nature intrinsèque de leur organisme.
L’obscurité des galeries les angoissait, la vie en commun développait la violence et, surtout, elles sentaient aux extrémités de leurs chélicères crochues comme une inexplicable démangeaison.
Elles faisaient le geste de tisser et parallèlement rougissaient de honte parce qu’elles n’en comprenaient pas la signification.
Certaine se proclamèrent alors « artistes » et commencèrent à tisser des objets qui rappelaient vaguement les anciennes toiles. Elles n’étaient ni rondes, ni fines, ni visqueuses, incapables d’attraper le plus petit insecte, mais remplissaient d’orgueil leurs créatrices ventrues.
La mélancolie de l’amnésie s’installant, les araignées placèrent bientôt ces approximations de toiles, ces arachnéennes tentatives, sur des autels familiaux et se mirent à les vénérer.
Avec le cours du temps, elles les entassèrent dans des musées puis dans des temples.
On finit par les appeler des « symboles ».
Surgirent alors des araignées opportunistes qui se dirent « maîtresse » et « magiciennes » et affirmaient pouvoir percer le fabuleux secret.
Promettant, grâce à de grandes sommes théologico-philosophico-encyclopédiques, de révéler le mystère de ces toiles absurdes…
Un jour, une petite araignée recouvra subitement la mémoire et se mit à tisser une toile sur la place publique. Les araignées firent un scandale, la couvrirent d’injures et après avoir nettoyé la ville de ces « débris immondes », exécutèrent sommairement la « monstrueuse » citoyenne, porteuse d’opprobre et de souillure.

http://milajesuis.blogspot.com/