Jan 29 2016

Qu’en est-il du choix personnel ou individuel? (Jeff Foster)

La Vie sans Centre de Jeff FosterDepuis longtemps, je suis fasciné par le concept de « choix », qui est en fait une croyance. Nous avons le sentiment de contrôler notre destinée ou d’en subir les conséquences lorsqu’en fait, il n’en est rien. Je vous présente un extrait du livre « La vie sans Centre » de Jeff Foster, un diplômé en astrophysique de l’Université de Cambridge. Peu après la fin de ses études, des événements de la vie l’ont conduit vers une recherche spirituelle intensive, qui l’a mené à la réalisation qu’il n’y avait, pour commencer, rien à trouver…

Le choix

Ah, le choix… l’éternelle histoire! Vous voyez « il n’y a pas de choix » et « il y a un choix » sont toutes deux des croyances, toutes deux apparaissent nécessairement ensemble et disparaissent identiquement. Derrière elles, il n’y a que cela… aucune croyance n’est nécessaire, aucun choix ou absence de choix, simplement cela, ici et maintenant. La simplicité absolue, l’évidence la plus complète. S’accrocher à « il n’y a pas de choix » est aussi dualiste que n’importe quel autre enseignement. -Jeff Foster

FOSTER, Jeff (2007). La Vie sans Centre aux Éditions Charles Antoni / L’originel,  p. 76-77   (Collection Non-Dualité)


Fév 14 2016

L’amour vrai – Osho

 

L’amour vrai ne s’oppose jamais à la liberté.

Si vous aimez quelqu’un,

vous approuverez toujours qu’il fasse ce qui lui plaît.

Du moment qu’il le souhaite, vous serez d’accord.

Vous ne ferez jamais intrusion dans sa vie privée

et n’essayerez pas de voler son intimité.

Le trait fondamental de l’amour est d’accepter l’autre tel qu’il est

sans jamais tenter de le remodeler selon vos besoins

en le rabotant par-ci, en le rembourrant par-là,

comme le font généralement les couples et les amis.

Si vous aimez, vous ne poserez aucune condition.

Et si vous n’aimez pas, en quoi cela vous intéresse-t-il?

Les choses sont très simples.

La personne que vous aimez est laissée en paix, quoi qu’elle fasse.

Celle que vous n’aimez pas n’est rien pour vous,

elle peut donc également faire ce qu’elle veut.

Si vous pouvez avoir une relation amoureuse sans aucune jalousie,

quelque chose de solide et de précieux se sera installé dans votre vie.

Osho

Les mots du Silence

 

OM MANI PADME HUM 009

http://presencedamour.over-blog.fr/


Fév 14 2016

Rien n’est réel !


Fév 14 2016

Pourquoi Certains Sont-Ils Aimés et D’autres Rejetés?

La-Minute-De-Conscience.com/presence/

 

Yuri Réponds à une question sur la nature des relations et ce qui les supportent.


Fév 14 2016

Les Enseignements d’Eckhart Tolle/ La dysfonction humaine ou l’égo, 2eme partie

Ajoutée par

Eckart Tolle apparaît comme le plus original et le plus stimulant des maîtres spirituels de notre temps. Il voyage et enseigne dans le monde entier.
Eckhart n’appartient à aucune religion en particulier, mais n’en exclut aucune. Son enseignement profond et pourtant simple a aidé des milliers de gens à trouver la paix intérieure et une existence accomplie. La transformation de l’individu et de la conscience collective se trouve à la source de son enseignement comme un éveil spirituel global…

Eckhart dit:Pour en finir avec l’égo. Au commencement de notre existence, ne sachant pas qui nous sommes, notre esprit influencé par nos proches et nos expériences se crée une identité illusoire qui, à l’âge adulte, est à l’origine de toutes nos souffrances. L’égo ne représente qu’une petite étape dans l’évolution humaine et comme toute étape, nous devons la laisser derrière nous et la dépasser pour continuer à évoluer. Malheureusement, la plupart des humains, stoppent inconsciemment leur évolution en demeurant le reste de leur vie prisonniers dans ce stade intermédiaire, source de tous leurs malheurs. « Le mieux étant l’ennemi du bien » pour la plupart des humains, ceux-ci s’accommodent comme ils peuvent de leur souffrance en faisant souffrir les autres et en entretenant l’illusion que celle-ci est inhérente à la nature humaine. Ce dépassement terrorise l’humanité car cela signifie mourir avant de mourir. Il s’agit bien de liquider sa vieille personnalité fictive et de se jeter corps et âme dans l’inconnu, pour découvrir qui nous sommes réellement…


Fév 13 2016

Rupert Spira


Fév 13 2016

Libérez-vous de vos cages-Jal Al-Dîn Rûmî

JAL AL-DIN RUMI

Libérez-vous de vos cages

  • Oiseaux! Vous êtes du ciel! Libérez-vous de vos cages,
    Levez la tête, dégagez votre face et dites où vous êtes maintenant.
  • Votre barque, cassée, est en dérive sur cette eau,
    Devenez poisson, nagez et puis envolez-vous lors de l’eau.
  • Le moule se brise, l’ami est accessible ;
    Le piège disparaît, dégagez-vous des rets du filet.
  • Vous êtes vous-mêmes les bûches du feu qui vous consume ; Éteignez cette flamme et vous verrez que vous êtes Lumière de Dieu. Lire la suite

Fév 13 2016

Annamalai Swami

Annamalai Swami

Ramana m’a dit : « Ne t’assois pas pour méditer. C’est assez pour toi de ne pas oublier que tu es le Soi. Garde cela à l’esprit tout le temps lorsque tu travailles. Cette sadhana sera suffisante pour toi. La vraie sadhana est de ne pas oublier le Soi, ce n’est pas de s’asseoir tranquillement les yeux fermés. Tu es toujours le Soi. Simplement ne l’oublie pas ! »

Ce que propose Bhagavan ne crée pas une guerre entre le mental et le corps. Il ne disait pas aux personnes de s’assoir et de combattre le mental, les yeux fermés. Habituellement, lorsque vous êtes assis en méditation, vous faites des efforts en vue d’atteindre quelque chose, vous vous battez pour contrôler le mental. Bhagavan ne nous conseillait pas de nous engager dans ce genre de combat. Il nous disait qu’il n’était pas nécessaire de s’engager dans une guerre contre le mental, parce que celui-ci n’avait en fait pas d’existence réelle. Ce mental, disait-il, n’est rien d’autre qu’une ombre. Il m’a conseillé d’être continuellement conscient du Soi lorsque je faisais les choses ordinaires de la vie, et dans mon cas, ce fut suffisant.

extrait de Annamalai Swami, Final Talks

David Godman, ed.
 
http://perlesdebonheur.blogspot.com

Fév 13 2016

Absolu et relatif…

L’absolu ne peut pas être connu, et pourtant c’est ce que nous sommes…
Mais c’est quoi, l’absolu ?
Ce qui n’est pas relatif, ce qui n’est pas né, ce qui ne change jamais.
Que veux-tu dire par relatif ? Invariable et sans relation ?
Relatif… ce qui change, ce qui ne dure pas, ce qui dépend d’une action, d’une circonstance.
Je crois que tout change, rien ne dure et rien ne dépend pas d’une autre chose.
Alors, je ne sais pas bien de quoi nous parlons.
Tout change, tout est éphémère, et cela est le rêve.
Mais pas de rêve sans un absolu qui précède, l’absolue non-dualité.
La non dualité est un concept, reflet dans le miroir de la dualité. L’absolu est un concept, une projection de notre pensée duale.
Ah, quand on en parle bien sûr !
Si quelque chose est, qui soit si différent de ce que nous connaissons, alors nous ne pouvons pas y penser.
Si quelque chose d’autre existe au-delà de tout le monde apparent, quelque chose que nous ne pouvons pas voir, que nous ne pouvons pas toucher, et bien lorsque nous y pensons, lorsque nous essayons de l’imaginer, ce ne peut être cela.

 

Oui, nous ne pouvons pas tout ce que tu viens dire, pas même en faire l’expérience, et pourtant nous sommes cela.
Non, nous ne sommes pas cela, nous sommes « de » cela, cela fait une grosse différence.
Il n’y a pas « de » cela, nous sommes cela, je crois, cela n’est pas divisible, ce n’est pas divisé.
Oui tu crois, et moi je ne crois pas. La division est un concept.
Au-delà de tout concept.
Le monde peut sembler diviser, mais ne pas l’être, comme il peut sembler uni comme un bloc, mais ne pas l’être.
Parce que le monde est tout à la fois, il échappe ainsi à toute pensée qui voudrait le saisir.

 

Oui.
Il est absolument divisé, il est absolument séparé, comme il est absolument fait d’un bloc. Il est relatif et absolu dans le même micro espace dans le même micro temps.
Oui, pourtant nous ne faisons  l’expérience que du relatif, et du séparé.
Non, mais c’est ce qu’il en reste en notre esprit. Il ne s’intéresse pas au non-relatif, par conséquent, il n’en a aucun souvenir. Il ne peut en avoir aucun.
C’est cela pour moi l’expérience.
Pas pour moi, cela est seulement un côté de l’expérience celui que je dois savoir utiliser. Le reste ne concerne pas ce « moi », il me concerne dans la nature de ce moi qui n’est pas.
Une face de l’expérience s’adresse à une face de ce que j’appelle moi, une autre face s’adresse à ce que dans ma folie je crois être moi.
C’est pour cette raison que lorsque j’emploie ce mot « moi », parfois je sais de quoi je parle, parfois je ne peux pas le savoir.
Oui, « ma folie » c’est comme  » tu es Cela » que tu ne connais pas, c’est ce que tu appelles, l’autre face de l’expérience.

 

Oui.
La folie  est inévitable, puisque le monde se réalise aussi dans le rêve.
Oui.
Dans le rêve quelque chose cherche à connaître, à se connaitre, c’est idiot et inévitable.
(Sourire), j’arrive souvent à l’éviter.
Oui, quand tu vois que cela est rêve, tu deviens le témoin du rêve, c’est réaliser quelque chose de l’autre partie de l’expérience, celle qui est silencieuse.

http://motsenpartage.blogspot.com/


Fév 13 2016

Seule meurt la peur

http://sililia723679701.wordpress.com

 

 » Si vous pouvez le considérer comme un pur évènement, il ne vous causera pas de malheur, ni maintenant ni dans le futur. Tenez le malheur hors du moment présent, et vous le tenez hors du futur. D’autres évènements découlant de l’incident se produiront de manière appropriée et au moment importun… Lire la suite


Fév 13 2016

Notre Réalité n’est qu’une Illusion