juil 5 2015

accepter

Disons qu’au lieu de chercher à aller
bien: accepter d’aller mal.
Au lieu de chercher la béatitude:
accueillir la réalité telle qu’elle est,
aussi négative qu’elle puisse paraître.
Accepter ce que l’on ressent
au lieu de refouler.
C’est cela le point d’appui.
A partir du moment où
l’on voit à quel point
l’acceptation libère,
on ne peut plus s’en passer.
Daniel Roumanoff

juil 4 2015

Ce qui est

http://zemapprentimaitrezen.wordpress.com/


juil 4 2015

« Illumination » et « état naturel » ne sont pas exactement des synonymes.

« Illumination » et « état naturel » ne sont pas exactement des synonymes.

U.G. n’aime pas entendre parler d »‘Illumination », de « libération » ou d »‘éveil intérieur »; ces mots ont inspiré au cours des siècles trop de descriptions flatteuses et trompeuses, et surtout Ils ont été utilisés habituellement pour désigner l’aboutissement d’une recherche.

Il affirme d’emblée qu’au terme de nos recherches Il n’y a pas d’Illumination – d’ultime libération du sujet, en ce sens que l’Illumination implique précisément la fin de la structure de pensée qui permettrait de l’affirmer.

L’expérience de l’Illumination n’existe pas à proprement parler puisqu’elle suppose l’extinction psychologique de l’expérimentateur. « Cet état n’existe pas, sauf dans votre imagination. Lire la suite


juil 4 2015

Le salut par les catastrophes

André Moreau adore les catastrophes parce qu’elles nous tiennent éveillés. Il voit en elles une source d’informations enrichissantes pour l’humanité. Chaque fois qu’il est confronté à un grave problème, son intelligence tressaille de joie. Il voit dans tous nos maux le fumier dont le bien a besoin pour devenir le mieux. Bien sûr nos gouvernements ne partagent pas son enthousiasme pour les catastrophes. Ils voudraient les citoyens paisibles et soumis, car toute rébellion de leur part remettrait en cause leur autorité. Mais s’éveiller, c’est refuser de se soumettre, c’est obliger son système nerveux à s’enrichir des chocs qu’il reçoit. Les humains ne se sont pas programmé un bel avenir. Ils attendent l’Apocalypse avec ferveur. Plusieurs sont déjà déçus de ne pas la voir se produire aussi rapidement qu’ils le souhaiteraient. Le monde s’en va chez le diable, mais il reste sur terre des hommes et des femmes qui ont le goût de l’infini, qui veulent se sentir Dieu. Vivre ainsi, c’est tout se permettre. Comprenez-moi bien ici, il ne s’agit pas de finir ses jours en taule. Comme le dit Cocteau, il faut savoir jusqu’où aller trop loin. Le contrôle de soi est destructeur et maladif. L’individu réalisé ne se maîtrise jamais. Il se laisse être, il s’autorise à être sans restriction d’aucune sorte, il s’exprime totalement. Il vit sur les cimes. C’est un être pur qui n’hésite pas à balayer les vingt siècles de malheur chrétien que nous venons de traverser pour les remplacer par l’expérience tout embrassante de l’être.

Source: http://jovialiste.ca/jovial/moreau.htm

 

Prochaine conférence « Invité de Marc » : Clés pour sortir de l’hypnose collective le jeudi 8 septembre 2011 @ 19h30 


juil 4 2015

Message de paix


juil 4 2015

Le guerrier pacifique

http://youtu.be/iETQq18A_UM


juil 4 2015

Livre de la jungle – Il en faut peu pour être heureux

 

Paroles Le Livre de la jungle

Parole de chanson Il en faut peu pour être heureux

[Baloo] Il en faut peu pour être heureux
Vraiment très peu pour être heureux
Il faut se satisfaire du nécessaire
Un peu d’eau fraîche et de verdure
Que nous prodigue la nature
Quelques rayons de miel et de soleil.

Je dors d’ordinaire sous les frondaisons
Et toute la jungle est ma maison
Toutes les abeilles de la forêt
Butinent pour moi dans les bosquets
Et quand je retourne un gros caillou
Je sais trouver des fourmis dessous.
– Essaye c’est bon, c’est doux, oh!

Il en faut vraiment peu,
Très peu pour être heureux !
[Mowgli] – Mais oui !
[Baloo] Pour être heureux.

Il en faut peu pour être heureux
Vraiment très peu pour être heureux
Chassez de votre esprit tous vos soucis
Prenez la vie du bon côté
Riez, sautez, dansez, chantez
Et vous serez un ours très bien léché !

Cueillir une banane, oui
Ça se fait sans astuce
[Mowgli] – Aïe !
[Baloo] Mais c’est tout un drame
Si c’est un cactus
Si vous chipez des fruits sans épines
Ce n’est pas la peine de faire attention
Mais si le fruit de vos rapines
Est tout plein d’épines
C’est beaucoup moins bon !
– Alors petit, as-tu compris ?
Il en faut vraiment peu,
Très peu, pour être heureux !
[Mowgli] – Pour être heureux ?
Pour être heureux !

(Séance de grattage)
(Bain)

[Baloo] Et tu verras qu’ tout est résolu
Lorsque l’on se passe
Des choses superflues
Alors tu ne t’en fais plus.
Il en faut vraiment peu, très peu, pour être heureux.

(Départ Baghera)

[Baloo & Mowgli] Il en faut peu pour être heureux
Vraiment très peu pour être heureux
Chassez de votre esprit
Tous vos soucis … Youpi
Prenez la vie du bon côté
Riez, sautez, dansez, chantez
Et vous serez un ours très bien léché !
– Waouh !
Et vous serez un ours très bien léché.
[Mowgli] Youpi !


juil 3 2015

Gitta Mallasz – Extrait

« Je ne suis pas l’auteur de Dialogues avec l’Ange,
j’en suis seulement le scribe »
Gitta Mallasz
Règles pour être (s) humain (s)
Un corps t’a été donné. Tu peux l’aimer ou le détester, mais ce sera le tien pour toute la durée de cette vie.
Tu vas apprendre des leçons. Tu es inscrit(e) dans une école informelle à plein temps appelée «Vie ». Chaque jour tu auras l’occasion d’apprendre des leçons dans cette école. Tu pourras aimer les leçons, ou penser qu’elles sont idiotes ou sans pertinence.
Il n’y a pas de fautes, seulement des leçons. La croissance est un processus d’essai et d’erreur : l’expérimentation. Les expériences « ratées » font tout autant parti du processus que celles qui réussissent.
Une leçon sera répétée jusqu’à ce quelle soit apprise. Une leçon te sera présentée sous diverses formes, jusqu’à ce que tu l’apprennes. Quand tu l’auras apprise, tu pourras passer à la leçon suivante. Lire la suite

juil 3 2015

UG Krishnamurti – tout tourne autour du moi


juil 3 2015

Nisargadatta Maharaj : Le monde

 

 

Quel est votre « business » avec le sauvetage du monde, quand tout ce que le monde a besoin c’est d’être sauvé de vous ! Disparaissez et vous verrez s’il reste quelque chose à sauver !
Vous voyez des gens souffrir et vous cherchez le meilleur moyen de les aider. La réponse est évidente : mettez-vous d’abord au-delà du besoin d’aide. Assurez-vous que votre attitude est une attitude de bonne volonté, libre de toute attente, quelle qu’elle soit. Ceux qui recherchent principalement le bonheur peuvent finir dans une indifférence sublime, alors que l’amour ne se « pose » jamais. Comme méthode… il n’y a que l’amour – vous devez d’abord vous connaître – tel que vous apparaissez et tel que vous êtes. La clarté et la charité vont de pair – chacune a besoin de l’autre pour se renforcer.
Le monde est la demeure des désirs et des peurs. Vous ne pouvez pas y trouver la paix. Pour trouver la paix, vous devez aller au-delà du monde. La cause-racine du monde est l’amour de soi. C’est à cause de cela que nous recherchons le plaisir et évitons la souffrance.
Un homme qui décrète ce qui est bien pour les autres est dangereux.
Le désir pour la vérité est le meilleur des désirs, pourtant c’est encore un désir. Tous les désirs doivent être abandonnés pour que le réel apparaisse. Rappelez-vous que vous êtes. C’est votre capital pour travailler. Faites le « tourner » et vous en tirez grand profit.
Lorsque vous ne demandez rien au monde ni à Dieu, lorsque vous ne voulez rien, que vous ne cherchez pas ni attendez quoi que ce soit, alors l’État Suprême viendra non invité et non attendu !

http://perlesdebonheur.blogspot.com